jeu. Déc 2nd, 2021

Le Quotidien News

L'actualité en continue

Le courant passe entre le PM et la veuve du Président Moïse

2 min read

Comme on dit , les images parlent d’elles-mêmes. La Première Dame débarque à l’Aéroport International Toussaint Louverture (AITL). Et qui l’accueille ? Le PM a.i, Claude Joseph qui livre le combat pour permettre à la famille présidentielle d’obtenir justice dans le cadre de l’assassinat du Chef de l’État , dans la nuit du 6 au 7 juillet 2021.   

 Sur le tarmac, Dr Claude Joseph reçoit l’épouse du  Président, tué par des mercenaires étrangers. Elle lui donne une solide poignée de main , comme pour saluer sa détermination et son courage de poursuivre les efforts en vue de l’aboutissement de l’enquête devant aider à la justice de fixer les responsabilités dans le décès tragique du Président. La Première Dame chuchote ou murmure quelque chose à l’oreille droite du Chef du Gouvernement ad intérim. Cela traduit clairement que la confiance s’établit entre les deux personnalités. Martine Moïse sait très bien identifier ses alliés dans ces moments difficiles.

 Après vingt-cinq (25) ans de vie commune , elle perd son mari dans des conditions tragiques. Donc, elle ne va rien prendre à la légère. De son lit d’hôpital jusqu’à son retour au pays , Madame Moïse se souvient , comme si c’était hier, de l’engagement qu’avait pris le PM intérimaire face à ce crime ignoble perpétré sur la personne du Président, Jovenel Moïse, son époux, qu’elle aura l’occasion de le revoir , pour la dernière fois , le 23 juillet prochain, allongé dans sa bière. 

Martine Moïse, par cette poignée de main très ferme , voulait dire au PM  Claude Joseph de tenir ferme, ce , en dépit des critiques acerbes , des flèches dirigées contre sa personne et des menaces proférées à son encontre pour son entêtement ou encore son obstination à favoriser l’achèvement de l’enquête qui devra donc déterminer les assassins et leurs complices , en ce qui a trait à l’attentat ayant coûté la vie au Chef de l’État. C’est toute la population haïtienne qui , encore sous le choc, réclame justice pour le Président Jovenel Moïse. Face au cri du peuple , le PM redit sa volonté d’aller jusqu’au bout :  » soit vous m’assassinez comme vous l’avez fait pour le Président , soit vous laissez aboutir l’enquête  » . Vous n’avez que ces deux choix-là. L’arrivée de la Première Dame , Martine Moïse, apporte de l’eau au moulin du Premier ministre a.i, Dr Claude Joseph , pour faire triompher la justice en faveur de la famille , des amis et des proches  collaborateurs du Président Jovenel Moïse,  sacrifié pour son combat contre les oligarques corrompus. 

Saintelot Riguens

Laisser un commentaire