mar. Oct 26th, 2021

Le Quotidien News

L'actualité en continue

Haiti se souvient de la journée mondiale du tourisme malgré tout

3 min read

La journée mondiale du tourisme, célébrée chaque année le 27 septembre est un appel pour le renouvellement des offres aux curieux qui rêvent de vacances. Haïti, ratant tous les ans le thème proposée, se résigne à son retrait de la carte touristique mondiale. Cependant, cette journée a été vue autrement cette année par plusieurs secteurs de l’industrie touristique, dont trois retiennent notre attention.

« Tourisme et croissance inclusive » tel a été le thème de cette année qui met en avant le développement du tourisme local de manière durable. L’actuelle Ministre du tourisme en Haïti, Madame Luz Kurta Cassandra François, a donné le coup d’envoi aux divers débats et réflexions centrés sur des thèmes allant du tourisme et du relèvement régional aux bénéfices de l’inclusion pour la croissance, en passant par les méfaits des turbulences et des catastrophes naturelles sur le tourisme haïtien.

Dans la matinée du 27 septembre, le Premier Ministre Ariel Henry a fait appel à une coopération entre les différents acteurs concernés. Il réclame la reprise complète des activités touristiques en Haïti. La rencontre s’est tenue dans la maison Dufort en compagnie des anciennes ministres du tourisme, la présidente de l’Association touristique d’Haïti et d’autres représentants du secteur touristique.

Au cours de la journée, une réunion zoom a été réalisée par un groupe de responsables de tours opérateurs sous la direction de Luvanie Pierre-Louis, directrice de Luvain Agency. Ils ont évoqué l’absence de représentativité au niveau du secteur qui est complètement inerte. L’insécurité handicape les activités touristiques depuis plusieurs années et s’empire de jour en jour. Les problèmes d’infrastructures routières ont été soulevés et l’inactivité du POLITOUR, qui est un corps policier spécialisé au ministère du tourisme, inquiète les directeurs d’agence qui craignent pour la sécurité des touristes. L’insalubrité et les sites détruits par les catastrophes naturelles ou les excès de manifestants en colère sont remis en cause. Les responsables ont proposé de repenser la finalité de l’industrie qui est porteuse de devises et créatrice d’emplois et de richesse. Une campagne avec le hashtag #tourislokalpakamouri# a été lancée.

La journée fut clôturée dans l’auditorium de l’IERAH/ISERSS où le professeur Kesler Bien-Aimé a donné une conférence sur la stratégie de relance du secteur touristique après le Covid et le séisme du 14 août. Le panel a proposé aux dirigés de faire confiance aux dirigeants tout en prônant une mise en garde contre le tourisme qui peut être un facteur de destruction des localités qui ne vivent que de leur patrimoine.

Poussés par des réflexions incertaines, les acteurs du tourisme espèrent pouvoir bénéficier des retombées de l’industrie. Ils lancent un cri d’alarme aux organisateurs d’événements qui délocalisent les activités vers la République Dominicaine et qui proposent la construction d’infrastructures pour la circulation libre et sécuritaire des touristes dans toutes les localités en Haïti.

Geneviève Fleury

Laisser un commentaire