dim. Fév 25th, 2024

Le Quotidien News

L'actualité en continue

Le Gouvernement et ce dialogue qui n’en finit pas, un dialogue de sourds?

4 min read

Près de deux ans après sa prise de fonction, le Premier Ministre Ariel Henry est toujours dans l’impasse d’un dialogue qui, selon lui, est nécessaire pour remettre le pays sur les rails. Après de multiples tentatives, les échecs se succèdent. La CARICOM espère trouver la formule.

Accord de Montana, Accord du 11 Septembre 2021, Accord du 21 Décembre 2022, tous ces accords sont issus de discussions dont l’objectif était de trouver un consensus sur la transition politique après l’assassinat du Président Jovenel Moïse en juillet 2021. L’OEA, les États-Unis d’Amérique, et d’autres acteurs internationaux ont également pris l’initiative de rechercher un consensus entre les acteurs haïtiens, mais n’ont pas réussi. Les 23 et 24 mai derniers, c’était au tour du Haut Conseil de la Transition (HCT), organe mis sur pied par le Gouvernement, d’essayer de ramener les protagonistes à la table des négociations.

À travers ce forum, le HCT disait espérer trouver une marche à suivre sur la question de la sécurité, un casse-tête pour le Gouvernement, et un prérequis pour tout effort vers le rétablissement de l’État de droit. « Nous avons urgemment besoin de rétablir un environnement sécuritaire, de garantir la liberté de circulation des personnes et des biens, c’est une condition sine qua non pour aller sereinement vers l’organisation des élections dans de bonnes conditions et la passation du pouvoir à des élus », avait déclaré le Premier Ministre Ariel Henry lors de ce forum.

Lors de ce forum, le Premier Ministre Ariel Henry avait également dit n’avoir jamais, son Gouvernement et lui, sollicité une intervention militaire étrangère dans le pays. Un revirement qui a surpris plus d’un. « Le Gouvernement n’a jamais sollicité d’intervention militaire. Nous avons demandé un accompagnement robuste pour nos forces de l’ordre qui sont prêtes à continuer à jouer pleinement leur rôle », a-t-il déclaré.

De son côté, l’ex-opposant André Michel, porte-parole du Secteur Démocratique et Populaire (SDP), en a profité pour lancer des pierres aux acteurs en opposition au pouvoir qui ont boudé les invitations du HCT. « Le SDP regrette profondément la décision prise par le Groupe MONTANA, le Groupe des 8 Partis Politiques et les autres acteurs de ne pas participer au FORUM Politique auquel le HCT les a invités à l’Hôtel KARIBE. Aujourd’hui, ils sont tous pressés de se battre devant les services de l’immigration pour s’octroyer des passeports pour aller négocier en Jamaïque. Vous êtes très moches », a-t-il écrit sur son compte Twitter ce 1er juin.

La Constitution de nouveau visée

Alors que le dialogue sur la transition politique est dans l’impasse, c’est autour de la Constitution de 1987 que le Premier Ministre espère trouver un consensus, vu que la plupart des acteurs partagent l’idée d’une nouvelle Constitution ou de profonds amendements. « Il nous faudra construire des consensus suffisants, au niveau national, sur chacun des points à modifier, et organiser de larges consultations, pour que nos compatriotes adhèrent aux changements qui seront proposés et se les approprient », a-t-il déclaré.

« La première tâche du prochain CEP sera d’organiser une consultation populaire en vue de valider les modifications apportées. Cette étape nécessaire et indispensable devra être franchie, dans un court laps de temps, parce que l’organisation des élections générales en dépend », a ajouté le Premier Ministre.

Rendez-vous à la Jamaïque

Les 11, 12 et 13 juin prochain, une ultime tentative de dialogue est prévue en Jamaïque, à l’initiative de la CARICOM qui invite les acteurs haïtiens à trouver une sortie de crise. « Les chefs de gouvernement de la CARICOM ont nommé un groupe de personnalités éminentes (EPG) pour les représenter afin d’étendre les bons offices de la Communauté au gouvernement d’Haïti et aux parties prenantes haïtiennes », lit-on dans une Note de la CARICOM.

De nombreux acteurs sont invités dont des acteurs de l’opposition, le Gouvernement, le HCT, ainsi que des personnalités de la société civile. Cependant depuis le Forum, la Présidente du HCT,  Mirlande H. Manigat,  avait déclaré que « le dialogue doit être avant tout inter-Haïtiens et se dérouler en Haïti, théâtre de ce qui nous accable et nous fait espérer ». « Le rêve haïtien appartient à chaque Haïtien. Laissez-le le définir et le vivre », avait-elle déclaré.

Par ailleurs, le Premier Ministre Ariel Henry veut rester optimiste face au désordre qui règne dans le pays, et promet une fois de plus des changements. « Je peux vous dire que dans les jours et les semaines qui viennent, vous aurez l’occasion de voir des changements significatifs, tant au niveau de la sécurité que de la gouvernance de notre pays ».

Clovesky André-Gérald PIERRE

cloveskypierre1@gmail.com

Laisser un commentaire