dim. Nov 27th, 2022

Le Quotidien News

L'actualité en continue

ANI :Jovenel Moïse fait cap vers la dictature féroce, jugent ses opposants politiques

3 min read

Jovenel Moïse n’a pas assez commis de gaffes en adoptant des décrets controversés, croit l’opposition. En date du 26 novembre 2020, il a commis le péché le plus mortel en créant par décret l’agence nationale d’intelligence (ANI), selon l’opposition politique. À travers ce coup de truelle, le chef de l’Etat haïtien fait cap définitivement vers l’établissement féroce de la dictature, laissent entendre les antagonistes politiques.

L’opposition politique est formelle, le président de la République ne peut attendre le 7 février 2021 pour faire ses valises. Car, son dernier arrêté concernant l’ANI est la dernière goutte qui doit renverser le verre, opinent les récalcitrants de l’opposition qui ne cessent de rêver une transition jusqu’ici dans l’impasse. Ils appellent à cet effet, la population à se prononcer par la mobilisation.

Au même titre que son obstination de ne pas dialoguer, de changer unilatéralement la constitution ou de vouloir organiser les élections en dehors d’un consensus minimal, les innombrables décrets pris par M. Moise ont toujours révolté les politiques de l’opposition. Cette fois, ils soutiennent que s’en est trop torpillant le locataire du palais qui, selon eux, enlève dorénavant le voile sur son visage.

Les réactions fusaient de toute part. Cette dernière mesure fait penser les opposants à la période des Duvalier. Et, c’est dans cette veine que Victor Benoit intervenant sur Vision 2000 qualifie de véritable milice civile la création de l’ANI. Selon l’homme politique, ce nouveau corps avec un pouvoir illimité n’a rien a envié aux VSN des années 1958.

Pour M. Benoit, le dauphin de Michel J. Martelly progresse activement sur la ligne dictatoriale. À travers cet arrêté, l’ancien dirigeant d’Agritrans cherche à donner une base institutionnelle à son comportement anti-démocratique. Jovenel Moïse est sorti de la base constitutionnelle, pense, le vétéran politique qui appelle la population à assumer, chacun sa responsabilité.

Pour Steven Benoit, l’objectif du chef de l’état est précis. Il pose ses jalons en vue de l’établissement d’une dictature féroce dans le pays. M. Moise veut instaurer un corps visant à lui soutenir dans ses repressions contre la population et ses adversaires politiques. Selon l’ex-sénateur de l’Ouest, au micro de caraïbes FM, le chef de la nation se prend pour modèle, François Duvalier arguant que la constitution amendée ne donne pas provision pour qu’un chef de l’état adopte des décrets. Fort de ces critiques, l’ancien parlementaire souligne que ces mesures prises par M. Moise n’ont aucune force légale ni constitutionnelle et, pari qu’elles tomberont avec le président le 7 février 2021.

Ce n’est pas Rony Thimoté qui allait tresser des lauriers a Jovenel Moïse. Selon le porte-parole de Vive Ayiti ferme sur sa position, ce nouveau décret ne va pas ébranler l’opposition. Agissant ainsi, le président veut augmenter les obstacles en vue de freiner les mobilisations anti-gouvernementales sabotant du coup tous les acquis démocratiques obtenus au prix d’énormes sacrifices. Déplorant toutefois, la détérioration de la situation, M. Thimoté tient pour responsable la PNH, la justice haïtienne, la communauté internationale et les dissidents de l’opposition le fait que Jovenel Moïse soit encore au pouvoir.

Notons dans la foulée que plusieurs manifestations sont annoncées pour dire non à cette tendance grandissante, l’insécurité, la misère, entre autres. Aux Gonaïves l’opposition annonce déjà la couleur et met en défi le président de s’y rendre le premier janvier 2021.

Daniel Sévère 

danielsevere1984@gmail.com

5 thoughts on “ANI :Jovenel Moïse fait cap vers la dictature féroce, jugent ses opposants politiques

Laisser un commentaire