mer. Mai 25th, 2022

Le Quotidien News

L'actualité en continue

Vers la réalisation de la 28e édition de Livres en folie, Max Chauvet fait le point

4 min read

Après avoir été relayé en ligne durant le passage de la pandémie Covid-19, Livres en folie revient en force cette année et promet de satisfaire amplement les bibliophiles. Avec deux invités d’honneur cette année, Louis-Philippe Dalembert et Pierre-Raymond Dumas, la rencontre avec les auteurs en signature sera le moment de partager un voyage commun à travers les titres qui seront exposés. Max Chauvet, directeur du journal Le Nouvelliste et co-organisateur de l’évènement en parle lors d’une interview spéciale accordée au journal Le Quotidien News le jeudi 12 mai 2022.

Cette année encore, le Nouvelliste et la Unibank s’unissent pour offrir aux amants du livre la 28e édition de Livres en folie qui aura lieu le jour de la Fête-Dieu, soit le 16 juin 2022 au Karibe Convention Center. Depuis près de 30 ans, ce rendez-vous annuel ne rate jamais l’occasion de faire plaisir au public avide de lecture. Malgré la propagation rapide du coronavirus, cela n’avait pas empêché les organisateurs et les partenaires de trouver un moyen efficace pour perpétuer cette manifestation devenue une tradition. Pendant deux années consécutives, la crise sanitaire avait empêché les rassemblements en un seul lieu, cette grande foire du livre a été obligée de s’éclipser pour se faire uniquement en ligne. Les invités d’honneur donnaient les conférences en ligne et les achats d’ouvrages se faisaient en distanciel . Le paiement se faisait par carte bancaire, par dépôt ou virement bancaire.

Comme les années précédentes, les invités d’honneur de cette édition seront de taille. Le romancier et poète Louis-Philippe Dalembert, Chevalier des Arts et des Lettres depuis 2010, écrivain le plus primé de sa génération et finaliste au prix Goncourt de l’an dernier avec son livre intitulé « Milwaukee Blues », sera de la partie. L’auteur Pierre Raymond Dumas, critique littéraire, essayiste et professeur d’université ayant déjà publié plusieurs ouvrages tel que « Panorama de la littérature haïtienne de la diaspora »  en plusieurs volumes, auteur de la rubrique « Cette transition qui n’en finit pas », y sera également. Il y aura aussi les trois derniers lauréats du prix Deschamps à cette grande foire. Luis Bernard Henry, avec son texte « La petite fille bleue », prix 2021, « Fedia Stanilas, Konfidans », prix 2019, Ronald C. Paul,  « La couturière de Martissant », prix 2018.

Max Chauvet, Directeur du journal Le Nouvelliste et co-organisateur de l’évènement, dans une interview accordée au journal Le Quotidien News, se dit être un facilitateur de la rencontre entre l’auteur et le lecteur. Le Patron du Nouvelliste se réjouit de savoir que cette année l’ambiance affective règnera encore une fois entre les lecteurs qui rêvent de rencontrer leurs écrivains préférés et les auteurs qui pourront enfin signer leur livre pour les férus de la lecture. « Ce sera quand même une édition spéciale. Je peux dire que nous sommes à l’essai. Après deux ans d’absence sur le terrain, vu l’insécurité qui règne encore, je ne saurais tout reprendre d’un coup ».

En effet, celui qui est aussi entrepreneur, a indiqué que cette manifestation culturelle a vu grandir sa clientèle au fil des années. Ce qui explique les différents locaux qu’elle a du échanger années après années pour trouver des espaces plus larges et mieux sécurisées, a expliqué M. Chauvet. Avec une foule qui grandit chaque année, et la soif de rencontres de la population, il fallait toujours penser à trouver des espaces ayant la capacité d’héberger toute une foule pour une journée entière, poursuit-il. Cette année, dit-il, le choix a été porté sur l’hôtel Karibe pour plusieurs raisons.

« D’abord, il fallait trouver un endroit sécuritaire pour les invités et les acheteurs. Ensuite, il n’y aura que des auteurs en signature, on ne pourra pas faire des stands pour les maisons d’édition. Alors l’espace nous est paru idéal pour ce retour tant espéré ». Avec le climat de peur qui sévit depuis quelques temps dans le pays, les réjouissances sont devenus presqu’un luxe pour la jeunesse. Cette grande foire du livre qui réunissait toutes les couches sociales, jeunes et vieux, sera un moment de partage, de retrouvailles pour ceux qui ont peur de sortir de chez eux. Après avoir attendu près de deux ans avant de pouvoir se retrouver pour se remémorer les souvenirs de cette foire, la population en aura sur tous les lèvres pour transmettre aux amoureux de belles lettres.

« L’année qui m’avait le plus marquée était 2010. Les gens venaient de partout pour se rencontrer et partager un verre autour des stands. L’émotion était forte lorsque chacun retrouvait une personne qu’elle pensait décédée. Ce bonheur n’avait pas de nom », confie Max Chauvet au journal.

Celui qu’est aussi patron de maison d’édition poursuit pour remercier ses partenaires sans lesquels cette foire n’aurait aucune raison d’être. Des fidèles amis qui ont fini par faire confiance à ce projet qui ne rate jamais une année depuis son lancement. Après sa maison d’édition à compte d’auteur mis à la disponibilité des écrivains, il crée un espace de vente pour les aider à se faire connaître du public, économiser et épuiser leur stock.

Genevieve Fleury

Genevievef359@gmail.com

Laisser un commentaire