mer. Mai 25th, 2022

Le Quotidien News

L'actualité en continue

Le Palais National, symbole de la souveraineté nationale, à quand la reconstruction ?

4 min read

Tenant son siège au centre de la capitale, le Palais National a été pendant de très longues années le siège de la présidence haïtienne. Ce majestueux édifice dont la blancheur et l’architecture n’ont pas manqué de charmer les regards, a été malheureusement détruit lors du terrible séisme qui a secoué les entrailles d’Haïti, le 12 janvier 2010. Aujourd’hui, 12 années après cette catastrophe qui a coûté si cher à la nation haïtienne, tant en matière de vies humaines qu’en matière de biens publics et privés, peut-on encore espérer une  reconstruction de la résidence officielle de la présidence ?

Il faudrait, alors, remonter jusqu’aux racines de l’histoire nationale pour comprendre les étapes de la construction de ce bâtiment qui a longtemps figuré parmi les chefs-d’œuvre nationaux et même internationaux. Très peu savent que le Palais effondré en 2010 n’a pas été le premier à étaler sa beauté sur ce site du Champ-de-Mars, mais bien au contraire, il a été précédé par deux palais tout aussi magnifiques. Effectivement, trois palais ont siégé sur cet espace accueillant du Champs-de-Mars. Le premier a été bombardé le 19 décembre 1869, sous la gouvernance de Sylvain Salnave; le second n’a pas su résister à l’explosion du 8 août 1912 et a emporté dans ses ruines le Président Cincinnatus Leconte.

Peu de temps après cette destruction, Tancrède Auguste, le successeur de Leconte a entamé le processus de reconstruction d’un nouveau palais. Ainsi, le 30 octobre 1912, il fait publier dans le Moniteur le lancement d’un concours aux architectes et ingénieurs pour la reconstruction. Et finalement, le 2 août 1913, Georges Baussan remporte le premier prix du concours avec “Petit Nid”. En mai 1914, on commence la construction mais les conséquences de la première guerre mondiale affectent lourdement le chantier et ralentissent le processus. Ce n’est qu’en 1920 que “Petit Nid” passera d’un projet sur le papier à un magnifique et solide bâtiment blanc.

Petit Nid, l’édifice mesurant environ 20 000 mètres carrés, était évidemment spacieux et adapté à tous les types de réunions et de réceptions. Ses murs chaleureux ont vu défiler beaucoup de Chefs d’État. Le Palais National d’Haïti était à la fois un symbole de force et de douceur, c’était le solide représentant de la souveraineté de la nation haïtienne. Mais le 12 janvier 2010, à 16 heures 53 minutes, un inoubliable tremblement de terre a fait s’écrouler les bases du Palais National, ainsi que des milliers de maisons et de bâtiments.

 Ce séisme s’est transformé en une véritable catastrophe naturelle, et en seulement 35 secondes, les pertes en vies humaines sont devenues incalculables. L’épicentre du séisme situé à 25 km de Port-au-Prince a causé d’innombrables dégâts. Les cris et les pleurs venaient de partout, la ville s’est vite transformée en un amas de poussières, des milliers de personnes ont perdu la vie, d’autres leurs proches. En ce jour sombre, le Palais Présidentiel s’est effondré et, aujourd’hui, rien de concret n’est fait pour tenter de remettre sur pieds ce symbole de la souveraineté nationale.

Les jours se sont enchaînés, les années se sont succédé et ce n’est qu’en 2014 que l’État a procédé à la démolition totale de ce qui restait du Palais National. Sous prétexte que les coûts de la reconstruction sont trop élevés, il a fallu attendre jusqu’en 2017 pour effectuer le second pas dans le cadre d’une éventuelle reconstruction. Ainsi, sous le gouvernement de Jovenel Moïse, vers la fin de l’année 2017, un concours d’architecture  a été lancé en vue de procéder à la restauration de ce site. C’est une firme haïtienne spécialisée dans la construction, l’architecture et la décoration de bâtiments, RACO DECO qui a remporté le premier prix et qui est par conséquent chargée de réaliser les plans du futur Palais National. Mais jusqu’à aujourd’hui, il n’y a eu aucune avancée concrète dans le cadre de ce projet.

À  l’aube de l’année 2022, 12 années après les secousses du 12 janvier 2010, la nation haïtienne se trouve confrontée à des crises majeures. Secouée entre crises sanitaires, sécuritaires, politiques, économiques, sociales et humanitaires, elle ne sait plus quel chemin emprunter pour trouver la lumière au bout du tunnel. La situation de vie de la population se dégrade de plus en plus, le taux d’émigration augmente, la circulation à travers le pays devient très dangereuse à cause du kidnapping qui fait désormais partie de notre quotidien et à cause des routes bloquées de partout.

Le pays a du mal à respirer. La nation a du mal à se relever. 12 années après le séisme, on marche encore sur les ruines de bâtiments écroulés. La nation peine à se reconstruire et s’effondre un peu plus chaque jour. Avec la mort de l’ancien Président de la République le 7 juillet dernier, l’espoir de la nation s’est dissipé comme un nuage. Et le site qui, hébergeait le Palais National reste encore vide. Et on se demande encore aujourd’hui : à quand la reconstruction du Palais National ?

Leyla Bath-Scheba Pierre Louis                         

Pleyla78@gmail.com

Laisser un commentaire