dim. Jan 23rd, 2022

Le Quotidien News

L'actualité en continue

Coup d’œil sur les 12 personnalités qui ont été remarquées par la rédaction de Le Quotidien News pour l’année 2021

6 min read

Depuis tantôt deux ans, le journal Le Quotidien News part à la recherche de personnalités dont  les qualités garantissent un bel avenir. Nous proposons également à notre jeune lectorat des modèles, des personnalités qui sèment les graines de la positivité à travers leurs œuvres.

En effet, les talents dans tous les arts, des chercheurs, des leaders et personnalités politiques, se succèdent dans les pages de nos rubriques ‘’À la rencontres des Stars’’ et ‘’Moun ou dwe konnen’’, sans oublier la page spéciale ‘’Être femme haïtienne’’ consacrée aux femmes qui portent en elles les germes de l’espoir. Toutes les histoires ont été remarquablement inspirantes. Mais la rédaction en a retenues douze. Douze personnalités que nous avons présentées à travers les rubriques, qui nous ont captivés par leurs implications pour une cause noble et utile avec leur talent, leurs œuvres, leurs réflexions, leurs militance et consistance dans leur sphère d’évolution.

Faisons alors  un come-back dans ce présent article pour découvrir les douze figures de l’année de Le Quotidien News. Comme l’exige si bien la formule « les femmes d’abord », commençons par la rubrique qui promeut la gente féminine haïtienne.

Être Femme Haïtienne

Rose Lumane Saint Jean a considérablement marqué les esprits au milieu de l’année 2021 en rehaussant la fierté haïtienne lors du concours international d’éloquence de l’Université parisienne Panthéon Sorbonne. Grâce à la mobilisation de plus de 25 mille  votes, la jeune oratrice de 24 ans d’origine capoise a remporté le prix du public TV5 Monde. Fort de sa rhétorique, la lauréate du concours sur les droits humains en Haïti veut être « la voix des sans voix » en Haïti. On a hâte de suivre son parcours très prometteur. Rose Lumane Saint-Jean s’est produite à l’Université Quisqueya et au Centre d’Art. Il importe de mentionner que  Rose Lumane Saint Jean s’est produite à l’UniQ et au Centre d’Art.

Tout comme Rose Lumane, la rédactrice de Ayibo Post, Laura Louis, s’est offert le prestigieux Prix Philippe Chaffanjon pour son reportage titré « Tate tifi : le test de virginité qui traumatise les femmes en Haïti ». A noter qu’avant ce prix, elle avait remporté le prix du Jeune Journaliste en Haïti en 2019. Laura Louis, tombée en amour pour le métier de journaliste, réalise passionnément le rêve abandonné de son grand frère.

Stéphana Dorval, quant à elle, cette plume à l’encre au goût du miel, a attiré du monde cette année dans les locaux de Makaya Chocolat, lors de la vente signature de son premier ouvrage  intitulé « Siwomyèl ak Sèl ». Les jeunes ont pris goût à se délecter de ce sirop d’encre servi par l’étudiante finissante en Gestion des affaires à l’INAGHEI, cette même encre qui narre la belle histoire du film documentaire Boyo réalisé par Samuel Daméus.

À la rencontre des Stars

Dans  cette rubrique qui met en valeur de brillants artistes bourrés de talent, ont été  présentées des figures qui ont connu beaucoup de succès cette année. On pense en effet à Kerven Cantave, dit Cantave K., qui a pris du galon cette année. Le comédien formé à l’école de théâtre ACTE, qui a incarné Moïse dans le film à succès de Gessica Généus, Freda, a trouvé la formule hilarante pour tourner en dérision les faits marquants de l’actu. Cantave K. ne fait que confirmer quotidiennement son talent sur les réseaux sociaux.

Issu de la même ville que Cantave, Erol Josué, qui se passe de présentation, est un samba multidimensionnel en pèlerinage. Il se veut l’incarnation de la culture haïtienne. Le directeur du Bureau national d’Ethnologie et figure de proue de Sosyete Afrik Ginen, a délivré cette année dans les locaux de Lincoln Center son album Pèlerinaj. À travers ses œuvres, l’artiste et militant vodouisant entend promouvoir l’identité haïtienne dans le monde entier. Il est sur une bonne lancée.

Ce sont en effet ces deux visages artistiques issus de Carrefour qui ont dominé cette rubrique pour cette année 2021. Parlons à présent des cinq personnalités de toutes catégories, présentées dans les pages de ‘’Moun ou dwe konnen’’.

