dim. Fév 5th, 2023

Le Quotidien News

L'actualité en continue

Ti Nèg Nago, un jeune artiste qui promet 

2 min read

Christner Rosembert,  plus connu sous le nom de « Ti nèg nago », apporte dans son écriture une bouffée d’oxygène à la jeunesse haïtienne agonisante. Récemment, le jeune comédien  et slameur a sorti son premier projet slam intitulé  « Yon Kri », dans lequel il lance un cri d’alarme.

Fils unique, Christner Rosembert a.k.a « Ti Nèg Nago », sillonne les couloirs du théâtre depuis qu’il a seize ans. Il a commencé à l’école avant d’intégrer une troupe dans son quartier où il a appris le b.a.-ba du métier. Christner, originaire de Pétion-ville, a découvert qu’il avait du potentiel au théâtre alors qu’il essayait de reproduire une scène qu’il venait de voir dans un film à la télévision. L’aisance avec laquelle il l’a exécutée a convaincu tout le monde de son talent et, depuis, il en a fait son métier de cœur.

Christner Rosembert a étudié l’art dramatique en République Dominicaine où il a vécu pendant quelques années. Pour ce jeune artiste, ayant fréquenté de nombreuses scènes internationales, le théâtre est la représentation de la vie réelle. « C’est son reflet », affirme-t-il. À son jeune âge, il semble s’épanouir dans ce secteur, malgré les difficultés qui encombrent  ce secteur en Haïti.

Fasciné par l’art oratoire, il se veut diseur, poète et slameur à ses heures. Son encre peint ses mots des couleurs de la joie, de l’amour et parfois de la mélancolie. « Mon inspiration vient de manière spontanée, soit en observant mon entourage, soit en repensant à un événement de ma vie », explique le slameur, auteur de « Yon Kri », sorti en 2022.

« Pouki chimen lavi

A mal trase

Pouki mwen wè lalin

Nan midi

Pouki mwen wè solèy

Nan minwi

Pouki zetwal klere

Anba lapli »

Malheureusement, les crises sociopolitiques et l’insécurité en Haïti l’ont poussé à  reporter plusieurs de ses projets qui devaient voir le jour l’année  dernière. Il travaille d’arrache-pied avec son équipe pour les réaliser cette année. 

« Ce que nous vivons en Haïti est comparable à une pièce de théâtre tragique  empreinte de beaucoup de tristesse », décrit le natif du Capricorne. « On ne s’en sortira pas sans certaines valeurs comme l’amour, l’altruisme, le vivre-ensemble, entre autres. Le changement doit passer par ces valeurs », croit le comédien, qui souhaite continuer à servir son pays à travers son art.

Statler LUCZAMA

Luczstadler96@gmail.com

Laisser un commentaire