jeu. Oct 28th, 2021

Le Quotidien News

L'actualité en continue

Vers un avancement de l’enquête autour de l’assassinat de l’ex président Jovenel Moïse

3 min read

3 mois après l’assassinat brutal de l’ancien président Jovenel Moïse à son domicile, dans la nuit du 6 au 7 juillet 2021, l’enquête avance à petit pas. La population est toujours dans l’expectative, car de nombreuses questions demeurent encore sans réponses : Qui a/ont planifié le meurtre du président ?pour quel(s) motif(s)?

Le magistrat Garry Orélien a été désigné pour instruire le dossier  en remplacement au juge Matthieu Chanlatte par le doyen du tribunal de première instance de Port-au-Prince.Le juge Garry Orélien semble vouloir faire bouger les lignes. C’est sans nul doute dans cette optique que le magistrat a auditionné l’ancienne première dame Martine Moïse qui a reçu plusieurs projectiles lors de cette sanglante attaque.

« Aujourd’hui, 6 octobre, j’étais au cabinet d’instruction pour répondre aux questions du juge afin de voir comment l’enquête sur la mort du président Jovenel Moïse peut avancer. J’ai répondu à toutes les questions, un peu moins de 80 questions pendant trois à quatre heures d’horloge », a fait savoir l’ex-première dame à des journalistes.

Plus loin, Martine Moïse a confié s’être constituée partie civile dans le cadre de cette affaire avant de porter plainte contre plusieurs personnalités dont le premier ministre haïtien,  Ariel Henry, Joseph Félix Badio, Dimitry Hérard et Jean Laguel Civil.

« Je suis obligée de me porter partie civile parce que je veux que l’enquête avance et aboutisse », a-t-elle soutenu. « J’encourage tous ceux qui ont des questions à répondre, tous ceux qui ont des informations… à participer à l’enquête svp pour voir comment avancer et comment trouver les auteurs de l’acte. Si quelqu’un à une information concernant une personne qui fait l’objet d’un mandat d’amener, d’un avis de recherche, partagez-la », a appelé l’ex première dame.

« Tout ce que nous voulons, tout ce que nous attendons, c’est que justice soit rendue. Tout le monde dit que dans notre pays on n’obtient pas justice. Même si l’on dit tout ça, c’est ici qu’il faut commencer et qu’il faut continuer à demander justice », a insisté Martine Moïse.

Dans la foulée, James Solage, l’un des suspects impliqués dans l’assassinat de l’ex Président Jovenel Moïse, a été auditionné, le 7 octobre 2021, au cabinet du juge instructeur Garry Orélien, dans le cadre de cette affaire.

Le premier ministre Ariel Henry est pointé du doigt

De son côté, le protecteur du citoyen qui est loin de tolérer les agissements du chef du gouvernement soutient que le premier Ministre Ariel Henry constitue un obstacle majeur à l’avancement du processus. Renan Hédouville a fait allusion aux mesures récemment prises mettant à pied Me Rockfeller Vincent, ancien ministre de la justice et de la sécurité publique ainsi que l’ancien commissaire du gouvernement de Port-au-Prince , Me Bed-Ford Claude après l’ avoir été invité à comparaitre dans le cadre de cette affaire.

Le protecteur du citoyen demande aux autorités compétentes de renforcer les mesures de sécurité du magistrat en charge de l’instruction du dossier, et d’assurer qu’il travaille dans de meilleures conditions.

Des personnes sont activement recherchées dans le cadre de l’enquête

Les personnes recherchées sont notamment un ancien chef rebelle, un ancien sénateur John Joel Joseph et une juge de la Cour supérieure d’Haïti, Windelle Coq Thelot. D’autres personnalités ont été suspectées dans l’assassinat de l’ancien Chef d’État, Il s’agit des leaders de partis Paul Denis et Liné Balthazar, des pasteurs Gérald Bataille et Gérard Forge Janvier et de Samir Handal.

Notons que quarante-quatre personnes, dont 18 Colombiens et deux Américains d’origine haïtienne, ont déjà été arrêtées dans le cadre de l’enquête sur le meurtre de Jovenel Moïse, commis à son domicile sans qu’aucun policier de sa sécurité rapprochée ne soit blessé.

Mario Sylvain

Laisser un commentaire