ven. Avr 12th, 2024

Le Quotidien News

L'actualité en continue

Paska, un artiste prestigieux qui propose un autre son

3 min read

Il a secoué l’univers musical haïtien en 2018, avec un hit qui fut sur toutes les lèvres: ‘’Bina Bina Boye’’. Il n’avait alors que 22 ans. Depuis, il ne fait qu’attiser des fans en Haïti comme ailleurs. Le mec s’appelle Paska, un prestigieux artiste qui apporte un autre son pour le bonheur des mélomanes. La musique est en effet omniprésente dans sa vie. Il en fait sa raison de vivre.

Mai 1996, à Port-au-Prince, Paska, de son vrai nom Pascalin Smith MARECK, naît d’une mère congolaise et d’un père haïtien. À 5 ans, il part aux Cayes pour y passer une enfance heureuse, où il grandira avec beaucoup d’amour et de passion pour la musique. C’est en effet à la ville des Cayes qu’il fait ses études classiques. Après quoi, il revient à Port-au-Prince pour étudier la gestion à l’Université Quiskeya.

À quand remonte son histoire avec la musique ? « Dès mon plus jeune âge, car j’ai eu la chance de grandir dans une famille mélomane, répond la jeune star de 24 ans. J’ai appris à faire de la musique avec un cousin qui jouait de la guitare. C’est donc lui qui m’a fait don de mon premier piano », raconte le chanteur de Bina boye, qui passe le plus clair de son temps à composer des sons. À l’âge de 8 ans, il a participé à son premier concours de chant, « O kay nan Nwèl. » ce fut sa première scène. Il y prend goût dès lors, et ravit toute une génération.

À l’image de Usher, R-Kelly, Christ Brown, ou Mickael Jackson son modèle, on a découvert en 2012 la séduisante voix de Paska dans le premier tube        « sou ban lekol », de P-boys, une formation musicale dont il était membre fondateur. Il a enchaîné avec ce même groupe, un autre track, « Fikse kamera sou mwen », qui a fait son chemin. C’était en 2015. Mais son plus grand succès avec ce groupe, demeure cette meringue carnavalesque intitulée « Mobilize », qui a marqué bien des esprits. Tout ça, c’était avant sa carrière solo.

On se rappelle bien de ce titre « Je me souviens » avec lequel il a ouvert un autre chapitre dans sa carrière, il y a trois ans de cela. Avant « Bina boye », on a eu droit à deux superbes covers, Malad de Kaï et Domino de Enposib. Deux  adaptations avec sa touche magique qui lui a valu la reconnaissance de ses pairs musiciens. Autres singles de Paska, « Jusqu’au bout du monde », « Avec le temps », « Karantèn avè w » et son récent tube avec Romeo Mania, « On ne va pas baisser les bras».

Que peut-on espérer de cette étoile montante de l’industrie musicale haïtienne ? « Proposer aux fans notre premier album, en moins de deux ans. Nous imposer sur le marché francophone, notamment en Afrique », déclare celui dont la mère vient d’une terre africaine. « Et dans les dix prochaines années, j’espère fonder une famille, représenter le pays sur la scène internationale et créer des opportunités pour des jeunes artistes », conclut Paska dans la rubrique « À la rencontre des Stars » du journal, avant de promettre entretemps la sortie d’un nouveau single titré « chalè » avec le chanteur guadeloupéen, Lorentz, avec qui il a plusieurs collaborations en perspective.

Statler LUCZAMA

Laisser un commentaire