ven. Avr 12th, 2024

Le Quotidien News

L'actualité en continue

Laissons parler les gens!

2 min read

Nous sommes comme un malade placé sous l’effet de l’anesthésie. Nous sommes insensibles à la douleur que procure l’intervention chirurgicale.  Nous regardons l’opération inoffensive laissant le docteur travailler sans s’intéresser à questionner quoi que ce soit et/ou émettre de commentaires.

En fait, ça ne pourrait être autrement.  À force d’encaisser les coups, de constater que les mêmes causes continuent de produire les mêmes effets, on finit par devenir fantomatique. Nous voyons, nous entendons et nous sommes là sans réaction. Nos ailes sont brisées. Nous sommes devenus insouciants, inoffensifs. On nous transforme en objet. C’était l’objectif: nous fatiguer et nous laisser sans réaction.

Si, au niveau de la population, on est en mode: « laissons faire les gens », du côté des prétendus leaders c’est le voyant « laissons parler les gens » qui est activé. Ils se lancent dans une sorte de marathon pour tirer leur épingle du jeu. L’intérêt patriotique est mis de côté pour faire place à la mesquinerie, à l’individualisme. Les gargantuas continuent de ramper pour prendre leur part du gâteau. Même si c’est l’emballage qui leur revient au final, ils n’ont aucun souci. L’essentiel c’est au moins de pouvoir lécher quelque chose.

Cette avarice et cette cupidité les poussent à fermer les yeux sur tout. Sur les actions des gangs, l’humiliation qu’est en train de subir le pays vis-à-vis de ses voisins, les changements de veste des leaders qui se sont toujours engagés dans une ligne anti-occidentaliste et nationaliste. L’idée c’est d’en profiter. Demain aura sa peine.

Ils n’ont rien à faire de ce que pensent les autres. De ce qu’endure la population. Les structures politiques n’ont aucune ligne. Les leaders politiques continuent de ternir leurs images. Ils s’entêtent à écorner l’image du pays. À fouler aux pieds un peu plus la fierté de cette nation. Ils ne cessent de déchirer les pages de l’histoire haïtienne écrites de façon célèbre avec le sang de nos ancêtres. Puisqu’ils jugent qu’ils n’ont rien à perdre, ils ne se fatiguent pas. Leur maître-mot c’est: « laissons parler les gens ».

Dans nos rangs trop de traîtres. Marchons unis, c’est trop demandé.

Daniel SÉVÈRE 

danielsevere1984@gmail.com

Laisser un commentaire