dim. Fév 5th, 2023

Le Quotidien News

L'actualité en continue

Le Haut Conseil de Transition (HCT) n’est pas le fruit d’un consensus, estime Clarens Renois

4 min read

Les noms des membres du Haut Conseil de Transition (HCT) ont été  publiés dans le Moniteur le 16 janvier 2023. Questionné sur ce Conseil  par le journal Le Quotidien News, l’ancien candidat à la Présidence de la République Clarens Renois a affirmé que le HCT n’est pas le résultat d’un accord consensuel, mais le fruit d’une personne, à savoir du Chef du Gouvernement  Ariel Henry.

À en croire le coordonnateur du Parti politique UNIR, le document de l’Accord du 21 décembre 2022 ainsi que le document du  HCT sont incomplets. « Le HCT c’est l’œuvre d’un seul homme Ariel Henry qui a décidé de choisir lui-même trois personnes pour créer un organisme s’appelant le Haut Conseil de Transition », déclare-t-il. « Quand on regarde la mission et les attributions du HTC, je me dis que ces personnes vont avoir du mal à délivrer quelque chose pour apporter une satisfaction au pays et pour respecter leurs engagements aussi en faveur de l’avancement de la démocratie en Haïti », ajoute l’ancien candidat aux élections présidentielles de 2016.

Le Premier Ministre Ariel Henry a décidé de faire publier dans Le Moniteur,  suite à un a Arrêté pris par son Gouvernement, les noms des membres qui composent l’organisme dont  le nom est le Haut Conseil de Transition. «Le Haut Conseil de la Transition (HCT), créé par le Consensus National pour une Transition Inclusive et des Élections Transparentes du 21 décembre 2022, est composé de trois (3) membres désignés par le Secteur Économique, le Secteur Social et le Secteur Politique :a) Monsieur Laurent SAINT CYR, choisi par le Secteur Économique ; b) Monsieur Calixte FLEURIDOR, choisi par le Secteur Social ; c) Madame Mirlande HYPPOLITE MANIGAT, choisie par le Secteur Politique », peut-on lire dans cet Arrêté.

Avec l’Accord du 21 décembre et la  mise en place du HCT, le Premier Ministre Ariel Henry est sur la bonne voie par rapport à l’un de ses objectifs, à savoir l’organisation des élections dans le pays, estime certaines personnes. Cependant, le coordonnateur national du parti UNIR ne voit pas les choses de la même manière. « Le Premier Ministre Ariel Henry n’est pas sur la bonne voie en décidant de manière plus unilatérale et contre l’avis très important des ténors de la politique haïtienne de publier, soit le document de l’Accord du 21 décembre 2022, soit les noms des membres du Haut Conseil de Transition. Il peut certes donner l’impression qu’il avance, cependant, un fait est certain, c’est qu’il le fait contre la majorité de la classe politique », affirme Clarens Renois.

Le Chef du Gouvernement haïtien devrait suivre la voie menant vers le consensus afin de permettre à une majorité de partis politiques, des gens de la société civile de s’engager dans le but de trouver un Accord pour pouvoir aboutir à des élections qui ne seront pas contestées, ajoute l’ancien journaliste.

Qu’est-ce que le pays pourrait espérer des membres du Haut Conseil de Transition ?

On veut que le pouvoir soit équilibré.  C’est-à-dire que le pouvoir Exécutif ne soit pas laissé entre les mains d’un seul homme qui n’a même pas de légitimité, constate Clarens Renois. « Si le HCT est mis en place, il doit assumer ses responsabilités en ayant la prérogative pour équilibrer le pouvoir et empêcher que le Premier Ministre ne prenne les décisions à lui tout seul », dit-il.

Clarens Renois n’a pas signé l’accord du 21 décembre 2022

S’il en est un parmi les politiciens qui parlent constamment de la nécessité de s’asseoir ensemble pour dialoguer afin de résoudre les querelles politiques, c’est bien Clarens Renois. Et en dépit de cela, le coordonnateur du Parti UNIR n’a pas signé l’accord du 21 décembre 2022. « Je n’ai pas signé l’accord du 21 décembre 2022 parce qu’il n’y a pas eu un vrai dialogue qui a précédé la signature dudit accord. Le dialogue a été interrompu. L’accord du 21 décembre 2022 a été l’œuvre d’une seule personne, le Premier Ministre Ariel Henry », explique-t-il soulignant qu’il ne pouvait pas signer quelque chose à laquelle il n’a pas contribué.

Cependant la position de UNIR reste la même, précise M. Renois. «  Il faut qu’il y ait un dialogue sincère. Il faut mettre les partis politiques, les gens de la société civile en condition de pouvoir discuter pour trouver une solution qui puisse apporter la paix dans le pays », a-t-il ajouté. D’après M. Renois, il y a deux problèmes : « 1) En absence d’un vrai consensus, nous allons probablement vers d’autres crises dans le pays. Et si on doit réaliser des élections avec ce document incomplet sans l’adhésion des partis politiques majeurs, nous aurons sans doute des problèmes ».

« 2) Le HCT étant un organisme dont l’objectif est de rééquilibrer le pouvoir n’a pas le pouvoir qu’il faut pour y arriver. C’est le Premier Ministre qui continue de diriger. Le HCT ne sera qu’un organe de consultation », a-t-il fait savoir ajoutant qu’en l’absence d’un Parlement, de maires qui n’ont pas été réélus, et de démocratie de manière générale, on a besoin de mettre en place des organismes qui puissent permettre d’assurer un minimum de démocratie en attendant la réalisation des élections dans le pays.

Jackson Junior RINVIL

rjacksonjunior@yahoo.fr

Laisser un commentaire