sam. Juin 22nd, 2024

Le Quotidien News

L'actualité en continue

Discours du Gouverneur  Ronald Gabriel à la journée de restitution sur les variations des événements extrêmes climatiques par l’équipe de UREGéo le 26 octobre

5 min read

Bonjour tout le monde,

Permettez-moi de saluer le Recteur de l’UEH,

le doyen de la Faculté des Sciences, ainsi que les professeurs, sans oublier les membres de la Communauté scientifique en présentiel et en ligne.

Chers participants, chers internautes

Mesdames, Messieurs,

J’éprouve un immense plaisir à prendre part ce matin à la journée de restitution sur les variations des événements climatiques extrêmes. Cette activité concerne un domaine transversal à la soutenabilité des progrès économiques et sociaux et la Banque de la République d’Haïti est fière d’avoir contribué, avec le support de la Banque Interaméricaine de Développement (BID) à sa mise en place à travers le Fonds BRH pour la recherche et le développement.

Je me réjouis de voir l’université s’engager de plus en plus à jouer un rôle proactif dans l’établissement d’un cadre conceptuel de réflexion scientifique. Au niveau des activités que nous finançons avec l’aide de nos partenaires, nous priorisons les réflexions axées sur des problèmes de nature publique dont la compréhension ouvre la voie à la prise de décisions éclairées contribuant ainsi à favoriser un processus de développement intégré et inclusif.

Dans cette optique, je profite non seulement pour saluer et féliciter les membres de l’équipe du projet CLIMEXHA (Anticiper les évènements climatiques extrêmes sur Haïti pour un développement durable) dirigée par Dr Dominique Boisson de l’Unité de Recherche en Géoscience, sous la houlette de la Faculté des sciences de l’UEH, mais aussi pour les remercier de l’invitation qui me vaut l’honneur de prendre la parole aujourd’hui. CLIMEXHA’’ figure parmi la première cohorte de projets retenus par le Fonds BRH pour la Recherche et le Développement. La mise en place de ce fonds représente un pas important dans le renforcement du partenariat prometteur entre le secteur public, l’université et le secteur privé, tel que le conçoit le model à trois hélices, Ce dernier secteur étant le point de chute dans l’application des activités de réflexion et de recherche qui visent la transformation de notre espace économique et social.

L’exercice qui nous réunit ce matin est de première importance parce qu’il renvoie à une prise de conscience portée par une démarche scientifique sur les enjeux et défis liés aux événements climatiques extrêmes, dans un pays fortement vulnérable aux catastrophes naturelles. L’autre facteur encourageant est que le projet CLIMEXHA est conduit par un secteur clé qu’est l’université, dont la vocation de recherche se retrouve souvent handicapée par manque de disponibilité de financement local. En ce sens, la BRH se réjouit de voir qu’environ 42% des projets financés par le FRD-BRH, viennent directement d’institutions de la communauté universitaire.

Mesdames, Messieurs

Chers participants,

Vous savez aussi bien que moi que la République d’Haïti est fortement exposée à des phénomènes climatiques hydrologiques et bio-géographiques particuliers. Ces événements se manifestent notamment par l’irrégularité et la violence des pluies ainsi que par le régime torrentiel des rivières, accompagné des dégâts que cause le déboisement.

En effet, entre 1986 et 2016, le pays a connu plus d’une trentaine d’événements hydro climatiques dans plusieurs régions du pays, dont les plus dévastateurs ont été, à titre de rappel : l’ouragan Gordon en 1994, le cyclone Georges en 1998, le cyclone Jeanne en 2004, les ouragans Gustav et Hanna en 2008, l’ouragan Isaac en 2012 et l’ouragan Mathew en 2016.  

Sachant que les événements hydro climatiques extrêmes et d’autres types de catastrophes naturelles peuvent occasionner des dommages terribles sur l’économie et la population en général, la BRH et ses partenaires, le Ministère de l’Économie et des  Finances et la BID dans le cadre du  FRD, ont décidé, cette année encore, de retenir les changements climatiques comme un domaine prioritaire dans l’actuelle session de soumission de projets de recherche.   

Mesdames Messieurs,

Les banques centrales, à l’appel du Fonds monétaire international, se retrouve aujourd’hui interpellée dans la lutte contre le réchauffement de la planète. Malgré la très faible contribution haïtienne à ce phénomène par rapport à la moyenne mondiale, la BRH continue de jouer sa partition, à travers le financement de travaux de recherche dans le domaine, car les conséquences dramatiques des changements climatiques deviennent de plus en plus visibles sur l’économie haïtienne.

En fait, des études ont montré que les changements climatiques compromettent la stabilité des prix qui est la mission première de toute banque centrale, par, au moins, trois moyens:

  • D’abord les conséquences des changements climatiques sont de nature à perturber la transmission des mesures de politique monétaire aux conditions de financement appliquées aux ménages et aux entreprises, et donc à la consommation et à l’investissement.
  • Ensuite, les changements climatiques sont susceptibles de réduire davantage la marge de manœuvre de la politique monétaire conventionnelle en diminuant le taux d’intérêt réel d’équilibre, qui maintient une certaine adéquation entre l’épargne et l’investissement.
  • Enfin, les changements climatiques et les mesures d’atténuation de leurs effets peuvent avoir une incidence directe sur la dynamique de l’inflation.

Ces éléments, entre autres, justifient l’intérêt de la BRH à cette activité qui nous rassemble tous ce matin.

Mesdames, Messieurs

Chers participants,

Je terminerai mes propos en formulant le vœu que le projet CLIMEXHA arrive à son terme et suscite des initiatives responsables de politiques d’adaption et de mitigation des risques liés aux événements hydro climatiques, dont le plus couteux, le cyclone Matthew,  était de l’ordre de 2.8 milliards de dollar en 2016.

Il est aussi souhaitable, sinon nécessaire, que d’autres études viennent amplifier les réflexions sur les meilleures pratiques dans ce domaine. Il y en a au moins deux qu’on peut promouvoir sur un horizon rapproché : le changement de comportement au sein de la population et le transfert de certains risques économiques par le développement d’outils et de produits financiers appropriés.

La BRH continuera à financer des initiatives de recherche jugées d’un grand intérêt pour la société, à travers le Fonds BRH pour la Recherche et le Développement et elle maintient plus que jamais son engagement à supporter tous les projets visant à renforcer les démarches techniques et scientifiques pour un retour de l’économie au chantier d’une croissance soutenue et durable.

Je vous remercie de votre attention

Source : BRH

Laisser un commentaire