lun. Mai 20th, 2024

Le Quotidien News

L'actualité en continue

Vers le renforcement de la profession de comptable et du métier de l’audit en Haïti

4 min read

Ce 22 mars 2023, l’Ordre des Comptables Professionnels Agréés d’Haïti (OCPAH), la Banque de la République d’Haïti (BRH) et le Ministère de l’Économie et des Finances (MEF) ont lancé le Programme élargi pour le Renforcement du Marché de l’Audit et la Comptabilité en Haïti (PERMAC), un pas dans la bonne direction pour le marché formel, et « un baume d’espoir » selon le Gouverneur de la BRH, Jean Baden DUBOIS.

Le Ministère de l’Économie et des Finances ainsi que la Banque de la République d’Haïti semble vouloir à tout prix assainir les institutions financières en Haïti. Après le protocole d’accord signé en août 2022 avec l’UCREF contre les crimes financiers et la semaine de l’Audit en décembre dernier, c’est aujourd’hui la profession de comptable et au marché même de l’Audit que les deux institutions veulent renforcer. Déjà en décembre 2022 lors du lancement de la semaine de l’Audit, le patron de la BRH disait des crimes financiers qu’ils sont « des comportements pouvant menacer l’économie de tout un pays » et qui peuvent « agir négativement sur sa stabilité financière, non seulement en constituant un frein à la croissance, mais aussi en compliquant davantage le travail de la Banque Centrale ».

Trois piliers pour le PERMAC

Le Président de l’Ordre des Comptables Professionnels Agréés d’Haïti (OCPAH), Jacques NERETTE, signataire d’un protocole d’accord avec le MEF et la BRH ce mercredi, détaille les trois piliers du PERMAC. Le premier pilier consiste à faire émerger 8 à 10 firmes capables d’auditer les institutions financières et les grands débiteurs du système en sélectionnant ces firmes, en formant leurs ressources humaines, et en renforçant leurs capacités matérielles et financières. 

« Pour arriver à faire émerger ces firmes d’audits, dans un premier temps il va y avoir une évaluation du marché de l’audit en Haïti, et dans un deuxième temps la commission chargée de la gestion du programme va en quelque sorte recruter une firme ou un consultant national ou international pour pouvoir sélectionner les firmes d’audit qui répondent aux critères », a fait savoir Jacques NERETTE, Président de l’OCPAH.

Pour le deuxième pilier, il s’agit de renforcer la structure opérationnelle et organisationnelle de l’OCPAH, et sa capacité à réglementer l’industrie en révisant le cadre légal et réglementaire, en allant vers l’implantation des Normes Internationales d’Informations Financières (IFRS) et vers le renforcement institutionnel. Et enfin, le troisième pilier est la mise en place d’une chaire IFRS dans trois universités haïtiennes qui sont l’INAGHEI, l’Université Quisqueya et l’Université Notre Dame d’Haïti.

Pour financer ce programme, les trois institutions prévoient un budget de l’équivalent en gourdes de 1.3 millions de dollars américains, dont 75% couvriront les dépenses relatives au renforcement des firmes d’audit et celles liées au renforcement de l’OCPAH, et 25% couvriront les charges relatives au volet de l’implémentation de normes IFRS en Haïti.

Renforcer les audits et le travail de contrôle des comptables

Le Ministre de l’Économie et des Finances, Michel Patrick Boisvert croit que le Programme élargi pour le Renforcement du Marché de l’Audit et la Comptabilité en Haïti (PERMAC) va à la fois « renforcer les audits et le travail de contrôle des comptables à travers tout le territoire » et permettre au système financier haïtien d’être en adéquation avec les exigences du moment. 

« La mise sur pied de ce dispositif qui renforce les capacités des structures de contrôle comptable et des firmes d’audit en Haïti traduit manifestement la ferme volonté du Gouvernement d’élever notre système financier à la hauteur des exigences de l’heure, c’est-à-dire un système en adéquation avec les standards des sociétés modernes qui, grâce aux efforts communs des différents acteurs : l’État, les opérateurs financiers, les organisations de la société civile, ont su mettre en place un environnement légal et comptable capable d’accompagner leur économie  dans un cheminement irréversible de compétitivité et de croissance », a déclaré le patron du MEF ce 22 mars 2023.

La BRH travaille actuellement sur le plan comptable des institutions financières (PCIF), « qui servira dans le cadre normatif pour l’application de ces normes et leur exploitation en vue de la préparation des rapports potentiels, dont la BRH est le principal régulateur », a indiqué de son côté Jean Baden DUBOIS. Le Gouverneur de la BRH croit qu’aucun de ces objectifs ne pourra se réaliser « sans une profession comptable au fait des meilleures pratiques internationales », d’où ce programme.

Clovesky André-Gérald PIERRE

cloveskypierre1@gmail.com

Laisser un commentaire