dim. Fév 25th, 2024

Le Quotidien News

L'actualité en continue

Protocole d’accord  signé entre États-Unis et Haïti afin de mettre fin au trafic d’armes à feu

4 min read

Les États-Unis et Haïti ont signé un protocole d’accord fournissant aux autorités haïtiennes un soutien sur le traçage d’armes utilisées dans les crimes, a informé le Département d’État américain. Ce protocole survient quelques mois après qu’un rapport de l’Office des Nations Unies contre la Drogue et le Crime (ONUDC) a indiqué que la plupart des armes à feu et de munitions en Haïti proviennent des États-Unis.

Les États-Unis et Haïti ont signé « un protocole d’accord » sur le traçage d’armes utilisées pour des crimes, informe le Département d’État américain dans un X. « Les forces de l’ordre haïtiennes sont désormais la 52e agence  dans le monde à utiliser eTrace—l’une des nombreuses initiatives renforçant la sécurité d’Haïti », écrit-il.

eTrace : Une étape importante

Aujourd’hui, Haïti et les États-Unis ont franchi une étape commune importante pour mettre fin au trafic d’armes à feu  qui alimente la violence dans notre région, écrit sur son compte X l’ambassadeur des États-Unis à l’OEA Frank O. Mora. « Le GOH et @ ATFHQ ont signé un protocole d’accord eTrace pour identifier les trafiquants d’armes à feu, les suspects et les modèlesde criminalité armée. Désormais, tous les Etats de la CARICOM et la République Dominicaine ont mis en place des protocoles d’accord eTrace avec les États-Unis », poursuit-il dans un X daté du 16 novembre 2023.

eTrace c’est quoi?

Selon une fiche d’information sur eTrace disponible sur le site de ATF (Alcohol, Tobacco and Firearms) ou en francais: bureau de l’alcool, du tabac et des armes à feu aux États-Unis, eTrace est une application Web utilisée pour retracer l’historique d’achat/et ou d’utilisation d’armes à feu utilisées lors de crimes violents. «  Le système, disponible en anglais et en espagnol, est essentiel pour générer des pistes d’enquête permettant de résoudre les crimes violents à travers le pays. Ces pistes aident les forces de l’ordre à identifier rapidement les trafiquants d’armes potentiels et les suspects dans le cadre d’enquêtes criminelles. eTrace est utilisé pour retracer les armes criminelles depuis leur fabricant ou importateur d’origine, en passant par la chaîne de distribution en gros et en détail, jusqu’à la première personne qui les a achetées », peut-on lire sur le site.

Outre cela, « les armes à feu sont traquées par les forces de l’ordre locales, étatiques, fédérales et internationales ». À en croire les informations disponibles sur le site, les utilisateurs autorisés peuvent effectuer une recherche dans eTrace en utilisant divers champs, notamment le numéro de série de l’arme, le type de crime, la date de récupération et les noms des personnes impliquées. En outre, « selon les organismes d’application de la loi, les participants peuvent choisir de partager les données de traçage des armes à feu avec tous les autres utilisateurs d’eTrace de leur État qui ont également choisi de partager leurs données. eTrace permet ainsi à ses utilisateurs de détecter des modèles de crimes violents dans toutes les juridictions », peut-on lire.

eTrace et son utilité

Dans le cadre d’une enquête, le site précise que « lorsque des armes à feu sont découvertes sur une scène de crime, il est essentiel que les enquêteurs puissent rapidement retrouver l’origine des armes et identifier les suspects possibles». De surcroît, «  eTrace sert de guichet unique pour comparer les données sur les armes à feu dans plusieurs juridictions, aidant ainsi les agences à clôturer les dossiers plus rapidement ».

Par ailleurs, « les avantages d’eTrace incluent : des rapports statistiques robustes qui génèrent facilement de nouvelles pistes d’enquête; un traitement plus rapide de l’historique des traces d’armes à feu; des données de trace ciblées pertinentes pour un État ou une juridiction locale spécifique ; la vérification des données en temps réel et les mises à jour des cas ». De plus, on souligne que « eTrace fait partie de la mission plus large de l’ATF visant à attraper les délinquants violents et les fournisseurs criminels et à retirer leurs armes de la rue ». «  ATF cherche constamment à tirer parti de technologies telles que eTrace pour rationaliser le processus d’enquête », peut-on lire sur le site. 

Il importe aussi de préciser, selon le site, que « eTrace est le principal outil d’enquête du Centre national de recherche (NTC) de l’ATF. L’ATF est la seule agence fédérale autorisée à tracer les armes à feu ; cependant, l’autorisation de l’ATF concerne uniquement le traçage des armes à feu pour les forces de l’ordre impliquées dans une enquête criminelle de bonne foi. L’ATF donne également accès gratuitement à l’application aux forces de l’ordre autorisées ».

De surcroît, il est dit que le système eTrace permet aux forces de l’ordre d’effectuer des recherches complètes sur les armes criminelles récupérées et d’établir des pistes dans leurs enquêtes. « Le système permet également aux agences d’élaborer des stratégies à long terme sur la meilleure façon de réduire la criminalité liée aux armes à feu, le trafic d’armes à feu et la violence dans leurs communautés ».

Par ailleurs, il importe de rappeler que l’Organisation des Nations Unies avait révélé le 3 mars 2023 à la suite d’une étude qui a été publiée par l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) que « la plupart des armes à feu et de munitions en Haïti proviennent des États-Unis, et en particulier de Floride ».

Jackson Junior RINVIL

rjacksonjunior@yahoo.fr

Laisser un commentaire