ven. Avr 12th, 2024

Le Quotidien News

L'actualité en continue

Journée internationale de la langue maternelle : Le créole dans le système judiciaire haïtien sous les feux des projecteurs !

3 min read

À l’occasion de la célébration de la journée internationale de la langue maternelle, sous les auspices de l’Académie du créole haïtien, une journée de sensibilisation mettant en avant l’intégration du créole dans le système judiciaire haïtien, s’est tenue le mercredi 21 février 2024 au local du Rectorat de l’Université d’Haïti (RUEH).

La langue maternelle s’avère être un héritage crucial dans la culture d’un peuple. En effet, elle est bien plus qu’un outil de communication, derrière elle, se cache notre identité, notre histoire, toute une tradition. Dans l’initiative de redonner vie à cet héritage, l’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture (UNESCO) a proclamé en 1999 la création d’une journée internationale de la langue maternelle. Cet événement fait la promotion de la diversité linguistique et culturelle et du multilinguisme. Cette année, le thème retenu par ladite organisation est : « L’éducation multilingue, un pilier pour l’apprentissage intergénérationnel ».

Pour marquer cet événement culturel en Haïti, plusieurs responsables des institutions étatiques se sont réunis dans les locaux du RUEH, autour du thème « Créole langue maternelle : le créole dans la justice ». Cette cérémonie, rendue possible grâce à la collaboration du Ministère de l’Éducation Nationale, du Rectorat de l’Université d’Haïti (RUH), de l’Office de Protection Civile (OPC), de l’École de la magistrature, entre autres. En effet, une panoplie d’activités étaient au rendez-vous, notamment des conférences de presse, la création de la chaire créole à la Faculté de Droit et des Sciences économiques, la remise des prix du grand concours de traduction et de déclamation de l’Acte de l’Indépendance d’Haïti, ainsi que du discours de l’empereur Jean-Jacques Dessalines prononcé le 1er janvier 1804 aux Gonaïves.

Toutefois, le Recteur de l’Université d’État d’Haïti, Fritz Deshommes, a profité de l’occasion pour exprimer sa profonde satisfaction en ce qui concerne cette initiative. Il a salué également les efforts remarquables des différentes institutions pour promouvoir l’intégration du créole dans la justice haïtienne.

Pour sa part, le Ministre de l’Éducation nationale, Nesmy Manigat, a mis en avant la décision visant à faciliter la compréhension des lois pour les Haïtiens en quête de justice, qui requiert un processus continu avant de se concrétiser. Il a également salué les contributions que ces institutions ont apportées pour faire du créole une langue enseignée dans toutes les écoles du pays. Le Ministre encourage l’application de cette décision dans tous les secteurs du pays, soulignant que le créole est un vecteur d’unité pour la population haïtienne.

La journée s’est clôturée avec la remise des prix aux 5 gagnants (es) dudit concours réalisé à l’intention des étudiants de l’Université d’Etat d’Haïti, sous la tutelle de la Direction de la Vie estudiantine (DVE) et de l’Académie du créole haïtien. Les finalistes sont respectivement ; Esaih Jean Ernest Belance (FLA), Nissi Gabriella Jean (FLA), Anne Lennie Jean-Baptiste (IERAH), Lewis Parisien (FAMV) et Fatsenky Saint-Pierre (FLA).

Soulignons que cette initiative de l’UNESCO s’appuie sur le constat alarmant de 40% de la population mondiale qui n’a pas accès à l’enseignement dans une langue maternelle, un taux qui atteint même 90% dans certains pays. Toutefois, ne pas pouvoir recevoir le pain de l’instruction dans un établissement pratiquant une langue que l’apprenant comprend et parle bien est un facteur d’analphabétisation et d’exclusion sociale. Donner accès à l’enseignement dans une langue comprise est un moteur d’échanges culturels et de paix, selon l’UNESCO.

Marie-Alla Clerville

Laisser un commentaire