sam. Mai 28th, 2022

Le Quotidien News

L'actualité en continue

Tu me manques

3 min read

Mes pensées fourmillent vers toi et mon cœur aspire à toi. Je cris ton nom dans mon silence et dans ma solitude, je quémande ta présence. Il me manque ton oxygène pour que je puisse respirer. Il ne me reste de toi que des souvenirs vides. Vils de sens. Mon lit est humide sans toi. Mes oreillers pleurent ton absence.

Ce soir, il m’est difficile d’admirer les étoiles. Le ciel est sombre et les nuages empêchent aux étoiles de m’éblouir de leur clarté. Même la lune est absente. Absente comme tes éclats de rire dans la pièce. Je tourne sur moi-même, fais les cent pas et je réalise avec amertume à quel point tu manques à mon cœur. Je donnerai n’importe quoi pour être près de toi. Dans tes bras. Mes sous-vêtements sont imprégnés de ton parfum. Ma chatte implore tous les jours la douce présence de ta bite. Mon corps froid réclame la chaleur du tien. Comme un fou, il recherche la délicatesse de tes doigts, l’habileté de tes caresses, la douceur de tes baisers et la décharge électrique de ta langue entre mes cuisses. Tes fous rires me manquent, tes soupires encore plus.

Dans ma solitude, je n’ai qu’une envie, jouir sous tes draps. Tu me manques tellement, mon cœur. Ta peau collée à la mienne. Tes lèvres contre les miennes. Ta langue jouant avec la mienne. Tes baisers se frayant un chemin sur mes sentiers dont tu connais chaque recoin, dans mon cou, dans la naissance de mes seins, sur mon ventre, descendant plus bas dans le cœur même de mon vagin me faisant perdre le contrôle. Ma bouche engloutissant ta bite, la suçant jusqu’à avaler ton jus. J’ignore combien de temps je pourrais tenir encore sans toi? Te sentir près de moi me manque. Te sentir en moi bougeant comme un pro danseur sur une piste de danse me manque. Ta respiration dans mon cou, ta vibration sur mon corps me faisant trembler comme une feuille presque morte, ta tendresse, tes baisers, tes caresses, ton odeur, ta chaleur. Ton sexe me pénétrant doucement, me remplissant sauvagement jusqu’à tremper les draps de nos semences homogènes. Je ne trouve plus de mots pour te dire à quel niveau tu me manques. Tu manques à mon cœur. Tu manques à mes sens. Tu manques à mon corps. Tu manques à mon entrecuisse. 

Ce soir, j’ai les yeux mouillés comme s’il pleuvait des cordes. Dans le noir, j’ai la chatte mouillé comme si mon lit était inondé. J’ai envie de toi. Tu me manques. Mais comme je ne te trouve pas, je vais faire à mon corps tout ce que j’aurais voulu que tu me fasses. Je vais rire pour toi. Jouir pour toi en espérant que mes gémissements parviendront jusqu’à toi.

 Leyla Pierre Louis

Laisser un commentaire