sam. Mai 28th, 2022

Le Quotidien News

L'actualité en continue

Léogâne: Les centres de vaccination anti-Covid-19 ne baissent pas les bras

5 min read

La bataille anti-Covid-19 est en perte de vitesse en Haïti particulièrement. Les mesures barrières imposées sont de plus en plus négligées. Paradoxalement, le processus de vaccination se poursuit avec satisfaction dans certains établissements sanitaires dont l’Hôpital Sainte-Croix de Léogâne et le Sanatorium de Sigueneau.

Le constat est patent. La lutte contre la Covid-19 connaît une baisse considérable ces derniers jours. Les mesures barrières sont négligées dans les espaces publiques comme dans les institutions privées. La population, trop préoccupée, fait fi de la dangerosité de la pandémie. Parallèlement le taux de vaccination dans les centres léoganais n’a pas diminué même si le motif premier des patients n’est pas de se protéger.

Ce relâchement constaté dans le milieu ambiant, n’est pas du tout proportionnel à la fréquence des patients recensés dans les centres de vaccination. À l’Hôpital Sainte-Croix de Léogâne, l’accueil est chaleureux. À l’entrée de la barrière principale, une affiche assez lisible annonce qu’il y a un centre de vaccination dans l’enceinte. Un peu à droite de la barrière, à l’interne, la porte de l’urgence donne accès à la salle de vaccination dûment identifiée. Dans cette salle, sont remarquées plusieurs infirmières qui desservent des patients tranquillement assis. Conduit par un responsable, Migael Rousier, l’une d’elle, requérant l’anonymat, nous a reçu et nous a expliqué le processus de l’accueil jusqu’à la vaccination.

Dans ce Centre hospitalier de référence de la région des Palmes, une équipe de six membres gère le processus coordonnée par la doctoresse, Nadgie Louis. Dépendamment du nombre de patients qui sollicite le service au quotidien, les prestataires se font parfois administrés le vaccin sur rendez-vous. « La quantité de doses varie en fonction du vaccin en question. Pour ouvrir par exemple un Vial de 6 doses, il nous faut en moyenne une quantité suffisante de demandeurs. Dans le cas contraire, on prend ses coordonnées et l’appelle une fois avoir la quantité nécessaire. Dès qu’on ouvre le Vial, le contenu expire après six heures de temps », explique l’infirmière qui était incapable de donner des chiffres approximatives sur le nombre de patients reçus depuis l’ouverture du centre. Cependant, elle affirme avoir reçu près d’une dizaine par jours.

Hormis l’injection, le patient est suffisamment informé du processus et du vaccin. Il est motivé et sensibilisé sur les raisons pour lesquelles il est nécessaire de se faire vacciner. Après avoir reçu sa dose, il passe quelques minutes pour être évalué. En effet, précise la coordonnatrice, ces gens proviennent de diverses horizons et sont pour la plupart motivés par la contrainte de quitter le pays ou sous les exigences de leur travail. Quant à la prise en charge, l’Hôpital s’en assure.

« Ils sont généralement paniqués. Le processus en lui-même est stressant. Cependant, on leur parle et les met en confiance. Nous leur disons qu’il est important d’anticiper car, cette pandémie tue les jeunes comme les vieillards. Au commencement, nous avons fait face à des gens un peu réticents mais, pour l’heure la tendance a complétement amélioré », nous confie toute souriante le médecin arguant que l’Hôpital détient une quantité de vaccin Moderna depuis environ deux semaines.

Au Sanatorium la situation est pareille

Le Sanatorium de Sigueneau, contrairement à l’Hôpital Sainte-Croix (1er octobre 2021), offre ce service depuis le 27 août 2021. Il reçoit au moins quarante patients par semaine, nous a confié les responsables qui sont au nombre de cinq. La plupart de ces gens se sont portés volontairement mais, motivés par la contrainte de voyager ou de garder leur boulot. Les responsables ont également souligné que beaucoup de patients vaccinés sont de Léogâne, de Gressier et de Carrefour.

Le Sanatorium de Sigueneau dispose de quatre salles pour faire le travail. Celui qui aspire à se faire vacciner se fait orienter par la mobilisatrice qui le conduit à la vaccinatrice pour la piqûre. Ensuite, il rejoint l’enregistreur puis l’observatrice avec laquelle, il passe environ une vingtaine de minutes. Les patients les plus prédisposés à se faire vacciner, précisent les responsables n’excèdent pas 50 ans.

«En général, les patients arrivent au centre avec les stéréotypes de la rue. Nous autres, dans le cadre de notre fonction, nous avons pris du temps pour les expliquer que le vaccin est aussi nouveau que la pandémie. L’important c’est de réduire d’avantage le risque de se faire tuer par le fléau. En vue de les rassurer, nous nous prenons en exemple et leur assure si le vaccin devait tuer quelqu’un nous serions les premiers à être tués », explique la vaccinatrice visiblement à l’aise.

En ce qui a trait aux effets secondaires, les infirmières et infirmiers n’ont pas écarté cette possibilité. Cependant, ils informent dans l’intervalle n’avoir reçu que deux patients ayant ressenti une malaise. L’un était lié à sa décision de prendre le vaccin à jeun, l’autre avait rapport à sa disposition psychologique (Il s’évanouit à chaque fois qu’on lui pique), a ajouté l’infirmière.

Sur ce site abritant le centre, les mesures barrières sont d’application. C’est également le cas à l’Hôpital Sainte-Croix. Aucune affluence de patients n’a été remarquée sinon une dame qui accompagnait son fils dans les vingtaines qui s’apprêtait à se procurer du service.

Si la plupart du personnel interviewé a requis l’anonymat, les patients qui décident de nous parler ne se montrent pas trop verbeux. Ils nous ont seulement témoigné le motif de leur vaccination et leur sentiment de se faire piquer. « J’ai de grandes frayeurs. Les infirmières essaient de me convaincre mais cela n’a pas permis à dissiper mes doutes. Je ne sais pas ce qui m’arrivera dans deux à trois ans mais, par le fait que j’ai des contraintes je n’ai pas d’autres choix », a expliqué un homme qui s’était plus intéressé à parler de civisme que de la vaccination à proprement dit.

La Rédaction

Laisser un commentaire