dim. Fév 5th, 2023

Le Quotidien News

L'actualité en continue

RE-PLANTER L’ESPOIR

5 min read

À un moment de l’histoire d’Haïti marqué par des bouleversements sociaux et politiques et des catastrophes environnementales durables, un projet de reboisement engage des membres de la communauté locale pour planter des espèces natives afin de restaurer les forêts en déclin. Une petite victoire a contribué à apporter un peu de stabilité et d’espoir aux communautés locales dans et autour du Parc National de Grand Bois situé dans le sud-ouest d’Haïti.

 Pour lutter contre la déforestation, Haiti National Trust, une fondation associée à Société Audubon Haïti, a organisé une opération de reboisement avec l’aide de membres de la communauté. Au cours des cinq derniers mois, alors que le pays était aux prises avec une crise de plus en plus grave, les résidents de la zone du parc national ont, eux, travaillé à leur futur.  Ensemble ils ont planté plus de 30 000 semis et boutures de plantes natives et endémiques, dépassant les attentes initiales en se rapprochant de l’objectif de 60 000 plantés en 2022.

Pour et avec la communauté locale

Le succès de ce reboisement, réalisé pour et avec l’aide de la population concernée, offre un d’espoir de pouvoir régénérer Grand Bois, l’un des derniers endroits sauvages et irremplaçables d’Haïti. Les membres de la communauté locale ont soutenu ce travail pour aider à maintenir la santé de Grand Bois…dont dépend la leur. Car, comme ils le constatent eux-mêmes, la déforestation de ces forêts a augmenté le nombre des glissements de terrain et des inondations dans les villages environnants, avec des conséquences sur la sécurité des habitants et sur la qualité de l’eau pour la consommation humaine. Haiti National Trust a ainsi formé et embauché des dizaines d’habitants des communautés alentours pour s’occuper des semis dans leurs pépinières, éliminer les espèces envahissantes et aider les initiatives de plantation dans le parc. « J’aimerais que le parc soit comme quand j’étais enfant, luxuriant et dense avec des plantes », confie Elizé Roberty, un habitant de Sevré, village de la zone tampon du Parc National Grand Bois, qui a reçu une formation de Haiti National Trust (HNT) pour soutenir ces efforts de reboisement. « Maintenant, j’ai plus d’espoir… Je pense que nos activités de reboisement aideront tout le monde, et pas seulement les habitants de mon village. Lorsqu’il y aura des ouragans, nous devrions avoir moins de dégâts, moins de glissements de terrain et moins d’inondations dans notre région, car les arbres du parc aideront à prévenir ces catastrophes. »

Planter, mais pas n’importe quelle graine !

Moins de 1 % des forêts primaires d’Haïti subsistent et les arbres des forêts de Grand Bois sont abattus pour la construction, l’agriculture sur brûlis et le charbon de bois. Mais pour reboiser, il importe de respecter les écosystèmes et ne pas planter n’importe quel arbre pouvant mettre en danger d’autres éléments de la nature locale. En 2019, HNT a commencé à collecter des graines d’espèces endémiques et natives, dont beaucoup ne se trouvent que dans la chaîne de montagnes du Massif de la Hotte, dans le sud d’Haïti. Ils ont pris soin de ces graines, en ont cultivé certaines dans des pépinières et ont commencé à les planter à l’état sauvage cette année sur environ 50 hectares à Grand Bois, qui est un centre important de la biodiversité. Le projet de Haiti National Trust a été un tel succès qu’ils ont fait passer leur objectif de 50 000 plantes par an à 60 000, pour accélérer les efforts de reboisement.

La biodiversité ignore les conflits politiques

Contrairement à d’autres projets visant uniquement à fournir des avantages économiques, les efforts de HNT se sont concentrés sur les espèces natives qui sont spécifiquement adaptées à la région et qui aident à fournir de la nourriture et un abri à la faune locale. En plus de planter des semis, le projet élimine les espèces invasives qui supplantent souvent les espèces natives pour les ressources. « Ces écosystèmes ne peuvent pas attendre, si nous n’agissons pas maintenant, Haïti est confronté à une extinction massive et à un effondrement écologique à l’échelle nationale », explique Anne-Isabelle Bonifassi directrice exécutive d’Haïti National Trust. « L’avenir de notre pays et de la population dépendent d’initiatives de restauration comme celles-ci. Ce travail est vital pour la santé de l’environnement en Haïti. Haïti est riche d’une incroyable biodiversité que nous devons à tout prix protéger. La biodiversité ignore les conflits politiques. C’est notre héritage et malgré les nombreux défis que ces troubles civils apportent, nos équipes sont sur le terrain, chaque jour, travaillant avec les communautés locales pour reboiser intelligemment notre pays pour les générations futures. Chaque victoire compte », conclut-elle.

Des dizaines d’espèces menacées… dont l’homme

La régénération des forêts de Grand Bois est essentielle à la survie de nombreuses espèces uniques à Haïti, dont beaucoup sont menacées d’extinction. En 2015, le Gouvernement d’Haïti a déclaré Grand Bois comme parc national en raison de son riche écosystème. L’ensemble du parc est également considéré comme une zone clé pour la biodiversité (KBA) connue sous le nom de Parc National Naturel de Grand Bois. Ces zones sont essentielles à la persistance de la vie sur Terre. Grand Bois abrite des dizaines d’espèces menacées de plantes, d’oiseaux, d’amphibiens, de reptiles et de mammifères. C’est un site de conservation prioritaire et l’un des sites les plus importants pour les amphibiens au monde. C’est notre trésor à nous tous Haïtiens, si nous le préservons de la destruction.

HNT et l’organisation internationale Re:wild travaillent depuis neuf ans à la restauration des écosystèmes d’Haïti, en se concentrant sur la région de Grand Bois et en créant la toute première réserve privée d’Haïti en 2019. « La déforestation est une menace sérieuse à la fois pour le bien-être humain et pour la faune unique dans toute la région des Caraïbes. C’est pourquoi Re:wild et Fauna & Flora International (FFI) ont uni leurs forces pour sensibiliser et soutenir la protection et la restauration des îles des Caraïbes en danger, y compris Hispaniola», a déclaré Jenny Daltry, directrice de l’alliance caribéenne pour Re:wild et FFI. « La restauration des écosystèmes forestiers de Grand Bois aidera non seulement à prévenir des conséquences de catastrophes naturelles mais aidera également à soutenir l’un des points importants de la biodiversité les plus menacés de la planète ».

Auteur : Milo Putnam (Rewild)

Savoir plus :

https://www.rewild.org/press/rewilding-project-is-bringing-back-a-critically-endangered-magnolia-in-haiti

Lien photos :

https://www.rewild.org/press/rewilding-project-is-bringing-back-a-critically-endangered-magnolia-in-haiti

Contact et informations :

Anne-Isabelle Bonifassi, Directrice Executive de Haiti National Trust et Société Audubon Haïti

Hnt.aibonifassi@gmail.com

Whatsapp : +509 3728.8400

Laisser un commentaire