mer. Mai 25th, 2022

Le Quotidien News

L'actualité en continue

Présidentielles en France : MACRON-LE PEN pour un second duel au deuxième tour

5 min read

Réalisant son meilleur score aux présidentielles  du 10 avril 2022 en recueillant 8 136 369 voix  représentant 23,15% des suffrages, la candidate du Rassemblement National, Marine LE PEN, rejoint le Président sortant Emmanuel MACRON qui lui, se retrouve en tête avec 27,84% selon les résultats publiés par le Ministère de l’Intérieur Français. Le dimanche 24 avril, les deux candidats s’affronteront pour une deuxième fois aux urnes, jouant ainsi en quelque sorte leur match retour après les élections de 2017.

Ce dimanche 10 avril 2022, ce ne sont pas moins de 35,9 millions de Français qui se sont rendus aux urnes pour élire un nouveau président à la tête de leur République. Encore une fois, et sans surprise, aucun des candidats n’a mobilisé assez d’électeurs pour se faire élire dès le premier tour au niveau national. Une élection qui perd un peu en légitimité populaire puisqu’elle accuse un taux de participation de 73,69% selon les chiffres du Ministère de l’Intérieur, contre 77,77% lors du premier tour de 2017. Légère baisse également au niveau des « votes blancs » qui passent de 1,78% en 2017 à 1,51% cette année. 

Au tableau d’affichage, arrive en tête le Président français sortant Emmanuel MACRON pour le mouvement « La République en marche », candidat à sa propre réélection, qui totalise 27,84% des voix. Il est suivi et rejoint par Marine LE PEN, la candidate du « Rassemblement National » qui accuse quatre points de retard par rapport au Président, avec 23,15% des suffrages exprimés. Ensuite, première opposition au pouvoir en place, candidat encore malheureux à sa troisième participation aux élections présidentielles, Jean-Luc MÉLENCHON a mobilisé plus de 7,7 millions de Français pour « La France Insoumise », terminant ainsi en troisième position avec 21,95% des voix. Pour le polémiste Éric ZEMMOUR, candidat de « Reconquête », le score est à deux points en dessous des sondages pré-électoraux, 7,07% des voix. 

Aucun des autres candidats n’a atteint la barre des 5%.Dans l’ordre, se retrouvent Valérie PÉCRESSE du parti de droite « Les Républicains » avec 4,78%, Yannick JADOT de « Europe-Écologie-Les Verts » qui totalise 4,63%, Jean LASSALE de « Résistons » avec 3,13%, Fabien ROUSSEL du « Parti Communiste Français » avec 2,28%, Nicolas DUPONT-AIGNAN de « Debout La France » a totalisé 2,06%, Anne HIDALGO du « Parti Socialiste » 1,75%, et en-dessous des 1% se retrouvent Philippe POUTOU du « Nouveau Parti Anticapitaliste » et Nathalie ARTHAUD de la « Lutte Ouvrière » avec respectivement 0,77% et 0,56%.

MACRON-LE PEN pour le rendez-vous du 24 avril

Sans grande surprise, ce sera le 24 avril prochain la même affiche que pour le deuxième tour de 2017. Pour les deux candidats qui se livrent depuis des années une « lutte à mort », la campagne a déjà débuté dès le premier jour de l’entre-deux-tours. Pour la candidate du « Rassemblement National », il s’agit d’un choix de civilisation. « Lors de ce premier tour, les Français ont manifestement tenu à arbitrer  un choix fondamental entre deux visions opposées de l’avenir. Soit la division, l’injustice et le désordre imposé par Emmanuel MACRON au profit de quelques-uns ; soit le rassemblement des Français autour de la justice sociale et de la protection, garantie par un cadre fraternel autour de l’idée millénaire de nation, de peuple », a-t-elle déclaré le soir du premier tour des présidentielles. « Tous ceux qui n’ont pas voté aujourd’hui pour Emmanuel MACRON ont bien sûr vocation à rejoindre ce rassemblement », a-t-elle souligné ensuite.

Pour le Président sortant, « rien n’est joué ». L’actuel chef de l’État espère recueillir le maximum de voix possible pour se refaire une majorité lors des prochaines joutes électorales. « J’invite solennellement nos concitoyens, quelle que soit leur sensibilité et quel qu’ait été leur choix au premier tour à nous rejoindre. Certains le feront pour faire barrage à l’extrême-droite, et je suis pleinement conscient que cela ne vaudra pas soutien au projet que je porte, et je le respecte », a-t-il déclaré peu après les premiers résultats. 

Réactions en chaine

Les réactions sont légions après cette journée électorale. Pour Jean-Luc MÉLENCHON qui ne cache pas ce qu’il dit être une « violente déception », il s’agit avant tout de faire barrage à la candidate du « Rassemblement National » et de préparer les élections législatives à venir. Tout en évitant d’appeler à voter pour Emmanuel MACRON, il a déclaré à plusieurs reprises : « Il ne faut pas donner de voix à Madame LE PEN ! Il ne faut pas donner une seule voix à Madame LE PEN ! ». 

Le candidat du Parti Communiste Français (PCF), lui,  a remercié ceux qui ont voté pour lui, et appelle à reconstruire la gauche française. « Nous avons semé des graines. Chacune des voix est un point d’appui pour faire gagner la justice sociale et l’égalité. L’enjeu est aujourd’hui de reconstruire une gauche forte, nouvelle, populaire, en capacité de gagner demain ». Pour l’homme fort du PCF, il n’est pas question de voter LE PEN. « Je ne permettrai jamais que Madame Le Pen prenne le pouvoir. Jamais nous ne banaliserons l’extrême droite et ses idées. J’appelle tous les Français à se servir du seul bulletin à notre disposition pour la battre au second tour. »

Pour le candidat de « Reconquête » Éric ZEMMOUR, l’appel à ses électeurs est pour voter Marine LE PEN au second tour. Pas question de voter MACRON qui, dit-il, est « un homme qui a fait entrer 2 millions d’immigrés » en France. Pour Nicolas DUPONT-AIGNAN aussi, les Français doivent « tout faire pour faire barrage à MACRON ».

La candidate du Parti « Les Républicains » Valérie PECRESSE votera MACRON au second tour, de même que Yannick JADOT de EELV qui appelle les Français à « faire barrage à l’extrême droite en déposant dans l’urne un bulletin Emmanuel MACRON ». D’autres appels anti-LE PEN sont venus des candidats Anne HIDALGO et Philippe POUTOU. Quant au candidat Jean LASSALLE, il appelle à ne voter pour personne, et c’est aussi le cas de la candidate de « Lutte Ouvrière » Nathalie ARTHAUD qui voit « deux ennemis mortels pour les travailleurs ».

Clovesky André-Gérald PIERRE

cloveskypierre1@gmail.com

Laisser un commentaire