ven. Juil 1st, 2022

Le Quotidien News

L'actualité en continue

ASSH se sert du rap pour décrire la vie

4 min read

À juste 22 ans, Deb Ashley Nerestil dit ASHH veut surprendre par sa maturité. Passionné de musique dès son plus jeune âge, cet artiste s’est lancé dans le rap avec des textes  remplis des affres et des pièges de sa génération, en quête de succès. En incarnant le côté émotif, et il se livre sur des sujets « street ». Le jeune rappeur aussi  étudiant en droit veut développer sa faculté de séduire les oreilles par son style qu’il travaille encore.

Deb Ashley Nerestil est né le 18 février 2000. Il a commencé à faire du rap fin 2019 et présente des textes de rap exclusivement en français parce que d’après lui, c’est cette version du rap qui l’a influencé alors qu’il n’était qu’un jeune passionné.  Né dans la commune de Delmas, il a passé son enfance à Tabarre.

« Depuis tout petit, j’ai toujours aimé écouter de la musique car j’étais sensible au rythme et à l’émotion que ça procurait. Toutefois, je ne pensais pas que j’allais en faire même si j’ai toujours senti un truc en moi qui vibrait pour cette chose », explique-t-il.

Enfant, il écoutait plusieurs styles de chanson, allant de la pop de Michael Jackson jusqu’au rap de la ‘’Sexion d’Assaut’’. Ses préférences  allaient d’un style à un autre et le caractère diversifié de ses choix lui a valu  une formation musicale assez intéressante.

L’actuel étudiant en droit à l’Université Quisqueya (UniQ) se retrouve face à un dilemme qui  l’a poussé à se lancer sous le pseudo ASHH. Joignable sur les réseaux, il a décidé de partager ses comptes: Instagram (ashhofisyel), Facebook (ÄSHH Ofisyèl) YouTube (ÄSHH Ofisyèl).

L’art est un moyen d’expression libre.Alors que chaque personne peut choisir de s’exprimer comme elle veut, ASHH a choisi de parler de ses maux, de ce qui le motive et de sa vision de la vie.

« En réalité, je fais de la musique de manière thérapeutique. Quand quelqu’un m’écoute, il a l’impression qu’il se reconnaît dans ma vie. En effet, malgré notre singularité, je crois que nos vies se coïncident sur pas mal de choses. C’est l’une des raisons pour lesquelles j’aime faire de la musique, pour procurer de l’émotion chez   celui qui m’écoute», souligne-t-il.

En 2020, il sort un premier EP intitulé « NVLL PL » qui signifie « Nouvelle pluie » disponible sur SoundCloud et audiomack dans lequel le thème principal est: « l’espoir ». C’était un projet très personnel dans lequel le public a eu plus d’informations sur le rappeur et a su pourquoi il fait de la musique. C’est une réalisation très variée dans laquelle il y a des titres très rappés, chantés, et des morceaux mélangés des deux.

«  J’aime mélanger les styles, dit-il, parce que je suis influencé par plusieurs musiques mais je reste principalement un rappeur. Cette année j’ai sorti un single intitulé « Alerte rouge » que les gens peuvent trouver sur les plateformes de vente et de visionnage. Actuellement je prépare un nouvel EP qui sortira très prochainement cette année ».

L’EP est terminé, d’après l’artiste. Il ne lui reste que quelques petits arrangements à faire en studio et il va essayer de travailler plus sur le côté marketing afin que son travail puisse atteindre beaucoup plus de gens. Ce sera un projet plus abouti et plus varié que le premier, il y a vraiment de nouvelles prises de risque et il attend impatiemment  le retour des gens.

ASHH  trouve qu’il fait une musique extrêmement introspective, il considère son art comme une pratique très personnelle et intime. Son inspiration peut varier d’une chose à une autre, mais le mot plus facile qu’il peut employer à tout vent, c’est « la vie ».

« J’essaie de donner ma vision sur les choses qui nous entourent car je crois que c’est un peu mon rôle en tant qu’artiste de proposer une nouvelle perspective. En ce qui concerne les attentes, je m’efforce à ne pas en avoir, car forcément ça crée de la frustration et de la déception. Je veux juste être surpris sans avoir quelque chose de précis en tête »,  raconte le rappeur soulignant  qu’il ne participe pas à beaucoup de shows et qu’il travaille sur un rythme assez soutenu.

ASHH ne vit pas de la musique, il s’en sert pour s’exprimer et cela lui suffit. « En attendant, c’est le plus important. On se professionnalise de jour en jour, et je crois qu’à l’avenir, les choses ne seront pas les mêmes mais l’essentiel c’est qu’on bosse dans le présent. Je crois que le plus important pour un jeune artiste en ce moment est de savoir se démarquer tout en prenant du plaisir dans ce qu’il fait », estime-t-il.

Geneviève Fleury

genevievef359@gmail.com

Laisser un commentaire