ven. Juil 1st, 2022

Le Quotidien News

L'actualité en continue

Sybille Colimon, une femme au parcours inspirant ! 

4 min read

Artiste, enseignante, formatrice et mordue du tourisme local, Sybille Colimon s’épanouit notamment dans le domaine du développement personnel et professionnel. L’actuelle directrice de Pro-UniQ, très sollicitée par ses pairs pour ses conseils avisés, le fait à cœur ouvert. Pour cette nouvelle page d’Être Femme Haïtienne, découvrons ensemble cette femme au parcours inspirant !

Née dans une famille où l’art a eu toute sa place, le 2 août 1988, à Port-au-Prince, Sybille Colimon a grandi sous le regard bienveillant de ses parents. Cadette d’une fratrie de trois enfants, elle  a été fort bien entourée. Initiée au violon dès la petite enfance, son univers fut très marqué par la musique, entre un père contrebassiste et une fratrie également composée de musiciens. Sybille Colimon confie avec fierté qu’elle a intégré l’école de musique de Vision Nouvelle à seulement trois ans, puis l’école de musique de Sainte Trinité.

Parallèlement, la jeune femme a effectué ses études primaires et secondaires, respectivement à l’institution du Sacré-Cœur et au Collège Catts Pressoir. Une fois ses études classiques achevées, Sybille animée par le besoin d’acquérir le plus vite possible son indépendance financière par rapport à ses parents, a opté pour le secrétariat bilingue au Christ the King Secreterial School. Elle a par la suite travaillé pendant six ans dans l’assistanat, dans des institutions financières, des compagnies d’assurance, une brasserie avant d’intégrer l’École Supérieure d’Infotronique d’Haïti, où la jeune violoniste a obtenu une licence en gestion des entreprises avant de devenir titulaire d’un master en gestion de projets à l’Université Quisqueya (UniQ).

Toujours en quête de nouvelles aventures, Sybille a un parcours professionnel très riche. Elle a alors rejoint sans la moindre hésitation, le rectorat de l’UniQ, il y a neuf ans. « C’est l’espace ou j’ai appris le plus, et où j’ai exercé des fonctions que je n’envisageais pas », déclare l’actuelle Directrice de Pro-UniQ, le centre de développement professionnel de l’Université Quisqueya. Présentement, elle est professeure au Christ the King Secreterial School; consultante auprès de l’Autorité Nationale de Régulation du Secteur de l’Energie (ANARSE) pour les questions relatives à la gestion de projets d’électrification.

Outre ses responsabilités professionnelles, la jeune artiste consacre particulièrement du temps à la lecture. Durant son adolescence, elle s’épanouissait entre l’orchestre Philarmonique Sainte Trinité et sa petite bibliothèque. « Je me rappelle qu’un jour, j’avais épuisé ma bibliothèque. Je me suis mise à apprendre tous les proverbes et expressions latines se trouvant dans mon dictionnaire. Ce fut une expérience fort agréable », se remémore-t-elle. Sybille nous confie avoir partagé des moments intimes avec la lecture et en garde de très bons souvenirs. Beaucoup de livres ont marqué sa vie mais celui qui l’a beaucoup plus impacté est : « Gouverneur de la rosée ». C’est à partir de cette lecture qu’elle s’est plus ouverte au monde et ce classique de la littérature haïtienne a semé en elle les graines du communisme, de la révolution, et de l’équité. Depuis, elle s’est beaucoup plu dans la littérature haïtienne et s’est identifiée comme une citoyenne anti-inégalité.

En dehors de la lecture et de la musique, Sybille adore faire du tourisme local, par ailleurs elle se plaint de la situation sécuritaire du pays qui limite considérablement les déplacements de la population. Entre-temps, la jeune femme de 34 ans affirme être heureuse particulièrement en ce moment car elle est en train de faire l’expérience de la maternité. Elle souligne qu’elle essaie de ne pas embrasser trop de projets à la fois, afin d’être totalement présente émotionnellement et physiquement pour son petit garçon qui fait à peine ses premiers pas, et de vivre pleinement l’évolution de son fils qui, pour répéter ses dires, est devenu son patron.

Des projets, Sybille Colimon en a plein ! Elle compte entamer des études de droit, son rêve d’enfant, afin d’approcher un sous-domaine qui relie droit et gestion et se lancer à fond dans le domaine du développement personnel en s’inscrivant dans un programme de master ! Elle caresse également le rêve d’ouvrir une société dans laquelle elle fournirait ses services de counseling et espère que cette initiative ne fera pas fuir ses principaux visiteurs et en attirera d’autres.

Aux jeunes Haïtiens et Haïtiennes d’aujourd’hui, Sybille Colimon conseille de s’intéresser à eux-mêmes, de canaliser les nouvelles vibrations tirées de cette découverte de soi vers les relations avec autrui, les études, la gestion des avoirs. « La jeunesse gagnerait à être moins en proie aux dérives que nous lui connaissons aujourd’hui », conclut Sybille Colimon. À l’heure actuelle, Sybille affirme être fière de ses multiples accomplissements et continue de se former par tous les moyens possibles.

Leyla Bath-Schéba Pierre Louis

Pleyla78@gmail.com

Laisser un commentaire