ven. Avr 12th, 2024

Le Quotidien News

L'actualité en continue

Mme Manigat demande à l’OEA de passer de la parole aux actes

4 min read

Intervenant à l’Organisation des États Américains (OEA) par visioconférence le  mercredi 15 mars 2023, la Présidente du Haut Conseil de la Transition (HCT) Mirlande H. Manigat, a informé sur l’élaboration de la nouvelle Constitution. Elle en a profité pour demander d’en finir avec les rapports, les commissions, les missions afin de passer aux actes. 

La représentante du secteur politique au sein du HCT a pris le temps de faire un rappel pour les membres de l’OEA sur les différentes tâches qui sont établies dans l’agenda du HCT tout en leur faisant part à la fois du bilan dudit Conseil et des perspectives. 

L’ancienne candidate aux élections présidentielle de 2011 n’est toutefois pas satisfaite du bilan. « À ce stade, hélas ! Le bilan n’est pas satisfaisant en raison des retards mis à être pourvus en moyens de fonctionnement », déclare-t-elle. En dépit de ses moyens limités, le HCT n’est pas resté sans rien faire. « Nous avons travaillé à la reconstitution de la Cour de Cassation. Le processus de dialogue a été enclenché et se poursuit avec beaucoup de lenteurs puisque les ressources matérielles et humaines font grandement défaut ».

Dans le cadre de l’élaboration d’une nouvelle Constitution, Mirlande H. Manigat a indiqué que le HCT est en train d’élaborer un chronogramme de rencontres avec des personnalités et des institutions déjà identifiées. « Les invitations devront être lancées la semaine prochaine », a-t-elle indiqué. L’organisation des prochaines élections demeure le point focal du HCT, à en croire Mme Manigat. 

Selon la constitutionnaliste, l’insécurité multiforme qui sévit dans le pays s’érige en obstacle. À cet effet, elle estime qu’il est impératif que la Police Nationale d’Haïti ( PNH) reprenne le contrôle du territoire pour pouvoir mettre les « gangsters hors d’état de nuire ». Car, selon elle un candidat qui n’est pas complice ou de mèche avec les gangs armés aura du mal à faire campagne dans les zones qui sont contrôlés par les gangs armés.

L’organisation de ces élections à tous les niveaux et l’élaboration de la nouvelle Constitution doivent être réalisées et divulguées en vue de définir le cadre de l’organisation de la société, a fait savoir  l’ancienne Sénatrice du département de l’Ouest.

Mirlande Manigat a rappelé aux membres de l’OEA qu’Haïti a adhéré  aux différentes conventions de l’OEA et en vertu desquelles l’organisme régional a le devoir et l’obligation d’assister un de ses membres menacé d’un péril imminent face à la dégradation accélérée de son environnement, entre autres, politique, social, éducatif, culturel. « Les symptômes du chaos vous sont sans doute parvenus », dit-elle à l’OEA soulignant qu’elle craint qu’Haïti ne soit le seul pays de cette communauté à vivre cette situation qu’aucun autre pays parmi eux n’accepterait.

Sans langue de bois, Mirlande H. Manigat demande à l’OEA de mettre un terme à cette perte de temps et de passer aux actes. « Les rencontres, les sommets, les rapports, les commissions, les missions, les évaluations empoissonnent et encombrent sans doute les archives de l’OEA, il est temps d’arrêter ce qui est désormais une perte de temps pour passer aux actes », a-t-elle fait savoir à l’OEA en précisant que l’organisation dispose d’expertise dans tous les domaines, notamment en matière de sécurité des vies et d’exemples de lutte contre la guérilla urbaine et que son soutien est indispensable au pays. « Mettons plus de bonne foi, plus de détermination pour supporter les efforts haïtiens », a-t-elle demandé.

L’ancienne candidate à la Présidence  a rappelé que le 10 février 2023, le Conseil Permanent de l’OEA a adopté sur demande du Gouvernement haïtien une résolution intitulée: « Soutien renouvelé pour une assistance en matière de sécurité et humanitaire, pour des élections inclusives, libres, justes et crédibles et pour une transition démocratique en République d’Haïti ». Selon elle, les véhicules blindés et les armes commandés par l’État haïtien ne sont toujours pas livrés alors que les bandits disposent d’armes sophistiquées. Elle a aussi ajouté que la PNH est dépassée par la situation. Dans cette perspective, dit Mirlande Manigat, le Haut Conseil National de Transition souhaite que toutes les bonnes volontés se concentrent préalablement sur le démantèlement des gangs.

Jackson Junior RINVIL

rjacksonjunior@yahoo.fr

Laisser un commentaire