mer. Mai 25th, 2022

Le Quotidien News

L'actualité en continue

Nidger Paul et son amour pour la plaidoirie

5 min read

Le jeune juriste, Nidger Ferdinand Judson Paul, a remporté l’année dernière, soit le 3 septembre 2021, la sixième édition du concours de plaidoirie sur les Droits Humains en Haïti organisé par le Bureau des Droits Humains en Haïti. À ce titre, il va défendre les couleurs nationales au concours international d’éloquence à l’Université Paris 1, Panthéon-Sorbonne. Entretemps, le lauréat continue ses recherches sur la Traite des personnes en Haïti. Un sujet qui lui tient à cœur.

Quatrième d’une famille de cinq enfants, Nidger Paul est ce jeune orateur qui a laissé sans voix le jury et les spectateurs à la Cour de Cassation, l’an dernier. Il s’avère qu’endosser les fardeaux des gens pour mieux défendre leur cause, a toujours été une passion pour le natif de Delmas. Selon ses déclarations lors d’un récent entretien accordé au journal, Nidger a toujours été ce Shelton dans son environnement qui exige toujours des explications rationnelles. « J’ai toujours aimé défendre et ce, depuis mon enfance. Avant  de me soumettre, j’exigeais toujours des arguments », dit le jeune orateur qui reste fidèle à son caractère.

À Delmas, où il a vu le jour le 6 mars 1998, Nidger a connu une enfance heureuse marquée par des feuilletons et des films, mais aussi de la lecture et de l’écriture. Bien que sa famille fût loin de posséder les richesses du pays, il avait tout de même eu droit au nécessaire pour son épanouissement. Après son parcours académique au Collège Isaac Newton, son amour pour la plaidoirie l’a poussé à s’inscrire à l’École de Droit et des Sciences accueillant Économiques des Gonaïves où il est actuellement mémorant en Droit. Il suit aussi des cours de Philosophie à l’École normale supérieure.

Une expérience ahurissante au concours d’éloquence

Deux ans avant sa participation, Nidger nourrissait déjà le désir de se lancer dans ce challenge aussi intriguant. C’est le modèle de concours qui le fascinait, si l’on s’en tient à ses mots. « J’ai failli ne pas y participer cette année-là, en raison de certaines difficultés comme les examens à l’ENS et la crise qui rongeait l’École de Droit. Or, ce concours demande beaucoup de concentration et de préparation »,  indique le débatteur, avouant qu’il n’a pas l’habitude de sortir la tête basse dans un concours. À ces mots, il était impérieux pour Nidger de donner le meilleur de lui-même pour atteindre l’objectif qu’il s’est fixé.

« J’ai dû sécher plusieurs nuits de sommeil pour préparer ce concours, révèle le mémorant en Droit qui, simultanément, révisait pour ses examens à l’ENS. De plus, à chaque phase du concours, je devais m’améliorer davantage, me dépasser encore plus », poursuit le lauréat de la sixième édition du concours d’éloquence organisé par le Bureau des Droits humains en Haïti.

Nidger Paul revient de cette aventure ahurissante avec de très belles expériences. « L’un des moments m’ayant le plus marqué, en effet, est la demi-finale à la prestigieuse Cour de Cassation, quand j’ai dû affronter une adversaire coriace pour qui j’ai beaucoup d’estime », confie Nidger Paul, qui reconnait que la concurrence était de taille. Rappelons qu’il  a affronté en demi-finale l’éloquente étudiante de l’Université Quiqueya, Minouche Bastien. Cette expérience aura permis au brillant orateur de défendre les causes avec beaucoup plus d’impartialité. Une qualité qui lui sera utile au concours international d’éloquence de l’Université Panthéon-Sorbonne.

Son point de vue sur la crise politique

Le jeune communicateur et leader issu du Club Amaryllis, Nidger Paul, s’est montré un peu réticent à émettre ses opinions sur l’actualité politique. Toutefois, de son point de vue juridique, il croit que pour sortir de cette crise il est impérieux de passer par la porte des élections. « Au point où nous sommes, les élections constituent une porte de sortie. Certes, le changement ne viendra pas des élections, mais en démocratie, les élections font partie du changement. Donc, on doit passer par là », soutient le défenseur des Droits Humains qui croit, par ailleurs, que le problème du pays résulte de la mauvaise utilisation des principes de gouvernance.

Nidger Paul en a  profité, en outre, pour nous briefer sur le sujet qui le captive pour son mémoire de sortie. C’est d’ailleurs un sujet de Droits Humains, tant il porte un grand intérêt pour cette branche du Droit. « Pour l’instant, je travaille sur mon mémoire et je m’intéresse à la problématique de la traite des personnes en Haïti. Un phénomène récurrent dans le pays », fait savoir le futur pénaliste, qui promet d’en reparler davantage dans une prochaine interview, quand il aura soutenu son travail. Cependant, il profite déjà pour remercier Dieu, sa famille, ses amis, son école, le BDHH et toute l’équipe d’ILEAD, particulièrement le Coach Mackenson ALABRE.

Nidger Paul avoue qu’il aime prendre du temps à être seul et également à fêter. Célébrer la vie est pour lui un outil à la constance du bonheur. A-t-il un modèle ? Évidemment, il martèle qu’il a un amour particulier pour le l’écrivain Dany Laferrière et l’américain Barack Obama. Avec l’AUDACE comme son mot de chevet, ces deux hommes qu’il suit contribuent à son rêve de devenir un Citoyen universel. Il veut consacrer sa vie à la plaidoirie, à défendre les mots du Droit. En outre, l’étudiant en deuxième année en philosophie espère obtenir une maîtrise, voire un doctorat avant de mieux s’asseoir dans son domaine de prédilection. « J’aimerais à la fin de mes études m’inscrire au barreau de Port-au-Prince, et y faire carrière comme pénaliste », souhaite le juriste qui n’entend pas toutefois mettre au placard sa carrière de slameur.

StatlerLuczama

Luczstadler96@gmail.com

1 thought on “Nidger Paul et son amour pour la plaidoirie

  1. Rares sont les jeunes ainsi au sein de notre Pays, et je souhaite de tout cœur qu’il continue dans le droit chemin et qu’il puisse atteindre son objectif le plus rapidement possible.

Laisser un commentaire