sam. Fév 24th, 2024

Le Quotidien News

L'actualité en continue

La gestion des déchets solides, une épine aux pieds des autorités publiques de Léogâne

3 min read

Au parc Gérard Christophe, se joue le plus grand championnat de vacances de la région des Palmes. Ce jeudi 17 août 2023, les deux équipes : Lumière Divine et Peace and Love s’affrontent et disputent une place qualificative lors de cette dernière journée des matchs de  poule. Du côté de l’entrée principale, des voitures longent le lycée Anacoana. Les fans des deux équipes s’apprêtent à profiter de ce grand moment autour du ballon rond.

Toutefois, de l’autre côté du parc, non loin de la bibliothèque Marie Claire Heureuse, se dessine un autre tableau. Des chiens errants, des chèvres et bien d’autres animaux cherchent à manger dans un tas d’immondices. Des déchets de toutes sortes : assiettes en polystyrène, sacs en plastique, déjections animales, nourriture… L’odeur est pestilente. Certains passants sont obligés de se boucher le nez. D’autres pressent plutôt le pas pour fuir ce triste décor mal planté.

À quelques pas de là, Alex et Patelson, deux jeunes mécaniciens de rue, travaillent dans leur shop de fortune au dos du parc. Ils finissent à peine de changer le pneu d’une motocyclette. Quand on les interroge sur la présence des déchets à l’entrée de la ville et les conséquences sur leur santé, ils pointent du doigt non seulement les habitants du quartier et d’autres personnes sans scrupule que viennent le soir, déverser leurs sacs de détritus au beau milieu de la rue mais aussi les autorités locales qui ne se soucient guère de la propreté de la ville.

« Imaginez-vous, avec la présence des ordures, je n’arrive pas à prendre mon repas ici. Parfois on vient jeter des cadavres de chiens. Mais que voulez-vous que je fasse ? Ici c’est mon gagne-pain »,  s’indigne l’un des deux jeunes. « La mairie ne fait pas son travail, il n’y a que l’argent qui compte pour eux »,  fustige Alex. « Pourquoi ne met-elle pas à disposition de la population des bennes à ordures, pourquoi il n’y a pas de camions pour passer récupérer les poubelles des gens »,  s’interroge un autre jeune assis sur un banc le long du trottoir.

« Un environnement malsain comme celui-ci est propice à tout type de problème respiratoire et digestif »,  souligne Gamaniel Pierre, médecin de service à l’hôpital Sanatorium de Sigueneau et directeur de la clinique médicale de Léogâne (Climed). De plus, la présence des rongeurs dans ces déchets, pose un vrai problème de santé publique, ajoute-il.

Depuis un certain temps, dans plusieurs rues de la cité Anacaona, pullulent des tas de déchets au grand mépris des autorités publiques. Sur la route neuve (Dampus), non loin de la station de bus, c’est le même constat. Un site de décharges à ciel ouvert a été créé à la suite des inondations qui ont frappé Léogâne dans la nuit du 3 au 4 juin 2023. Des dizaines de camions d’ordures ont été déversés à cet endroit au risque de contamination de la rivière Rouyonne mais aussi dans un contexte difficile avec l’apparition de certains foyers de choléra dans plusieursrégions du pays.

À quelques jours de la solennité de la Saint Rose, patronne de la cité d’Anacaona, faut-il encore s’interroger sur les missions du service de voirie de la ville ? Doit-on s’attendre à des travaux d’assainissement pour redorer le visage de la cité de la Reine ?

Max Grégory Saint Fleur

maxsaintfleur@gmail.com

Laisser un commentaire