lun. Mai 20th, 2024

Le Quotidien News

L'actualité en continue

Escalade de la violence en Haïti : qui va enfin dire halte-là? 

3 min read

La violence dans la région métropolitaine de Port-au-Prince ne cesse de gagner du terrain. Ce 17 mars,  des individus armés ont semé la terreur à Marlique, commune de Pétion-ville. Des maisons ont été  incendiées. Des coups de feu ont été entendus dans toutes les directions de ce quartier. Les bandes armées continuent de terroriser la population civile sous les yeux impuissants des forces de l’ordre.

L’insécurité frappe de plein fouet certains quartiers de la commune de Pétion-Ville. Des individus lourdement armés s’en sont pris à la population civile à Marlique situé dans la commune de Pétion-Ville et ce, suite à l’assassinat d’un individu de la zone.

À en croire les témoins qui sont intervenus dans la presse, ces actes de banditisme ont été commis par des individus qui circulaient à bord d’un véhicule. Ils ont affirmé qu’ils n’ont pas eu le temps d’identifier le numéro d’immatriculation de la voiture de ces civils armés.

Entre-temps, les cas d’enlèvements ne cessent de se multiplier dans les départements de l’Artibonite et de l’Ouest. En effet, le groupe armé dénommé « kokorat san ras» a enlevé en date du 16 mars 2023 six (6) employés de l’entreprise « Ti Malice » dans la vallée de l’Artibonite .Il importe de préciser que les victimes ont été séquestrées alors qu’elles étaient en route pour rejoindre leur lieu de travail, à l’entrée Sud des Gonaïves.

Lebrun Saint-Hubert, Directeur général de la RCH 2000 a été enlevé le 17 mars dans l’après-midi dans la commune de Delmas. Circuler à Port-au-Prince est devenu un risque quotidien que prennent les citoyens alors que la population en majeure partie, vit au jour le jour.Selon un employé de la station, le PDG de la Radio RCH 2000 a été enlevé par des hommes lourdement armés entre Delmas 37 et 39. Pour l’heure, on ne dispose d’aucune information pour savoir si les ravisseurs ont pris contact avec la famille ou les proches de la victime. 

Une militante des droits humains tuée à Tabarre 

D’un autre côté, les cas d’assassinats par balles se multiplient dans la région métropolitaine.  Estafa Guerda, militante de droits humains, agée de 46 ans et mère de quatre enfants, a été assassinée dans la commune de Tabarre, au village de Vilambeta, zone Caradeux, localité Ti Jaden vendredi dernier. Elle défendait les droits des humains, particulièrement ceux des enfants, a-t-on appris dans la presse.

L’insécurité est à son comble à un moment où le Chef du Gouvernement haïtien, Ariel Henry entend mobiliser les Forces Armées d’Haïti dans la lutte contre le banditisme. Et aussi, à un moment où le dossier d’Haïti ne cesse de susciter des réactions à l’échelle internationale. De jour en jour,  la situation du pays va de mal en pire et  l’inflation frôle presque la barre des 50 %.

Plus d’un se demande, quand est-ce que l’on va prendre réellement une décision  et l’appliquer afin de mettre hors d’état de nuire ceux qui sèment la terreur et empêchent la population civile de vaquer librement à ses activités?

Jackson Junior RINVIL

rjacksonjunior@yahoo.fr

Laisser un commentaire