lun. Mai 20th, 2024

Le Quotidien News

L'actualité en continue

Les Haïtiens dans l’enrichissement de leur pays d’adoption

4 min read

Demandez à un psychologue pourquoi les Haïtiens en exil contribuent tant à meubler, à développer leur pays d’accueil, tandis que, dans leur pays natal, règnent, depuis des lustres, le chaos perpétuel, la culture de l’indigence, l’irresponsabilité débridée et la dégénérescence collective ?

Sans ambages, il vous répondra que c’est le propre de l’homme de se prouver, de se dépasser, d’enrichir son milieu pour le bien-être commun, etc. S’il ne le réalise pas, à plusieurs degrés, dans son propre pays c’est parce qu’un sentiment de révolte aurait plombé ses motivations pour l’entraîner dans le sens opposé de l’idéal existentiel.

Cette interrogation m’a effleuré l’esprit, en lisant dans un quotidien de Montréal, un article1 qui explore l’apport des Québécois d’origine haïtienne, dans le cadre du « Mois de l’Histoire des Noirs2 »; en particulier, leur contribution au développement du Québec pendant la « Révolution Tranquille3 ».

En fait, c’est une réalité indéniable. Cette assertion n’est pas seulement l’apanage de nos congénères au Canada. C’est partout! Aucun mois ne  s’écoule dans l’année sans qu’une nomination extraordinaire de fils ou de filles d’Haïti ne vienne réchauffer le cœur de la communauté, tant leur collaboration, leur intelligence, leurs capacités les prédestinent à briser les barrières pour conforter leur enracinement.

En ce mois de février 2023, notre compatriote Wiener Kernisan4, président de la filiale américaine d’Arianespace, depuis 2016, a reçu l’illustre l’Ordre National du Mérite français des mains de l’Ambassadeur Philippe Étienne, pour ses grandes réalisations pour la France et l’industrie spatiale française. Notre amie, Madeleine Féquière, a été nommée Consul du Canada à Chicago. Et on continue! Nous venons d’apprendre la désignation de l’un des nôtres par Ottawa au titre de juge à la Cour supérieure du Québec. Il s’agit du professeur de droit âgé de 35 ans de l’université Mc-Gill, Alexandre Bien-Aimé Bastien5. « Il est le premier homme noir à siéger à cette cour. Plusieurs acteurs du monde juridique ont salué la nomination d’un juriste souvent cité comme l’un des meilleurs de sa génération ». À la fin de l’année 2022, Claudine Guay a été choisie pour gérer la prestigieuse Harvard University aux États-Unis, l’une des meilleures universités au monde, après 400 000 consultations des anciens harvardiens. Qui dit mieux!

Pour le Québec, je vous invite à lire le magistral ouvrage d’une autre sommité, le Dr Samuel Pierre, « Ces Québécois venus d’Haïti  (mai-2007) », pour saisir l’ampleur et la magnanimité de ces architectes colorés qui ont richement contribué à la naissance du Québec moderne, et ce, dans tous les domaines.

Suite à cette édifiante lecture, qui apporte un zeste de confiance à notre collectivité grâce à ses compétences, on pourrait se demander, si nous ne sommes pas tout bonnement condamnés à la performance pour masquer le drame, le déchirement et l’échec qui habillent notre terre de naissance?

Pressentant déjà, de prime abord, l’hésitation des employeurs, bien au fait de notre faillite collective, à nous confier la clé de leurs actifs, de leurs investissements, on se défonce pour conjurer la noire prémonition et faire triompher la logique de l’utile et de l’agréable, au point de crever tous les plafonds de verre, sans distinction. Et ceci, point n’est besoin d’un psychologue pour nous l’expliquer! L’orgueil en rivalité a chapeauté le rêve pour dessiner un tableau différent de la perception de l’autre. Ce qui a fini par être très payant à long terme.

Pour revenir à notre chez-soi, nous avons, sans distinction aucune, condamné nos dirigeants, souligné leur incompétence crasse, décrié leur amour pour les rapines, dénoncé leur filouterie inconsciente, dessiné à l’encre rouge leur médiocrité sans bornes, etc. Mais, nous détenons la preuve qu’à l’extérieur, hors du cadre national, nos compatriotes brillent de tous leurs feux, étouffant le concert éreintant des éternelles critiques.

Ne désespérons point ! Haïti, un jour, doit renaître de ses cendres. L’espoir n’a pas disparu au sein de sa diaspora, qui ne rêve que de ressusciter le moribond, d’occulter toutes les perceptions négatives à l’endroit de cette île autrefois magique. Souhaitons simplement qu’elle  émerge de nouveau  suffisamment forte pour pouvoir changer l’ordre des choses.

Max Dorismond

– Notes –

1.https://journalmetro.com/actualites/montreal/2616009/ces-haitiens-qui-ont-bati-le-quebec-pendant-la-revolution-tranquille/

2. Le mois de l’histoire des Noirs est une commémoration annuelle de l’histoire de la diaspora africaine. Lancée pour la première fois aux États-Unis en 1976 par le président américain Gérald Ford, la commémoration se tient chaque année au mois de février. (Wikipédia)

3. L’expression Révolution tranquille désigne une période de réformes importantes et de modernisation de l’État québécois dans les années 1960. Cette période de l’histoire du Québec est communément assimilée au gouvernement de Jean Lesage, élu en juin 1960 et défait en juin 1966.

4. Wiener Kernisan :

https://www.lejdd.fr/Societe/Le-VRP-d-Ariane-c-est-lui-600638-3203159

5. Alexandre Bien-Aimé Bastien :

https://news.google.com/topics/CAAqNggKIjBDQklTSGpvSmMzUnZjbmt0TXpZd1NoRUtEd2lfaE5ETkJoRlhzQjY5Z0Y2dmRpZ0FQAQ?oc=10&gn-nbs=true&hl=fr-CA&gl=CA&ceid=CA:fr

Laisser un commentaire