sam. Mai 28th, 2022

Le Quotidien News

L'actualité en continue

Un rapport révèle que le gouvernement haïtien est complice de crimes contre l’humanité

5 min read

Trois massacres meurtriers visant des quartiers pauvres en Haïti ont été perpétrés avec le soutien du gouvernement haïtien et s’élèvent à des crimes contre l’humanité, selon un rapport publié aujourd’hui par la Clinique internationale des droits de l’homme de la Faculté de droit de Harvard et l’Observatoire Haïtien des Crimes contre l’humanité (OHCCH). Le rapport montre que les attaques menées par les gangs ont été financées et soutenus par des acteurs de l’État, allant de hauts responsables de l’administration Moïse à la police nationale haïtienne.

Le rapport, « Killing with Impunity: State-Sanctioned Massacres in Haiti », analyse trois attaques qui ont eu lieu entre 2018 et 2020, qui ont tué ensemble au moins 240 civils. Les massacres ont visé les quartiers de Port-au-Prince de La Saline, Bel-Air et Cité Soleil, qui ont joué un rôle de premier plan dans l’organisation de manifestations demandant des comptes au gouvernement pour corruption et autres violations des droits de l’homme.

« Le gouvernement de Moïse a fait avancer l’histoire selon laquelle les attaques ne sont que des luttes intestines entre gangs, mais les preuves démontrent l’implication de haut niveau du gouvernement dans la planification, l’exécution et la dissimulation des attaques », a déclaré Mario Joseph, procureur général du Bureau des Avocats Internationaux, une organisation membre de l’OHCCH.

Le rapport s’appuie sur des enquêtes menées par des experts haïtiens et internationaux des droits de l’homme qui montrent que de hauts responsables de l’administration Moïse ont planifié les attaques ou ont autrement aidé en fournissant aux gangs de l’argent, des armes ou des véhicules. Des policiers et des ressources en dehors des heures de travail ont été utilisés pour mener les attaques. La police nationale haïtienne n’est pas intervenue à plusieurs reprises pour protéger les civils, bien que les sites des attaques se soient rapprochés de plusieurs postes de police. À chaque attaque, des gangs sont arrivés dans le quartier visé, ont tiré sur des résidents sans discrimination, violé des femmes et brûlé et pillé des maisons. Les massacres ont impliqué à plusieurs reprises des gangs affiliés à l’alliance du G9 dirigée par Jimmy Chérizier, qui aurait des liens avec le gouvernement.

« Nous avons constaté que l’incapacité de Moïse à arrêter ou à répondre aux attaques lancées par ses subordonnés pourrait rendre le président lui-même responsable de crimes contre l’humanité », a déclaré Beatrice Lindstrom, instructrice clinique à la Harvard Clinic qui a supervisé la recherche et la rédaction du rapport. « Cela devrait servir de signal d’alarme à la communauté internationale pour qu’elle défende les droits de l’homme, enquête pleinement sur les allégations d’abus graves et fasse sa part pour tenir les auteurs responsables de leurs actes », a-t-elle ajouté.

Ce rapport intervient dans un contexte de crise croissante pour la démocratie et les droits de l’homme en Haïti. Des manifestations généralisées ont frappé le pays, avec de larges pans de la population protestant contre la corruption du gouvernement, la montée de l’insécurité et la conduite de plus en plus autoritaire de Moise. Notamment, pour réprimer la dissidence, Moise a criminalisé les formes communes de protestation et créé une agence de renseignement pour assurer la surveillance de l’opposition politique. Les attaques contre les civils, y compris l’assassinat d’éminents détracteurs du gouvernement, ont été menées en grande partie en toute impunité. Bien que la plupart des experts et une grande partie de la société civile conviennent que le mandat constitutionnel du président Moïse a pris fin le 7 février 2021, il a refusé de démissionner, insistant sur le fait qu’un référendum constitutionnel illégal ait lieu avant les élections pour son remplacement.

La conclusion que ces attaques sont des crimes contre l’humanité renforce les perspectives de responsabilité. En plus d’imposer au gouvernement haïtien l’obligation internationale de poursuivre les responsables, il ouvre la porte à des poursuites devant les tribunaux nationaux et internationaux en dehors d’Haïti. Cela signifie également que les auteurs peuvent être poursuivis indéfiniment, car aucun délai de prescription ne s’applique.

« Tout comme l’ancien dictateur haïtien Jean-Claude Duvalier a finalement dû être jugé pour sa répression brutale des décennies après avoir quitté ses fonctions, les auteurs des massacres d’aujourd’hui ne peuvent plus échapper à la justice en s’appuyant sur des prescriptions », a ajouté Joseph.

L’ONU s’est alarmée du fait que l’absence persistante de responsabilité pour les massacres a favorisé un environnement propice à de nouveaux carnages. Une autre attaque contre Bel-Air au début du mois présente des similitudes frappantes avec les massacres analysés dans le rapport.

« Les attaques couvertes par le rapport sont particulièrement graves et bien documentées, mais elles s’inscrit dans le cadre d’une vaste campagne systématique de violence et d’intimidation des dissidents politiques », a déclaré Pierre Espérance, directeur exécutif du Réseau national de défense des droits humains (RNDDH), membre de l’OSDH qui a mené des enquêtes indépendantes sur les attaques répétées contre les quartiers pauvres. Le RNDDH a documenté au moins 11 massacres au cours de la présidence de Moise.

Le rapport s’appuie sur les preuves recueillies par un éventail d’acteurs haïtiens et internationaux au cours des dernières années et les analyse en vertu du droit pénal international. Joey Bui JD’21 et Nathalie Gunasekera JD’21, étudiants de la Faculté de droit de Harvard, ont dirigé la recherche et la rédaction du rapport sous la supervision de Lindstrom.

Coalition haïtienne des droits de l’homme, harvard clinique publier une nouvelle analyse des massacres sanctionnés par l’État

LA MAISON EN LIGNE DU PROGRAMME DES DROITS DE LA PERSONNE

Report Finds Haitian Government Complicit in Crimes Against Humanity | Human Rights @ Harvard LawHuman Rights @ Harvard Law

Laisser un commentaire