dim. Août 14th, 2022

Le Quotidien News

L'actualité en continue

Martissant: témoignage glaçant d’un chauffeur qui emprunte cette route hyper risquée

3 min read

Depuis un certain temps, la Route Nationale #2 qui relie la capitale haïtienne au Grand Sud, est difficilement praticable pour les chauffeurs assurant le transport de personnes ou de marchandises. La situation d’insécurité instaurée par les gangs à Martissant empêche la libre circulation. Aujourd’hui emprunter ce tronçon est devenu une épreuve que beaucoup préfèrent éviter. Toutefois, il en existe certains qui effectuent ce trajet malgré les dangers. Le journal Le Quotidien News a eu la chance de parler avec Philibert Jean, chauffeur, qui effectue ce trajet depuis maintenant 4 ans.

Depuis le début de la crise liée à l’insécurité, M. Jean avoue ne pas se sentir à l’aise face à la situation: “M pa alez ditou e pi gwo strès la se lakay paran m li ye, dayè yo te dim bay vag deja”.  Natif de Petit-Goâve et père de famille, il est difficile pour lui de trouver d’autres secteurs qui lui permettraient de subvenir à  ses besoins et à ceux de sa famille. Il confie au Journal avoir voulu  abandonner à plusieurs reprises sous la pression de sa femme qui n’approuve pas les risques qu’il prend. “Yo pale sitou lè yo tande anba cho oswa lè yo tande gen moun mouri, a chak fwa m soti yo rele m yo mande m si m pase deja”, explique-t-il à propos de sa famille.

Il en a profité pour raconter au journal l’une de ses aventures sur la route et de la façon dont il compose avec les bandits. “Lòt jou la yo manke touye m, paske yo tap tire sou yon machin ki pat deside kanpe pandan nou tap rive zòn Matisan 23”. Selon les différents points de  contrôle mis en place par les chefs de gangs, M. Jean peut avoir à payer  des montants différents pour assurer son passage, qu’il  prélève sur ses différents passagers. Cela ne se passe pas toujours bien. “ pafwa yo (gwoup ame yo)  konn deside sa nou bay la pa ase, si nou pa gen kob ankò yo fè nou kanpe la pou yon bon ti moman. Gen kèk moun ki konn reziyen yo bay tout lajan yo genyen sou yo pou nou ka pase. Menm lè yo konn kenbe nou pou nou monte, nou konn gentan fè yon fason pou n jere yo pou yo pa al avèk nou nan baz yo”, raconte-t-il.

“Lè bagay yo dejenere nou oblije rete domi pòtay a moun yo, sitou lè yo ap tire anpil nan afrontman”, poursuit-il tout en indiquant qu’il a souvent eu de la chance.  “Malgre tout sa yo m konsidere m gen chans pa rapò ak lòt moun, m poko gen moun blese oswa ki mouri pandan yo nan machin nan”, dit-il. M. Jean explique au Journal aussi le sentiment de peur qui habite les marchandes qu’il a l’habitude de transporter: “Chak fwa moun yo kite Matisan se tankou yon delivrans, lè nap travèse moun yo oblije bese tèt yo paske nèg yo pa renmen lè yo gade yo nan je. Yo oblije sere tout telefòn ak lòt bagay ki gen valè pou si yo ta deside fouye yo”.

Cette situation qui impacte le transport des passagers et des marchandises ne reste pas sans conséquences évidemment sur le coût de diverss produits, car à cause des risques, les chauffeurs sont  obligés d’ajuster les coûts pour le transport. Martissant constitue aujourd’hui une frontière entre le Grand Sud et la capitale où les bandits s’enrichissent au détriment de la population.

Malgré la gravité de la situation, M. Jean garde l’espoir que cela va changer un jour. Comme il le dit,  “M pa kwè bagay yo ap rete konsa, menm si leta pa di anyen men m panse yon jou sa ka chanje”. Quand certains ont déjà rayé Martissant de leur carte, d’autres sont obligés de traverser la commune pour une question de survie. Il n’y a pas beaucoup de marge de manœuvre pour ceux qui doivent passer par là pour nourrir leurs familles. Compte tenu du silence des autorités compétentes, les chauffeurs, en particulier,  sont livrés à eux-mêmes.

Joseph Yevgueny                               

joyito33@gmail.com

Laisser un commentaire