mer. Mai 25th, 2022

Le Quotidien News

L'actualité en continue

Retraite, sommet, accord: Ariel Henry a du pain sur la planche

3 min read

Alors que le pays continue de s’enfoncer dans une abyssale sociopolitique sans précédent, l’exécutif part en retraite aux frais de la princesse à Decameron. Le moment d’un débriefing pendant que se tienne un sommet important dans la Louisiane entre tous les acteurs haïtiens avec l’appui et la participation de hauts cadres de la communauté internationale dont les États-Unis, sur le chronique cas haïtien.

Six mois déjà, Ariel Henry fait du surplace. Pour ne pas dire qu’il marche à reculons. Il a, à deux reprises changé de roues de  pour aucun résultat probant. La machine n’arrive toujours pas à rouler sur cette route rocailleuse.

Cette fois, il décide d’entrer en retraite avec les officiels du gouvernement. Le temps de laver le visage en vue de sortir de sa léthargie, voir plus claire dans un contexte où tout lui est défavorable. Selon la primature, l’objectif de la retraite est de chercher une meilleure harmonisation et une articulation plus pragmatique des actions gouvernementales en vue de porter une solution rapide et efficace aux problèmes et aux maux de la nation (…).

Le sommet ! 

Si Ariel Henry est allé en retraite le 13 janvier, en la même occasion, des organisations de la diaspora haïtienne donnent le coup d’envoi du sommet de l’unité nationale dans la Louisiane. À la différence de la retraite, il durera six jours. Prêt d’une semaine de discussion en vue de fondre les différents accords de sortie de crise en présence. Une initiative supportée largement par la communauté internationale notamment les États-Unis qui ne cessent d’appeler les acteurs à accorder les accords.

PEN et Montana forment l’accord du consensus politique

Quelques jours avant la tenue du sommet, les instigateurs des accords PEN et Montana ont réalisé une petite avancée dans le bon sens. Ils se sont mis d’accord sur la nécessité de ramollir leur position en fondant les deux accords. Au terme de ce consensus politique, il a été décidé d’un exécutif bicéphale avec une présidence sous forme collégiale. Un collège de cinq membres assurera la présidence secondé d’un premier ministre qui dirigera le gouvernement. L’organe de contrôle de la transition (OCT) veillera à l’application de la feuille de route initialement approuvée par le conseil national de transition (CNT).

Le SDP inconfortable

Les malaises du secteur démocratique et populaire (SDP) commencent à être légion. Il dénonce l’improductivité du PM le même jour que M. Henry a refusé de suivre leur exigence en gardant le tiers du Sénat toujours en fonction. Selon cette structure, Ariel Henry ne fait que renforcer le PHTK ignorant du coup les prescrits de l’accord du 11 septembre. Il appelle en ce sens le Dr Henry à vite revenir dans l’accord et mettre en exécution les termes du dit accord.

Ariel Henry in fine

Les choses commencent à tourner un peu mal pour le PM. Il a à sa trousse ce sommet qui risque de lui faire rebattre complètement la carte, les mal entendus avec certains signataires de l’accord du 11 septembre, l’état déplorable du pays (à tous les points de vue), entre autres.

En déficit de crédibilité, de légitimité et incapable de fournir de résultat, M. Henry est dans l’obligation de jouer à fond s’il espère dépasser le 7 février 2022.

Olry Dubois

Laisser un commentaire