jeu. Déc 2nd, 2021

Le Quotidien News

L'actualité en continue

Publication d’un plaidoyer des jeunes pour la démocratie

5 min read

Le Centre MUSE Haïti publie et présente à la presse ce vendredi un PLAIDOYER DES JEUNES POUR LA DEMOCRATIE, à l’intention des décideurs : gouvernants, médias, entrepreneurs, candidats aux élections, institutions nationales et organisations internationales, et tous ceux qui souhaitent prêter l’oreille à la voix de la jeunesse d’Haïti.

Ce document de 16 pages, fruit de plusieurs mois d’enquête auprès des jeunes sur le terrain, de groupes de paroles et de réflexions se veut refléter le point de vue des jeunes sur la démocratie, ce qu’ils en attendent pour construire leur avenir.

Qu’attendent les jeunes de la démocratie, sur les plans social et économique, politique et de la justice ? Autant de questions importantes posées à un échantillon de jeunes de 15 à 24 ans, qui représentent plus de la moitié de la population d’Haïti.

C’est à l’occasion de la Journée internationale de la Démocratie 2020, que le Centre MUSE Haïti (CEMUH) a relevé le défi proposé et soutenu par l’Union européenne dans le cadre de son programme de mise en valeur des Droits Humains, DWA MOUN. « Les jeunes constituent l’immense majorité de la population haïtienne. Ils représentent des acteurs du changement, et se retrouvent au cœur des dynamiques d’avancement de la société haïtienne, que l’Union européenne soutient à travers les différents secteurs de sa coopération. Leur voix doit être entendue et la démocratie construite avec eux» a déclaré l’ambassadeur de l’UE Mme Sylvie Tabesse qui était représentée par M. Luciano Colucci chef de la section Politique.

« La jeunesse haïtienne est en quête d’un avenir meilleur. La plupart du temps, elle croit que cet avenir dont elle rêve peut se trouver n’importe où, sauf en Haïti. Paradoxalement, elle se considère comme en transit sur sa terre natale. Son quotidien est rempli de déception et de rancœur envers la réalité socioéconomique et politique de son pays. Elle se sent abandonné par son Etat, marginalisée, non prise en charge et indignée par ses conditions matérielles d’existence, sa situation et ne fait plus confiance aux institutions étatiques ». Ainsi commence l’introduction de ce plaidoyer signé du Centre MUSE Haïti (CEMUH), une organisation à but non-lucratif, créé le 16 février 2019. Elle regroupe des jeunes de profils différents et vise à appuyer les secteurs porteurs de changement dans la société, notamment, le secteur de l’éducation à travers l’apprentissage et l’exercice de la citoyenneté par des activités d’éducation, de formation, de culture, d’environnement etc…

Pour le Centre MUSE Haïti, ce « plaidoyer », est un processus stratégique visant à influencer les politiques, les programmes, les pratiques et les décisions qui auront une incidence sur la vie des gens. « A travers ce plaidoyer, nous tenions à donner la parole aux jeunes dans le but de favoriser la coconstruction de la démocratie en Haïti par rapport à leurs attentes de la Démocratie et de ceux qui l’incarnent dans le pays » expliquent-t-ils.

Nesmy Manigat, ancien ministre de l’Education en Haïti, professeur d’université, expert autant que voix reconnue dans le domaine de l’éducation a accepté avec enthousiasme de guider cette réflexion avec un groupe de jeunes dynamiques autour d’une question qui semble aujourd’hui aussi pertinente. Il est fier aujourd’hui du travail qu’ils présentent. « J’étais heureux d’encadrer bénévolement la jeune équipe du Centre MUSE Haïti. Cette enquête n’avait pas la prétention d’être un sondage d’opinion sur la démocratie auprès de l’ensemble de la jeunesse haïtienne. Néanmoins, elle a tenu ses promesses de construire un plaidoyer significatif pour une citoyenneté active et engagée des jeunes. Elle a pu organiser, recueillir et présenter de manière ordonnée des témoignages, opinions et souhaits auprès d’un groupe diversifié de jeunes quant à l’exercice de leurs droits ».

Lancé mi-septembre 2020 et abouti mi-juin 2021, le projet s’est construit sur les réflexions et les attentes des jeunes interrogés par une vingtaine de bénévoles du Centre Muse Haïti, tout au long des mois sur le terrain. Pour parvenir à ce document, ils ont interrogé 53 jeunes de 15 à 24 ans dans trois départements du pays (Ouest, Sud et Nord), qui constituent l’échantillon de ce travail. Le genre est pris en compte : le pourcentage des filles dans la population des jeunes de ce plaidoyer représente 58.5 %, soit 31 filles pour 22 garçons qui représentent un pourcentage de 41.5 %. En termes de répartition géographique, le milieu rural est représenté à 54.72 % comparativement au milieu urbain, de 45.28 %. Les populations du SUD, du NORD et de l’OUEST représentent respectivement 22,64% ; 30,20% ; 47,16%, comme c’est le cas au niveau national. Les jeunes rencontrés sont de profils très variés. Ils sont étudiants.es, artisans, travailleuses du sexe, des jeunes de la diaspora haïtienne, des jeunes en situation de handicap, des jeunes à orientation sexuelle différente, des jeunes en conflit avec la loi, des jeunes habitants des quartiers défavorisés, des jeunes qui ont décrochés de leurs études, des jeunes membres d’associations de la société civile, des jeunes en milieu rural et urbain…

Les jeunes veulent être accompagnés à travers des politiques publiques qui prennent en compte leurs droits fondamentaux notamment l’accès à l’éducation et la formation technique et professionnelle, ils évoquent dans leurs attentes tout ce qui leur est refusé aujourd’hui et fait pourtant partie et parait le minimum comme desservies de santé dans les milieux ruraux, des centres sportifs et de loisirs. Ils notent une grande concentration des activités économiques au détriments des jeunes ne milieux ruraux, ils dénoncent l’inégalité face à l’emploi.

« Réaliser cette étude a été une belle aventure. En effet, rencontrer ces jeunes, nous a permis de comprendre objectivement leur réalité sociale et de voir à quel point certains d’entre eux, du fait de leurs conditions d’existence matérielle difficiles, souffrent de ce que leur impose la dure réalité du pays. Ce document évoque les attentes des adolescents entre 15 à 17 ans et les jeunes adultes de 18 à 24 ans vis-à-vis de la démocratie et de ceux qui l’incarnent dans le pays. Si nous ne prétendons pas que ce travail est exhaustif, les données recueillies reflètent, d’une manière ou d’une autre, les préoccupations socio-économiques, politiques des jeunes haïtiens ainsi que les changements et les situations qu’ils veulent changer » évoque le CEMUH en conclusion de ce document riche en enseignement.

Cette enquête édifiante devrait être incontournable pour tout gouvernant ou candidat à une fonction étatique, car si elle n’est pas exhaustive, elle n’en est pas moins une mine d’informations pour connaitre les frustrations et les attentes de la génération qui devra construire demain. Présentée d’abord à la presse, et proposée par le CEMUH aux décideurs et aspirants, ce plaidoyer est disponible en version digitale en français et en créole sur ce lien Plaidoyer des jeunes pour la Democratie ou sur simple demande à musehaitiorg@yahoo.com.

Note

Laisser un commentaire