lun. Oct 25th, 2021

Le Quotidien News

L'actualité en continue

Staloff Tropfort revendique un théâtre haïtien

4 min read

C’est un comédien qui prête son corps de temps à autres à divers personnages auxquels il donne vie sur scène, c’est un metteur en scène qui se fait dieu en  assurant le bon déroulement d’un acte. Il est celui qui redéfinit son existence à partir du théâtre. Il s’appelle Staloff Tropfort, rebaptisé Estalove Wòklò, un artiste qui danse avec la poésie sur une piste dramatique.

Les fanas du théâtre en Haïti ont probablement déjà croisé le regard de Staloff Tropfort, car, si l’on s’en tient à ses expériences. Il est incroyablement doué. Cependant, le talentueux comédien n’a pas grandi dans une famille où l’art était le bienvenu. Sa mère était une ouvrière tandis que son père était footballeur, ancien joueur et entraîneur de Victory sportif club. Troisième d’une fratrie de trois garçons, Staloff n’a pas pu découvrir le théâtre dans les livres dans son enfance, puisqu’il n’a pas grandi dans un univers livresque non plus. La seule activité qui le fascinait était le ballon rond, tout comme son père.

« Je n’étais pas quelqu’un de brillant à l’école. Je n’ai jamais eu droit dans mon enfance à des acclamations comme certains enfants, sinon quand je jouais au poste de sentinelle au football », se souvient Staloff, ancien élève de l’institution Gérard Gourgue. Ce n’est que tardivement, après ses études classiques, alors qu’il venait d’essuyer un double échec au concours d’admission de l’Université d’État d’Haïti, qu’il a rencontré la poésie au club littéraire qu’il fréquentait à l’époque.

« Je fréquentais déjà des clubs de débats, de lectures qui m’ont permis de développer un certain rapport avec les livres, les romans et la poésie notamment. Je maîtrisais très bien la lecture scénique et la poésie. Je le faisais tellement bien que les gens n’hésitaient pas à me féliciter. Aussi loin que je me souvienne, c’était la première fois qu’on m’acclamait pour mes prestations en dehors du football », raconte Staloff, qui rêvait de porter le costume d’homme de loi ou de communicateur, raison pour laquelle il a tenté d’intégrer la faculté des sciences humaines et la faculté de droit et des sciences économiques de Port-au-Prince.

Sous les conseils de son ami sculpteur, Woodly Cayimite dit Filipo, le natif de Port-au-Prince, Staloff Tropfort, s’est inscrit à l’École Nationale des Arts, histoire d’occuper  son temps pendant qu’il se préparait à nouveau pour le prochain concours d’admission à l’UEH. « Au club, en lisant de la poésie, je me suis rendu compte de mon talent dans l’art de la scène. Je me suis ainsi orienté vers le département du théâtre à l’Énarts », affirme Staloff, qui s’est fait appeler Estalove en adoptant le patronyme Wòklò, le nom d’une famille d’artistes. Dès lors, le comédien ne vit que sur les scènes de théâtre.

Staloff a fait ses débuts sur scène comme comédien lors d’un spectacle de rue  donné en hommage aux victimes du séisme du 12 janvier 2010. C’était  le début d’une belle aventure qui poursuit son petit bonhomme de chemin. Au fil du temps, il s’est perfectionné davantage au point de se voir confier le rôle principal de différentes pièces qu’il a eu l’opportunité d’interpréter sous la gouverne de metteurs en scène  célèbres dans le milieu du théâtre, comme Rolando Étienne, Paula Clermont Péan, ou du célèbre Guy Régis, son ancien professeur à l’Énarts.

Le comédien et metteur en scène Staloff Tropfort vit son art avec amour, avec passion. Il est fasciné par son travail. « C’est fascinant de pouvoir prêter son corps à un personnage, de lui donner vie à travers nos comportements, notre façon de rire, de parler, de marcher sur scène. À un certain niveau, le théâtre ressemble un peu à une cérémonie de Vodou où l’on est en crise de possession. Le comédien est en effet possédé par le personnage qu’il incarne », explique le comédien et animateur de radio, Staloff dit Estalove Wòklò, montrant l’un des rapports qu’il y a entre le théâtre et le Vodou.

Le jeune artiste s’inspire des écrits de Franck Fouché, notamment de son essai intitulé Vodou et théâtre : pour un théâtre haïtien, pour proposer un art dramatique authentiquement haïtien. « Après avoir lu son travail que je trouve très intéressant, je me suis mis à réfléchir sur comment on peut avoir une nouvelle forme de théâtre propre à nous, conçue à partir du Vodou »,  confie Staloff Tropfort qui approfondit ses recherches sur la question avec ses collègues d’ADRECE, une structure de théâtre

Depuis le jour où le théâtre lui a ouvert ses portes, Staloff Tropfort, père de famille, se permet de vivre des aventures intenses et fantastiques sur les scènes du terroir comme  d’autres pays où il  est allé suivre des stages. Il est aujourd’hui ce metteur en scène qui séduit par sa rhétorique, ce comédien qui plonge ses spectateurs dans un bassin d’émotions. Il est Estalove de la famille Wòklò, le virtuose qui illumine le théâtre haïtien.

Statler LUCZAMA

luczstadler96@gmail.com

Laisser un commentaire