mer. Déc 1st, 2021

Le Quotidien News

L'actualité en continue

Makenson Brutus, un talent confirmé sur la scène musicale

5 min read

Avec “Randevou”, une collaboration avec Alexandra Prédestin, Makenson Brutus crée la sensation chez les mélomanes en imprégnant d’une teinte locale la musique contemporaine haïtienne. Alliant sa voix aux plumes d’excellents poètes du calibre de Jean Claude Martineau, Mak-U$ annonce les couleurs dans la peau d’un chanteur très prometteur.

Ce n’est pas la première fois que Makenson Brutus, natif des Cayes, tient en haleine les internautes avec sa prestation. Il y a un an de cela, il avait gratifié au le public d’une délicieuse interprétation de « Amour à la folie », morceau à succès de la vedette haïtienne King Kino. Une couverture qui a fait frissonner la voix originale du morceau qui en a profité pour saluer son talent sur les réseaux sociaux. « Sur scène avec micro comme chanteur ou comédien, j’ai connu des moments ahurissants que je ne suis pas près d’oublier. Mais, s’il y a un fait qui m’a le plus marqué, c’est cet honneur que m’a fait King Kino en publiant sur sa page mon interprétation », remercie humblement le chanteur. Et sans oublier au passage sa prestation aux côtés de Queen Bee, interprétant « Avant toi » du duo magique Vitaa et Slimane.

Makenson a justement un béguin pour les musiques des générations antérieures, notamment celles des années quatre-vingt que l’on pourrait considérer comme des classiques. Outre la composition ou la dimension poétique des artistes, ce qui le fascine, c’est l’originalité de ces musiques. Cependant, enfant, il ne les écoutait pas de cette même oreille. « J’ai grandi avec ces musiques constamment à l’oreille. Pour être franc, ce n’était pas vraiment ce que j’avais envie d’écouter. Mais je n’avais pas le choix, car ces musiques passaient en boucle dans mon entourage », se rappelle Makenson Brutus qui, au fil des ans, a fini par s’éprendre de la voix d’Ansy Dérose.

Comme plus d’un, c’est à l’église que Makenson a fait ses débuts dans le chant. Tout jeune, il a commencé à éblouir de sa voix de nombreux auditeurs. Fort de son talent, il s’est allié à quelques amis pour mettre sur pied un groupe musical de cinq hommes qui rappelait la belle époque des Backstreet boys. « C’était une belle époque ! se remémore le chanteur. On a eu l’opportunité de partager des scènes avec de nombreux artistes dont Bélo, Jean Jean Roosevelt, Tifane. Malheureusement, chacun s’est laissé avoir par le  quotidien. Il n’y a que moi qui suis encore en activité », informe Makenson, qui a été le lead vocal de Gospel Kreyòl de 2010 à 2017.

L’originaire des Cayes ne gravit pas un podium uniquement pour chanter. Car Il se fait comédien de temps à autre. Cette aventure dans l’art dramatique a débuté avec « Haïti en scène ». « J’ai commencé à découvrir réellement le théâtre à Haïti en scène. Pour le peu de temps que j’y ai été, j’ai reçu assez de bagages en termes de formation pour m’engager dans cette voie », confie le chanteur-comédien qui, par la suite, a eu de nombreux contrats avec BLOOM S.A, producteur du feuilleton radiophonique Zoukoutap. Ainsi, il a tenu le rôle de DJ Manno, dans un premier temps, dans Zoukoutap 2. Ensuite, il a incarné le commissaire Pantin de La Croix, dans Zoukoutap 3, sans compter les tas de gingles qu’il a proposés à ladite compagnie.

« Sur scène, en chantant ou en jouant, je raconte la vie des gens sans les pointer directement du doigt. J’en profite pour dénoncer les violences faites aux femmes et aux filles, pour défendre leurs droits et ceux des enfants. Comme j’aime à le dire, mettre au monde un enfant doit s’inscrire dans le cadre d’un projet. On doit être conscient des responsabilités que cela confère et s’assurer que les droits de ces petits soient respectés », déclare le père adoptif d’un garçonnet, qui accompagne les petits acteurs de Lakou Kajou, une série pour enfants de Village Santé.

La voix de « Cris adoptifs », Makenson Brutus, s’est aussi lancé dans la création événementielle. Il a en effet réalisé de nombreux spectacles qui, compte tenu de leur originalité, ont retenu l’attention du public. Avec un bond en arrière dans les années 80, Makenson a servi au public les délicieuses musiques qui ont bercé son enfance, lors de son premier événement dont Yannick Étienne était l’invitée d’honneur, avec Dramus’art, une compagnie artistique formée d’acteurs, de comédiens, de chanteurs et journalistes entre autres. Ces professionnels ont marqué les esprits avec D’Antan. Ensuite, il a soumis au goût du public ces chansons de Noël qui tournent en boucle sur les fréquences et ce, depuis plus de deux décennies, avec les trois éditions de Rétro Noël. « Il est intéressant de pouvoir permettre aux gens de revivre le passé avec ces musiques qui ont animé notre enfance, et de permettre aux jeunes de découvrir ce qu’était la musique dans le temps », explique la voix de Sezon Papiyon, Makenson Brutus, qui a également pris part à la comédie musicale de Gaëlle Bien Aimé, Transit.

À présent Mak-U$ consacre davantage son énergie à sa carrière musicale. En alliant sa voix aux paroles d’excellents poètes de la même trempe que Jean Claude Martineau qui lui prête sa plume, le jeune artiste annonce la couleur. Sa dernière sortie empreinte d’une couleur locale et traditionnelle, avec Alexandra Prédestin, titré Randevou, en dit long sur ce qu’il nous réserve. En effet, il confie au journal qu’il est en train de concocter un EP avec toute une variété de musiques que la foule prendra plaisir à savourer à sa sortie.

Statler LUCZAMA

luczstadler96@gmail.com

Laisser un commentaire