ven. Avr 12th, 2024

Le Quotidien News

L'actualité en continue

Nous et notre conscience!

3 min read

Les États-Unis sont convaincus qu’un petit groupe constitué, entre autres, de personnalités politiques et d’hommes d’affaires ont tenté d’étrangler le pays. Ce, en imposant une forme de blocage sous couvert de protestation contre la révision du prix du carburant à la pompe. C’était l’expression de leur mécontentement, déduit le Chargé d’affaires a.i du Gouvernement américain en Haïti, Éric Stromayer. Pour les Américains, le retrait de la subvention sur les produits pétroliers est une bonne décision à côté de la reprise du contrôle des douanes haïtiennes.

Le Gouvernement américain veut se faire un nouveau visage en profitant de ce moment de chaos qui persiste. Selon M. Stromayer, les États-Unis n’ont pas changé de politique vis-à-vis d’Haïti. Ils ne font qu’aider un ami en difficultés. D’après le diplomate, l’objectif américain est de contribuer à l’élection d’un nouveau Président et d’aider à rétablir les institutions. Selon le Chargé d’affaires, la solution à la crise doit être haïtienne. La communauté internationale ne fait qu’aider à cet effet. Imposer des sanctions à des présumés fauteurs de troubles, à ceux qui auraient participé à la déstabilisation de l’État de droit dans le pays, contribue à atteindre cet objectif, laisse-t-il entendre.

Il ne fait aucun doute que ce dossier attire toutes les curiosités depuis maintenant deux semaines. Qu’il fait surgir des divergences énormes. Mais, quoi que vous pensiez,  indépendamment de votre chapelle politique, de votre position idéologique ou de votre lecture de la conjoncture politique, il n’y a aucune gloire dans ce qui est en train de se passer en Haïti à l’heure actuelle.

Par rapport à tout ça, les Américains disent détenir des dossiers bien montés pour étayer leur position. Ils annoncent  qu’ils vont continuer à communiquer des noms. Ils ont mis à prix les têtes de certains chefs de gangs redoutables. Tant de mesures restrictives qui auraient conduit à une prise de conscience haïtienne synonyme d’un nouveau tournant dans la gestion du pays. Dans l’intervalle, on aurait pu évaluer ce qui fait douter. Le côté légal et politique de ces mesures. Globalement, cet appui, a priori, aura des conséquences importantes sur l’avenir d’Haïti miné par une crise qui a trop duré et qui est entretenue de toutes pièces par des membres néfastes de l’élite nationale.

Tout cela est dû au fait que nous avons détruit le système juridique du pays. Au fait que chacun pense être bien protégé et privilégie ses ambitions mesquines. Que la peur, les pleurs, le tourment, la trahison ne peuvent que frapper à la porte de la population misérable. Les loups cachés sous de faux poils se pensent plus intelligents que tout le monde. C’est dommage que les gangs continuent de croire qu’ils seront toujours en position de force et que la politique est statique. Les sanctions en sont une. Notre conscience en est une autre.

Les gangs ne se rétractent pas. Au contraire, Ils ont fait parler la poudre encore cette semaine en s’en prenant au sous-commissariat de Carrefour-Feuilles et à la population de la Petite-Rivière de l’Artibonite. Au moins quinze morts sont recensés pour Petite-Rivière.

Se faire sanctionner par des étrangers pour avoir déstabilisé son propre pays est un outrage. Persister dans l’erreur en clamant son innocence sans le prouver est aussi un affront au peuple haïtien. Il faut cesser d’incriminer les autres et faire face à notre conscience. Les récents évènements nous prouvent que ni les blindés, ni la richesse, ni le pouvoir, ni notre statut, ni les armes, ni le silence, ni la passivité ne suffisent à nous protéger. On a tout vilipendé et nous sommes devenus tous vulnérables. Des proies faciles.

Daniel SÉVÈRE

danielsevere1984@gmail.com

Laisser un commentaire