mer. Mai 12th, 2021

Le Quotidien News

L'actualité en continue

Opération policière ratée à Village de Dieu : toujours pas d’explication officielle, déplore le SPNH-17

2 min read

Alors que beaucoup de ses membres sont l’objet d’avis de recherches pour leur attachement présumé au groupe fantom 509, le SPNH-17 ne bronche pas. Il continue de dénoncer ce que, croit-il, le haut état-major de la Police ne veut pas entendre. En conséquence, il a organisé une cérémonie d’hommage aux policiers tués lors de cette opération le 12 mars dernier tout en dénonçant la création de fait d’une nouvelle unité, repère de bandits activement recherchés, au sein de la PNH.

Le 12 avril 2021 fait un mois depuis que la police nationale d’Haïti (PNH) a essuyé un échec cuisant lors d’une opération à village de Dieu. Menée dans la troisième circonscription de Port-au-Prince afin de déloger le groupe armé ‘’Cinq secondes’’ qui contrôle le long du bicentenaire depuis un bon bout de temps, cette opération a tourné au drame, laissant les corps sans vie d’au moins quatre policiers des unités spécialisées dans cette banlieue.

En l’occasion, le SPNH-17, très hostile au haut état-major de la PNH, s’en souvient tristement de ce jour où, insiste le porte-parole de cette structure, Domont Saint-Cyr, ses frères d’armes ont été humiliés, insultés, avilis puis assassinés par des bandits notoires sous les yeux complices des autorités policières. Le SPNH essaie de se remémorer de cette tragédie où les vaillants policiers ont résisté durant plus de trois heures d’horloge aux civils armés appelant vainement des secours qui ne sont jamais arrivés même pour reprendre leurs dépouilles souillées.

En ce sens, le syndicat avait organisé une cérémonie d’hommage en leurs mémoires massacrés dans l’exercice de leur fonction. Ainsi, s’insurge M. Saint-Cyr, du silence des autorités de la PNH et de l’État central sur cet événement répugnant. Le porte-parole qui exige des explications officielles le dit, à qui veut l’entendre, que le sang des martyrs policiers ne restera pas impuni.

Parallèlement, le syndicaliste a craché son désaccord au DG de la PNH qui, selon lui, aurait intégré des civils en contravention avec la justice au sein de la PNH à travers une unité dénommée All Black. M. Saint-Cyr se questionne sur le texte de loi habilitant le numéro un de la PNH à créer cette unité dont le haut état-major continue d’ignorer son existence. Il en profite aussi pour demander au DG, Léon Charles, sur la base de quelle loi, il porte cette offensive systématique contre le syndicat.

Claire S. Destiné

Laisser un commentaire