Moun ou dwe konnen

L’ambassadeur d’Haïti à Taïwan, Roudy Stanley Penn, s’est toujours positionné du côté des jeunes. Montrant un leadership exemplaire, l’Ambassadeur a, dans un premier temps, présenté la rubrique radiophonique Politoscopie par le biais de laquelle il assurait l’éducation politique des auditeurs de Radio Caraïbes. Le CEO de PolitcoTech a été nommé Ambassadeur d’Haïti à Taïwan par la chancellerie haïtienne cette année, mettant ainsi ses capacités en vue d’améliorer les relations diplomatiques des deux pays.

A noter que l’an dernier, son épouse, Daniella Jacques, fondatrice de Dofen NEWS, a été parmi les dix personnalités de LQN.

Un artiste engagé, un militant politique, Kébert Bastien, s’est aussi présenté dans un numéro de Moun ou dwe Konnen. KEB est celui qui dit Merde à la vie, qui décrit la réalité de l’École Nord-Mâle, qui chante Pwenn fè pa, avant d’adoucir un peu sa poésie avec les treize mélodies de Barikad Lanmou, son quatrième opus sorti cette année. Avec ce dernier, KEB a proposé du nouveau et a tenté le coup au Prix Découverte RFI 2021. En attendant d’aller plus loin avec le talentueux KEB, profitons inlassablement du Barikad Lanmou.

La photojournaliste d’origine helvétique, Valérie Baeryswil, résidant en Haïti depuis plus de cinq ans, est aussi une personnalité qui, cette année, a retenu notre attention. Co-lauréate du Prix Philippe Chaffanjon 2021, Valérie a signé un bel ouvrage photographique résultant de son travail impeccable sur le mariage en Haïti, d’où le titre de son opus : Bonne vie à deux, pour le meilleur et pour le pire. Un livre qui témoigne de sa passion pour la capture de belles images.

La platiniste, Kémissa Trécile a prouvé encore une fois cette année qu’elle est une femme qui  se construit une carrière très inspirante dans ce qu’on appelle l’industrie musicale haïtienne (HMI). Dj Kémissa parvient avec brio à gérer sa carrière de juriste sans que celle-ci ne gêne sa carrière de Dj.  Elle se sert de son art pour défendre les jeunes et les femmes en Haïti. Une mission qu’elle accomplit magistralement bien. La rédaction lui souhaite  tout le succès qu’elle mérite.

Qui d’autre que la radieuse Myria Charles dite Sister M. pour créer le surnombre dans ce spécial Moun ou dwe konnen. Son sourire est le symbole étincelant de la grandeur de son âme, exprimée également par sa voix contrebassiste. La grande, auteure du best-seller « De vous à moi » (2013 et 2014), chanteuse, présentatrice et comédienne, continue à influencer positivement les jeunes sur les réseaux sociaux, notamment sur Instagram. Puisse son sourire demeure éternellement dans la mémoire des Haïtiens.

Parallèlement à ces trois rubriques qui retracent le parcours  de personnes modèles dans le pays, la rédaction s’est permise de rencontrer quelques grandes figures dans la tournée des Grands Portraits. On a rencontré deux personnalités qui consacrent leur vie à la  science, les docteurs Hérold Toussaint et Ketty Balthazard-Accou. Deux scientifiques qui, en plus d’être toujours en quête du savoir, veulent montrer la voie à la jeunesse haïtienne. M. Toussaint a plus de 15 ouvrages  à son actif. Ancien Vice-recteur aux affaires académiques de l’Université d’État d’Haïti, le docteur en Sociologie politique  a guidé les travaux scientifiques de plusieurs jeunes. En effet, plus d’une dizaine d’ouvrages ont été publiés sous sa direction.

De son côté, Mme Balthazard-Accou, Docteure en microbiologie et coordonnatrice du programme doctoral en Environnement à l’Université Quisqueya, encourage l’implication des femmes dans le milieu scientifique en Haïti. C’est justement cette mission qu’elle coordonne à travers l’Association haïtienne « Femmes, Sciences et Technologie ».

Ce sont deux sages sur qui le pays peut compter pour son nouvel élan.

Faute de modèles, on claironne souvent que la jeunesse s’égare sur la mauvaise voie. Par contre, Le Quotidien News, dans l’objectif de promouvoir des valeurs positives dans le pays, se donne pour mission de toujours aller à la rencontre de ces graines porteuses d’un bel avenir pour notre chère Haïti.

L’aventure continue. Rendez-vous à l’année prochaine pour un nouveau chapitre.

Statler LUCZAMA

Laisser un commentaire