sam. Juin 22nd, 2024

Le Quotidien News

L'actualité en continue

Par quelle magie peut-on refaire le Congrès de l’Arcahaie?

3 min read

Haïti est sur le point de vivre l’un des pires moments de son histoire. On est dans une phase d’expérimentation très peu rassurante. On essaie la mise en sommeil de la Constitution, des formes de Gouvernement sorties de toute logique. Nous vivons dans l’anarchie comme si c’était une situation normale. 

Ce 18 mai 2024, le pays commémore les 221 ans de la création de son drapeau. Dans un contexte où le tissu social est en lambeau.  Un contexte où on ne fait plus cas des droits de la personne, du respect des lois, etc.

Nous venons tout juste de colmater une crise qui était trop évidente. Celle ayant  rapport au Conseil Présidentiel expérimental de neuf membres. Ses conseillers ont mis du temps pour trouver une solution fragile comme un œuf: la présidence tournante.

Dans les jours qui viennent, ce Conseil va devoir défaire un peloton de fil presque impossible à démêler. Le fait de choisir un Premier Ministre d’ouverture parmi plus d’une centaine de candidats. Pis est, les conseillers seront à la fois juge et partie au regard de l’accord du 3 avril 2024.

C’est dans ce contexte que nous avons commémoré notre drapeau. Ce symbole qui nous rappelle l’unité des noirs et des mulâtres. Cet emblème qui charrie le choix hasardeux de nos ancêtres ayant renoncé à l’exploitation, l’esclavage et l’idéologie dominante des siècles de la découverte du nouveau monde.

Fort de nos rancœurs, de nos égoïsmes,  de notre attitude mesquine, nous avons rabâché cette fête cloisonnée dans des pièces exiguës loin de la fureur des gangs. Le MUPANAH qui est le lieu par excellence des fêtes nationales depuis des années a été lui-même oublié.

Nous avons rendu hommage à nos aïeux dans la honte. Nous les avons remerciés en transformant le pays en enfer. Nous avons sciemment choisi de rompre avec leur alliance. Ceux qui devraient rappeler le discours héroïque des ancêtres et leur prouesse osent prononcer des discours pour la galerie en ouvrant les bras à des étrangers pour venir une fois de plus souiller la souveraineté de cette nation.

On s’entre-déchire. Les informations concernant le pays sont préoccupantes. Cette nation que les ancêtres ont rachetée par leur sang est mourante. Plus rien ne nous rappelle que nous sommes les descendants de ces héros. Nous sommes divisés sur tous les fronts. Même le droit à la circulation n’est pas un acquis dans ce pays qui a jeté la base de l’universalité des Droits de l’Homme.

Le drapeau Haïtien n’est plus ce qu’il était au début du 19e siècle. Nous n’imprimons aucun respect à son égard. Il ne fait plus notre fierté,  ce, grâce aux politiciens qui ont toujours joué l’agent double. Grâce à des traîtres qui ont détruit tous nos patrimoines et qui ont vendu leur âme pour des miettes.

Aujourd’hui plus que jamais, le bicolore doit nous interpeller à apprécier le degré de sacrifice qu’ont fait nos ancêtres. Il nous faut en faire autant aujourd’hui. Mais qui se sent prêt à lâcher un peu de ses privilèges pour permettre à l’autre de pouvoir exister? Qui peut concilier les deux bouts pour pouvoir enfin rebondir? Qui peut réellement jouer le médiateur entre gangs, politiciens, secteur privé, les gens des ghettos et la bourgeoisie? Quelle magie faut-il faire pour nous accepter comme des humains? Pour accepter que l’autre soit aussi comme nous: un être de besoin?

Plus que jamais, nous avons besoin d’un nouveau congrès de l’Arcahaie où tous feront leur mea-culpa. Où nous mettrons fin à nos querelles insensées et égoïstes. Qui peut être l’auteur de cette magie?

Daniel SÉVÈRE 

danielsevere1984@gmail

Plus de publications

Laisser un commentaire