dim. Fév 25th, 2024

Le Quotidien News

L'actualité en continue

Hommage à Madame Huguette MEVS

4 min read

Il y a un an exactement décédait Madame Huguette MEVS à son domicile, après une vie hors du commun, faite de rudes combats et de réussites extraordinaires.

Née le 4 octobre 1929 aux Cayes, elle avait développé au cours de sa longue existence plusieurs dimensions de sa personnalité fondamentalement noble et généreuse. C’était une travailleuse infatigable, toujours aux côtés de son mari, et une femme d’affaires avisée et pragmatique.

À l’époque, l’acquisition d’une chaussure n’était pas à la portée de la grande majorité des Haïtiens. Il fallait en inventer une qui leur soit abordable. La pétrochimie et le plastique étant en plein essor, Fritz Mevs part pour l’Europe chercher la solution. Avec un ami autrichien et un fabricant italien de machines, pendant deux ans, ensemble, ils vont tous les trois mettre au point la « sandale en plastique » qui aujourd’hui est largement portée dans le monde. C’est ainsi qu’avec son épouse il rend accessible, à très bas prix, l’accès à la chaussure à tous les Haïtiens et indirectement, à des centaines de millions d’individus à travers le monde.

L’aventure va continuer : de la fabrication de chaussures, il passe à celle de plaques en caoutchouc pour la cordonnerie, d’objets en plastiques pour le foyer, de savon, d’huile comestible, de détergents, de margarine, etc. Il va, dans la foulée, créer de nombreux emplois, mettre au point des brevets et des systèmes de production innovants, parcourant le globe pour trouver les solutions techniques et négociant des crédits avec des banques étrangères et des fournisseurs qui le connaissaient à peine. Sa femme Huguette est sur tous les fronts, se chargeant de gérer les affaires de cet homme intrépide, innovant, à l’esprit créatif et toujours en mouvement.

Madame Mevs était également sensible à la beauté et ne tolérait pas la médiocrité. Après une vie professionnelle bien remplie, elle s’était adonnée avec passion à la peinture, ayant un penchant pour la représentation des fleurs et des chevaux, dont elle se plaisait à évoquer la délicatesse et la fougue.

Elle vouait aussi un intérêt prononcé pour les civilisations passées en finançant des recherches archéologiques professionnelles, en particulier sur le site taïno de Ravine Sèche, dans les environs de Montrouis. Il convient de rappeler aussi qu’elle a financé la construction et le fonctionnement de l’Hôpital Bernard MEVS, ainsi nommé en souvenir de son fils aîné décédé en mars 1987.

Éprise de modernité, après avoir visité le 19 décembre 2009 l’exposition consacrée à Jean Michel Basquiat que l’Université Quisqueya avait organisée dans l’ancienne résidence du Président Paul Eugène Magloire, elle s’était déclarée séduite par l’initiative, la jugeant originale et d’un grand intérêt pour les étudiants. Venue sur le campus deux ou trois jours après le tremblement de terre, elle décida d’apporter son aide à la reconstruction de la bibliothèque, par un don d’une largesse exceptionnelle.

Par le choix de la bibliothèque, Madame Huguette PORTÈS MEVS indiquait l’importance qu’elle  accordait à la lecture, à l’éducation, et au savoir qu’elle considérait comme la possibilité pour les nouvelles générations de sortir de l’ignorance et de conquérir leur avenir, en s’affranchissant des chaînes intellectuelles, morales et spirituelles qui handicapent la plupart des pays en développement.

L’inauguration du nouveau bâtiment eut lieu le 15 décembre 2015, dans le cadre des 25 ans de l’Université. Madame Huguette MEVS, qui avait tenu à être présente à la cérémonie, a gravi sereinement les 80 marches qui mènent à la salle de conférence de la bibliothèque. Admiratifs, les étudiants la dévoraient des yeux et se bousculaient pour lui parler. Par la suite, elle accompagna la bibliothèque de l’Université Quisqueya avec une attention soutenue, s’interrogeant sur sa fréquentation, s’intéressant au projet de numérisation des ressources documentaires et contribuant même à diffuser l’ouvrage de Jean-Claude Martineau, Nouveaux Contes, dont elle avait soutenu en 2020  la publication, auprès des écoles au moment de Noël. Elle adorait les enfants.

Madame Huguette MEVS, était une femme exceptionnelle. Je suis heureux d’avoir eu la chance de la rencontrer dans ma vie et c’est avec joie que j’évoque aujourd’hui son souvenir.

Je remercie le journal Le Quotidien News d’avoir accepté de publier mon témoignage.

Je souhaite que ses jeunes lecteurs s’inspirent de la vie de Madame Mevs pour continuer de croire en eux-mêmes, en la valeur du travail, et pour ne jamais perdre espoir, malgré les circonstances difficiles et douloureuses qui affectent aujourd’hui la vie en Haïti.

Alain SAUVAL

24 novembre 2023

Laisser un commentaire