mer. Mai 25th, 2022

Le Quotidien News

L'actualité en continue

Les États-Unis et le Canada rassurent Ariel Henry

3 min read

Le débat sur la fin du mandat du Premier Ministre, Ariel Henry, continue de faire son chemin dans le milieu politique haïtien. Si pour certains il est évident que le chef de la primature doit partir le 7 février 2022, pour d’autres, il doit continuer à exercer sa fonction jusqu’à l’organisation des prochaines élections sur une base consensuelle. Par rapport à ce débat et dans le contexte de crise qui persiste en Haïti, les États-Unis et  le Canada se positionnent du côté de M. Henry.

Dans une réunion virtuelle à laquelle ont participé le Premier Ministre haïtien, des hauts cadres de l’État canadien tels que la Ministre des affaires étrangères, Mélanie Joly et le Premier Ministre, Justin Trudeau, des représentants de 19 pays partenaires et des Nations-Unies et d’autres organisations régionales et internationales, la position du Canada a clairement été définie sur la situation d’Haïti ainsi que des impératifs qu’Ariel Henry doit prendre en compte. Si le Canada apparemment apporte son support conditionnel au Premier Ministre haïtien, dans la voix de Brian Nichols, le sous-secrétaire d’État américain, les États-Unis semblent supporter inconditionnellement le maintien d’Ariel Henry au pouvoir jusqu’à l’organisation des élections. 

Cette réunion virtuelle a eu lieu le vendredi 21 janvier 2022. Par le biais de la Ministre des affaires étrangères canadienne, Mélanie Joly et du premier ministre Justin Trudeau, les impératifs du Canada au premier ministre Ariel Henry ont été déclarés. Sur la table, la sécurité publique,  la concrétisation de l’enquête sur l’assassinat de Jovenel Moïse, le dialogue inclusif, entre autres, ont été les exigences faites aux autorités haïtiennes représentées par Ariel Henry. 

Si le Premier Ministre Justin Trudeau, a rassuré sur le fait que « le Canada sera toujours là pour le peuple haïtien », la Ministre des affaires étrangères Mélanie Joly qui a présidé cette réunion, a plutôt posé les conditions du support du pays nord-américain envers Haïti : pour elle ce support viendra « lorsque les préalables politiques et sécuritaires seront réunis et si les autorités haïtiennes font la demande ». 

Ces préalables ont clairement été  définis par la Ministre. Sur le plan sécuritaire Mélanie Joly  a déclaré : « nous encourageons l’État Haïtien à prendre des mesures immédiates pour rétablir la sécurité et garantir le bien-être de la population ». Selon Mme Jolie, les criminels doivent être traduits en justice. 

La ministre a mis l’emphase sur l’enquête ayant rapport avec l’assassinat du président Jovenel Moïse. Mettre à terme celle-ci répondra à la nécessité de « lutter contre l’impunité » en Haïti ; ce qui est essentiel « à la prévalence de l’état de droit ». 

En ce qui concerne la crise politique qui sévit dans le pays ces derniers jours, il y a obligation pour le Premier Ministre de « donner des résultats ». Mme Joly a déclaré également : « nous encourageons le Premier Ministre à redoubler d’effort pour faire avancer le dialogue avec les différentes parties ».

Par ailleurs, selon le compte rendu adressé aux journalistes après une réunion interministérielle au Canada le 21 janvier 2022, le sous-secrétaire d’État américain, Brian Nichols a affirmé que« le mandat du Premier Ministre, Ariel Henry, n’est pas lié au mandat du président Jovenel Moise, le 7 février ». Selon M.  Nichols, le gouvernement travaille sur les aspirations du peuple, en l’occurrence : « élection et un président élu démocratiquement ». Mais, « le déroulement des élections va dépendre des conditions qui existent dans le pays ». 

À l’instar du premier ministre Canadien, le sous-secrétaire d’État américain a souligné que les États-Unis vont continuer  « à aider Haïti ».

Jonas Reginaldy Y. Desroches

jonasdesroches@gmail.com

Laisser un commentaire