ven. Avr 12th, 2024

Le Quotidien News

L'actualité en continue

Haïti régresse dans l’Indice de Perception de la Corruption 2022

4 min read

Dans un rapport rendu public par Transparency International en date du 31 janvier 2023, Haïti se trouve avec un score de 17/100 dans le classement relatif à l’Indice de Perception de la Corruption sur une échelle allant de zéro, qui exprime une forte corruption, à cent indiquant que le pays ne connait aucune corruption.

Haïti fait partie des pays ayant reculé le plus  dans ce classement depuis 2017, selon le rapport. « […] Le Pakistan (27), le Honduras (23), le Nicaragua (19) et Haïti (17)», mentionne-t-on dans ce rapport.

Sur 180 pays, Haïti, avec un score de 17/100, occupe la 171e place. De son côté,  la République Dominicaine se classe 123e avec un score de 32/100. Le classement est dominé par le Danemark qui est en tête de l’indice de cette année, suivi de près par la Finlande et la Nouvelle- Zélande. « Des institutions démocratiques solides et le respect des droits de l’Homme qui caractérisent ces pays font qu’ils sont parmi les plus pacifiques selon l’indice mondial de la paix », explique-t-on. Signalons que,  en 2021, Haïti occupait la 164e place.

Cependant selon Transparency International à travers ce rapport, des pays comme le Soudan du sud (13), la Syrie (13) et la Somalie (12) sont impliqués dans des conflits de longue date, restent au bas du classement IPC.

« L’IPC classe 180 pays et territoires sur une échelle qui va de zéro (0 = forte corruption) à cent (100 = aucune corruption), en fonction du degré de perception de la corruption dans le secteur public», explique-t-on dans ce rapport précisant par ailleurs que  la moyenne mondiale de l’IPC reste inchangée, à 43 points, pour la onzième année consécutive, sachant que plus des deux tiers des pays, avec un score inférieur à 50, font face à de sérieux problèmes de corruption

À en croire Transparency International, l’indice mondial de la paix révèle que le monde est devenu moins pacifique. Et par conséquent, il y a une corrélation évidente qui existe entre violence et corruption. « […] Les pays enregistrant les scores les plus bas dans cet indice étant en même temps les moins bien classés dans l’IPC », explique-t-on dans ce rapport soulignant que les Gouvernements affaiblis par la corruption sont incapables d’assurer la protection des populations, et parallèlement le mécontentement des citoyens peut facilement se transformer en violence.

La déclaration de Mme Delia Ferreira Rubio, Présidente de Transparency International

La corruption fait que notre monde est de plus en plus dangereux, d’après Mme Rubio. « Les Gouvernements étant incapables globalement de progresser dans la lutte contre ce fléau, ils alimentent la montée actuelle de la violence et des conflits, et mettent en danger la sécurité des personnes partout à travers le monde », affirme-t-elle.

La seule issue possible, dit-elle,  c’est que les États se mettent à la tâche afin de déloger la corruption à tous les niveaux, pour s’assurer que les Autorités publiques agissent pour le bien de tous et non pas seulement pour une petite élite

Corruption, conflits et sécurité

Ce rapport précise que la corruption, les conflits et les problèmes sécuritaires sont profondément liés. Les malversations, les détournements et les vols de fonds publics ont pour effet de priver les institutions en charge de la protection des citoyens, du respect de l’État de droit et du maintien de la paix, des ressources nécessaires pour remplir ces missions essentielles. « Les groupements criminels et terroristes profitent souvent de l’aide et de la complicité de fonctionnaires corrompus, agents de l’ordre, juges ou politiciens, ce qui leur permet d’opérer en toute impunité et de prospérer».

Des personnages haïtiens sanctionnés par la communauté internationale pour corruption, entre autres

Plusieurs personnalités haïtiennes ont  été sanctionnées par la communauté internationale, principalement, le Canada et les États-Unis pour corruption, entre autres. C’est le cas de Romel Bell, ancien directeur général de l’Administration Générale des Douanes, et de Rony Célestin, ancien Sénateur de la République, qui ont été ajoutés sur la liste le 9 décembre 2022, a-t-on appris dans un communiqué de l’ambassade  américaine.

Bien avant,  les anciens  Présidents  du Sénat Joseph Lambert et Youri Latortue ont, eux aussi, été sanctionnés par le Canada. « Le Canada a des raisons de croire que ces personnes utilisent leur statut de titulaire de charge publique antérieur ou actuel pour protéger et permettre les activités illégales de gangs criminels armés, notamment par le blanchiment d’argent et d’autres actes de corruption », avait fait savoir le Gouvernement canadien dans un communiqué.

En dépit de ces sanctions, la justice haïtienne qui, de son côté, est très décriée, n’a apparemment pris aucune décision jusqu’à date pour vérifier la justesse de ces actions.

Jackson Junior RINVIL

rjacksonjunior@yahoo.fr

Laisser un commentaire