jeu. Déc 2nd, 2021

Le Quotidien News

L'actualité en continue

La difficulté des bouquinistes à vendre leurs livres

2 min read

Pour la rentrée scolaire 2019-2020, certains bouquinistes se plaignent , car ils ont des difficultés à vendre leurs livres. Les écoles , la plupart d’entre eux se font intégrer dans le commerce des matériels scolaires particulièrement le livre , ceci a un impact sur ceux qui ont vendu au bord des Rues et dans les marchés.

Dans les années antérieures , le business des livres était rentable en faisant cette activité on pourrait résoudre certains problèmes comme quoi la nourriture journalière , l’achat des toiles d’uniforme et le paiement de la couture , valise , cahier , instrument de géométrie , noeud etc.
Mais cette année là, les choses sont devenues différentes avec l’intégration des institutions scolaires dans le commerce des livres. Plusieurs bouquinistes ont perdu leurs clients , car il ne peuvent pas acheter ailleurs mais plutôt à l’école. Une véritable perte pour nous qui vendent des livres , a relaté un commerçant .

Les écoles nous a fait du tort considérablement en choisissant d’entrer dans ce système , surtout celles qui ont fait de ça une obligation d’acheter chez eux. C’est l’un des moyens que nous avons , nous les parents à chaque rentrée des classes de gagner un revenu pour aider à nos progénitures d’aller à l’ école. Maintenant nos moyens financiers sont diminués , nous aurons du mal à répondre à certaines obligations de la rentrée des classes , a dit Micheline Pierre une commerçante du marché en fer .

Ce qui est drôle dans cette affaire , c’est que le prétexte utilisé d’interdire aux parents des élèves d’acheter ailleurs n’a aucun bien fondé. Leurs livres ne sont pas originaux contrairement à ce qu’ils veulent faire croire , ils vendent des copies à prix original, un livre vous pouvez obtenir dans les marchés à 200 gourdes coûte chez eux 300 gourdes et ils sont de même qualité. Cette année les directeurs ne sont plus dans l’avantage des malheureux , a fait savoir une bouquiniste cachée sous le couvert de l’anonymat.

La commercialisation des institutions scolaires a reduit la vente des bouquinistes , que faire dans une telle situation ?

Laisser un commentaire