ven. Avr 12th, 2024

Le Quotidien News

L'actualité en continue

« Le système financier haïtien se porte bien malgré la situation délétère dans laquelle nous nous trouvons », estime Jean Baden Dubois

4 min read

Entre les effets de l’insécurité, l’inflation et la récession, l’économie du pays n’affiche pas de bonnes notes. Parallèlement, le système financier semble échapper à la crise et « se porte bien ». Après des efforts consentis par la Banque de la République d’Haïti, le Gouverneur Jean Baden Dubois dit espérer pour bientôt un aller-mieux.

Intervenant dans le cadre du Sommet international de la Finance ce 17 avril à Port-au-Prince, le Gouverneur de la BRH,  Jean Baden Dubois a fait un bilan du système financier haïtien. Selon lui, les efforts pour assainir le système financier et sortir le pays de la liste grise du GAFI ont fini par porter leurs fruits. « Le système financier haïtien se porte bien malgré la situation délétère dans laquelle nous nous trouvons. Les banques ont des liquidités. Le crédit a augmenté, l’assise financière est très stable, très au-dessus du minimum demandé par la banque centrale. À cause de la crise sécuritaire, les banques ont perdu des succursales mais le système bancaire haïtien reste sain et est en très bonne santé », a déclaré le Gouverneur.

Selon lui, le système financier haïtien ne risque pas d’être affecté directement par la crise financière qui menace certains pays. « On a entendu parler de la faillite de SVB Bank, de crédit Suisse. Les banques haïtiennes n’avaient pas de relation avec ces banques. Cela veut dire que ce problème ne se pose même pas », a-t-il affirmé. Il est vrai que l’économie du pays est en mauvais état, mais le patron de la BRH espère un relèvement pour bientôt. « Au niveau de la BRH, on a enlevé toute la liquidité gourde qu’il était possible d’enlever. Ceci va avoir un effet bénéfique sur le renforcement de la gourde. Il faut s’attendre à avoir très bientôt le mouvement dans le sens inverse », a-t-il expliqué.

Le Gouverneur assure que la BRH reste à pied d’œuvre, et continue de jouer son rôle au sein du système financier haïtien. « La Banque Centrale est très impliquée dans le financement de l’économie, pas forcément de manière directe, mais en utilisant sa capacité et son rôle de régulateur et de superviseur du système financier ».

Une balance commerciale largement déficitaire

L’écart ne cesse de se creuser entre les importations et les exportations. Alors que le pays est plongé dans une grave crise de production, les importations continuent de croître, l’inflation par le taux de change ne cesse de grimper, et les transferts de devises étrangères vers le pays ne peuvent plus maintenir l’équilibre. « On a remarqué cette année que les transferts de la diaspora ont diminué. Rien qu’au mois de février, ils ont diminué d’au moins 5% », a fait savoir Jean Baden Dubois.

Pour lui, les difficultés auxquelles font face les États-Unis d’Amérique affectent les transferts de devises vers Haïti, tout ceci n’est pas sans conséquences sur le taux de change. « Nous-mêmes en Haïti, nous subissons de plein fouet ce qui se passe au niveau international. Quand l’inflation augmente aux États-Unis, ça veut dire que les travailleurs aux États-Unis, nos proches qui nous font des transferts d’argent depuis là-bas ont moins d’argent à garder et qui peut être envoyé en Haïti », a expliqué M. Dubois. « Au niveau de notre balance commerciale, il y a un grand écart qu’il faut combler. Et ceci n’est pas sans effet sur le taux de change », a-t-il ajouté.

La création d’emplois, une solution qui fait défaut

La création d’emplois est fondamentale, selon le numéro un de la BRH. Pour lui, c’est l’absence de suffisamment d’emplois dans le pays qui poussent certains jeunes haïtiens vers la délinquance. « L’un des problèmes de l’insécurité que nous avons aujourd’hui, c’est parce que, que ce soit au niveau du secteur public ou au niveau du secteur privé, nous n’avons pas créé suffisamment d’emplois pendant les trente dernières années, alors que nous avons mis plus de personnes sur le sol haïtien. Et ces personnes, devenant maintenant des adultes, n’arrivent pas à trouver des emplois », a expliqué le Gouverneur.

Pour lui, il faut rapidement trouver des solutions aux problèmes du pays, et il appelle à la réflexion. « Il faut continuer avec les réflexions, il faut poser les problèmes. C’est ainsi qu’on va trouver des solutions ».

Clovesky André-Gérald PIERRE

cloveskypierre1@gmail.com

Laisser un commentaire