mer. Mai 12th, 2021

Le Quotidien News

L'actualité en continue

Le pénitencier national : un calvaire au quotidien

2 min read

La population carcérale, à travers les différentes juridictions du pays, est évaluée à environ dix mille (10 000) détenus. Au pénitencier national où sont incarcérés beaucoup d’entre eux, les conditions de vie sont impitoyables.


Odeur nauséabonde, chaleur accablante, pénurie d’eau et de nourriture, voilà le quotidien des locataires du pénitencier national, le plus grand centre de détention du pays. Les détenus y sont entassés comme des sardines. Certains prisonniers passent souvent la nuit debout. D’autres dorment suspendus dans des hamacs fabriqués avec des draps.


En ce moment, l’effectif des prisonniers au pénitencier national est de quatre mille (4000) environ. Pourtant, cet espace a été construit pour seulement huit cent (800) prisonniers, selon ce qu’a fait savoir le directeur de l’Administration Pénitentiaire National (APENA). Dormir n’est pas possible dans de telles conditions, mais les prisonniers y arrivent à leur manière. Un petit bout de tissus  doit accueillir trois (3) prisonniers. C’est pourtant un luxe pour lequel ils doivent payer.


En plus d’être mal nourris, et d’évoluer dans des conditions déplorables, les droits des détenus sont foulés aux pieds. Ils sont parfois l’objet de maltraitance. Ceux qui sont nouveaux sont les plus vulnérables, selon le témoignage d’un détenu. « On nous appelle Blancs, alors que les plus anciens sont appelés Majors », a-t-il expliqué en indiquant que tous les Blancs doivent vivre au rythme des majors. «  Un passage obligé, si l’on veut rester en vie », a précisé ce détenu qui vient de passer cette étape, il y a quelques semaines. Entre autres, ceux qui ont été jugés et condamnés sont des seigneurs et les maîtres des lieux. Les plus faibles sont obligés de subir la loi des majors.


Suivant un responsable de programmes au Réseau National de Défense des Droits Humains, les centres carcéraux sont caractérisés par des politiques de deux poids, deux mesures, discriminations et violences gratuites. De tels comportements que le militant des droits humains dénonce et sollicite une intervention structurelle de l’Etat pour remédier à cet état déplorable.


Par-dessus de cette situation infernale, une lueur d’espoir se profile à l’horizon, à fait remarquer le responsable de l’APENA qui croit que la vie et la dignité humaine doivent être respectées en toute circonstance et en tout lieu.

1 thought on “Le pénitencier national : un calvaire au quotidien

  1. C’est très interressant car l’article prend en compte la mauvaise situation des detenu-e-s. Toutefois, il. Ne touche pas la réeducation ainsi que les processus de re-socialisation que devraient beneficier les detenu-e-s pour pouvoir re-intégrer la société en cas d’une sortie de cette enfer….

Laisser un commentaire