dim. Fév 5th, 2023

Le Quotidien News

L'actualité en continue

Valiérie Alcide, une top modèle

5 min read

Telle une panthère africaine, Valiérie avec ses multiples chapeaux, impose son élégance à tous ses publics. Maîtrisant l’art de la scène, elle séduit tant par son sourire éblouissant mettant en valeur sa peau d’ébène que par son talent  au théâtre ou dans le mannequinat. Dans ce nouveau numéro, la top modèle et actrice défile sur le podium de « Être Femme Haïtienne ».

Valiérie Alcide, de son vrai nom, s’est fait un nom dans le milieu de la scène en Haïti que ce soit comme comédienne ou comme mannequin. Elle a toujours été fascinée par l’esthétique des arts, notamment les arts de la scène qu’elle chérit depuis son adolescence. « Toute petite, je me suis intéressée à l’art. Je participais toujours aux activités socioculturelles de mon église », raconte la lionne, née le 26 juillet 1995, mordue de mode et  de volontariat.

En classe de seconde, âgée de 17 ans à l’époque, Valiérie s’est lancée sans complexes  en foulant sa première scène en tant que mannequin, lorsqu’elle a représenté fièrement sa classe au Collège Régina Assumpta du Cap-Haïtien. Une expérience inoubliable qui a mis en terre la graine de star qu’elle est devenue. Mais quelques mois avant, elle avait intégré la troupe théâtrale du Collège Notre Dame, dirigée par Rosny Félix. « C’est d’ailleurs l’une des raisons qui m’a poussée à intégrer l’ENARTS, afin de peaufiner mon jeu d’acteur », affirme la comédienne, qui a subjugué de nombreux publics dans sa jeune carrière.

« Jusqu’à date, j’ai eu la chance de faire mes preuves dans cinq concours de beauté professionnels », souligne la première dauphine de Miss Haïti 2022, qui dit s’inspirer de son père Joël Alcide. En effet, elle a remporté le prix « Miss photogénique » à  Miss Haïti Caraïbes 2014 ; en 2016, elle  a été élue  « meilleur talent » du concours Miss Teen Haïti ; cette même année, elle est revenue des Philippines avec une médaille de bronze, en terminant à la troisième place de la compétition de talent du concours Miss Earth International ; en 2018, elle s’est hissée dans le top 20 des costumes à Miss Grand International (aujourd’hui Myanmar) ; et cette année, elle est sortie première dauphine de Miss Haïti 2022. Un sacré palmarès pour la top modèle à la peau d’ébène qui, de plus,  prend souvent plaisir à défiler sur les podiums de New York Fashion Week ou de Caribbean model fashion show, entre autres.

Comme dans la mode, elle assure aussi sur les scènes de théâtre. « J’ai participé à plusieurs ateliers de théâtre avec le Festival Quatre Chemins, l’Institut français et Kino Lakay… », fait savoir la comédienne de formation, fascinée par les belles aventures du voyage. Pour la 14e édition du Festival Quatre Chemins, en 2017, elle a interprété un rôle dans la pièce GouyadSenpyè, écrite par Darline Gilles, et mise en scène par Aniès Noël. En 2018, elle a participé à la marche artistique « Pwosesyon Lanmou » dans le cadre du Festival Negès Mawon. En 2021, elle a une fois de plus  démontré son talent dans le spectacle « Solda Twal » réalisé en prélude du Festival Quatre Chemins.

Au cinéma, elle a obtenu son premier rôle dans le film « Machann Fig la » (2018), réalisé par Gaspard Amiral et Ricardo Tranquillin et produit par Ciné Institute. En décembre prochain, elle apparaîtra dans le nouveau court-métrage « Afotografilm », écrit par Marc Royster Stallion et révisé par Aurélie Stallion, qui ont aussi assuré la production en collaboration avec Sekoya Studio.

La jeune star n’est pas indifférente à la situation calamiteuse du pays. Selon elle, il s’agit d’un suicide collectif. À en croire ses témoignages, elle a dû tirer un trait sur plusieurs projets auxquels elle devait participer, à cause du climat insécuritaire. « Déjà, je voyage beaucoup pour des défilés de mode en République Dominicaine. J’ai raté plusieurs castings en plus des contrats que je n’ai pas pu honorer parce que je ne pouvais pas me déplacer. J’ai déclaré  forfait pour un événement en Jamaïque, parce que l’ambassade avait fermé ses portes en Haïti », témoigne Valiérie Alcide, qui a du mal à vivre cette situation. « Je suis une personne productive, j’aime bouger. Rester à la maison, sans internet en plus, cela m’ennuie », se plaint-elle.

L’actrice, qui a également étudié la diplomatie et les relations internationales, invite ses compatriotes à trouver une transition qui soit acceptée par les différents partis politiques, les différents syndicats, et les organisations de défense des droits humains. « Et cette transition aura pour mission de rétablir l’ordre et d’organiser des élections libres et démocratiques », déclare l’activiste, intéressée par la politique de son pays.

Dans la foulée, la montée de la violence faite aux femmes et aux filles fait verser beaucoup d’encre. Une situation qui ne date pas d’aujourd’hui, selon Valiérie Alcide. « Cela a toujours été ainsi depuis la nuit des temps. Et la faute revient toujours aux victimes car la culture du viol s’est installée dans notre société », déplore-t-elle. Pour l’éradiquer, il faut un système juridique fort qui soit capable de punir sévèrement l’agresseur, le violeur, qu’importe son statut social, selon la militante qui invite également les victimes à porter plainte. « N’ayez pas peur de les dénoncer sinon vous allez être doublement victimes en vous faisant complice de leur méfait », martèle Mlle Alcide.

Malgré son brillant parcours dans le monde de l’art, Valiérie nourrit en elle des ambitions politiques. « En ce qui concerne la politique, je compte œuvrer à travers une organisation que je vais mettre sur pied », annonce l’artiste pétrie de talents et membre de la Chambre de Commerce des Femmes Entrepreneures d’Haïti depuis 2018. « Je pense que le choix de devenir entrepreneure est stratégique car cela m’aide à subvenir à mes besoins », déclare l’entrepreneure, avant d’ajouter qu’elle ne peut pas vivre du théâtre et de la mode en Haïti.

Du haut de ses vingt-sept ans, Valiérie Alcide fait rayonner l’identité afro-caribéenne grâce à son élégance, sa beauté et son talent. Elle n’entend pas s’arrêter en si bon chemin. « Personne ne te doit rien. Tu es ton plus grand investissement. Donc, investis en toi-même pour un futur prometteur », tel est son message aux jeunes, dans cette page de « Être Femme Haïtienne ».

Statler LUCZAMA

Luczstadler96@gmail.com

Laisser un commentaire