ven. Juil 1st, 2022

Le Quotidien News

L'actualité en continue

Source Zabeth, un projet patrimonial mort-né !

4 min read

En 2017, le jardin botanique Source Zabeth a été l’heureux bénéficiaire d’un projet de travaux de sécurisation et de réhabilitation. Située dans la localité de Bonnette à Ganthier, il présente l’aspect d’un site délaissé malgré ses atouts touristiques et mystiques indéniables. En 2022,  condamné par la crise, il a disparu de la liste des sites à être mis en valeur ou à visiter.

Source Zabeth et Bois French sont deux aires protégées regroupées en un jardin botanique national qui s’étend sur 70 hectares de terre, incluant 35 sources d’eau. Elles abriteraient plus de 80 espèces d’arbres indigènes. Outre les institutions nationales concernées (ministère de l’Agriculture et les Universités), cette structure bénéficiait du soutien de la Commission nationale haïtienne de coopération avec l’UNESCO. Deux accords de partenariat furent signés en mars 2017 avec des partenaires internationaux comme le Musée national d’histoire naturelle de France et le Jardin botanique de Shenchan de la ville de Shanghai en Chine, reconnaissant que c’est un espace de conservation de la biodiversité nationale. Ces accords prévoyaient cinq axes d’intervention : l’exploration, la conservation des plantes et la réhabilitation des écosystèmes ; la formation, l’éducation et la sensibilisation ; la recherche scientifique ; l’expertise et les services à la communauté ; le tourisme et les loisirs durables.

À Ganthier, il existe plusieurs sites naturels et touristiques  ayant une valeur patrimoniale, mais aucun n’a été mis en valeur vraiment : le Parc Naturel de Fond-Parisien, le lac Azuei, le Calvaire Miracle et la Source Zabeth. Située à moins de 30 kilomètres de Port-au-Prince, Source Zabeth est livrée à elle-même. Elle possède des plantes endémiques et une riche biodiversité. Dans son « Rapport Ethnographique » daté de 2004, Dominique Beauvoir signale que la « Source Zabeth est miraculeuse, propitiatoire pour ceux qui acceptent ses pouvoirs. Comme toute source, elle participe à des pouvoirs générateurs des eaux, dissolution et renaissance de soi. Puis dans le contexte spécifiquement haïtien, s’ajoutent les éléments du Vodou ».

Gérard, un ancien guide du jardin du temps où il était en activité souligne : « Ici, tous les esprits se rencontraient dans le temps. Des pasteurs venaient baptiser les fidèles et des « hougans » venaient remercier leurs dieux et des malins pour faire du mal à leurs ennemis, c’était un lieu sacré ».

Pourtant, des dizaines de sources continuelles alimentent des bassins de plus de onze mètres de circonférence. Le réseau hydrographique aboutit dans un complexe d’irrigation dénommé « Bassin général ». Dans ce bassin, viennent  se rejoindre une multitude de petits cours d’eau qui serpentent discrètement entre des arbres géants, des sabliers pour la plupart. Au niveau du site, différent types d’écosystèmes correspondent à des formations végétales, des orchidées épiphytes, des cactées multicolores ornent le lieu de à divers endroits. Source Zabeth offre beaucoup de possibilités en termes de développement du tourisme durable.

Unique dans la région, le jardin contient des arbres centenaires sur lesquels sont cloués des vêtements, des poupées ou des souliers. « Ce sont des habits appartenant à des personnes à qui d’autres veulent faire du tort. ‘’Ola’’ viennent ici pour clouer la personne en espérant lui faire du mal. Plus bas, ce sont des habits des baptisés. ‘’Ola’’ jettent les anciens vêtements qu’ils portaient avant d’en revêtir de  nouveaux  pour manifester la nouvelle personne qu’ils sont devenus en détruisant le site »,  explique Gérard.

À mesure que ce site se dégrade, le nombre de visiteurs a complétement diminué. Selon Gérard, le nombre des visiteurs en quête de divertissement et de nourriture spirituelle et mystique  était incalculable après la réhabilitation du site en 2017. Mais, les différentes crises socio-politiques qui ont bouleversé l’économie du pays ont  diminué le nombre des visites jusqu’à le réduire à néant. En 2019, avec le mouvement « pays lock », peu de gens déjà se rendaient sur le site. En 2021, avec le regroupement des bandits, le site est devenu inaccessible et plus personne ne peut s’y rendre.

« Je ne vivais que de mon travail. En tant que guide, je ne sais rien faire d’autre. Un site abandonné ne peut rien rapporter. C’est un déficit pour l’État et la localité. Les marchandes, les salariés du site, nous sommes tous réduits à néant, ce n’est pas possible », déplore Gérard à bout de nerfs.

Malgré la réussite peu satisfaisante du projet, Zabeth jouit de la croyance des habitants de Bonnette et d’autres ayant bénéficié de ses faveurs miraculeuses. La longue route en terre battue qui mène à la source est entourée d’arbres dits sacrés, ce qui empêche la déforestation. La disparition des animaux endémiques suites à la crise a suscité l’abandon du site en plus de son rejet. Cependant, Gérard y croit encore : « Zabeth (l’esprit) est bien vivant et veille à la purification de l’eau. Cette eau n’est jamais contaminée, et toutes celles et tous ceux qui la boivent et qui se baignent là sont revigorés. J’attends vivement que tout se calme pour pouvoir reprendre mes activités de guide touristique ».

Geneviève Fleury

genevievef359@gmail.com

Laisser un commentaire