sam. Juin 22nd, 2024

Le Quotidien News

L'actualité en continue

Vague de licenciements dans le textile, la crise fait encore des victimes dans des milliers de familles

3 min read

Entre la crise de sécurité et la récession, les conditions matérielles d’existence deviennent de plus en plus pénibles dans le pays. S&H Global S.A., une entreprise dans le secteur du textile, annonce le licenciement de 3 500 ouvriers pour ce mois de février 2023, après en avoir déjà effectué en 2022; 4 000 licenciements avaient été alors annoncés.

Pour cause d’insécurité et d’instabilité dans le monde des affaires en Haïti, la compagnie sud-coréenne S&H Global, implantée dans le Parc Industriel de Caracol au Nord-Est du pays, se dit obligée de licencier 3 500 ouvriers pour ce mois de février 2023. « C’est avec le cœur lourd que nous devons annoncer la triste nouvelle qu’après mûre réflexion, nous devons prendre la décision difficile de fermer l’une de nos usines (Module #3 qui emploie environ 1000 travailleurs) et également procéder à un licenciement généralisé dans 5 autres usines de 2 500 ouvriers supplémentaires », lit-on dans une note du 31 janvier 2023, signé Madok Min, Président de la compagnie.

Les épisodes de troubles successifs n’ont pas été sans conséquences sur l’économie du pays et ses entreprises. Avec une contraction de 1.7% du PIB en 2022, ramenant la moyenne annuelle de cette longue récession à 2.1 %, l’économie haïtienne a été « fortement pénalisée en 2022 par les actions des hommes armés qui ont quasiment pris le pays en otage dans plusieurs régions stratégiques de la capitale économique (Aire métropolitaine de Port-au-Prince) et dans certaines villes de province », selon l’Institut Haïtien de Statistique et d’Informatique (IHSI).

Un climat des moins propices aux affaires

Des entreprises ferment leurs portes, se délocalisent, victimes de pillages et de la fuite de leur main-d’œuvre, le secteur économique s’écroule, et le pire semble encore à venir. « Tout au long de l’année, ces perturbations ont entraîné de nombreux retards dans les expéditions de matériaux d’enfants, la paralysie de la production, le blocage des expéditions de produits finis, l’annulation de commandes et la perte de confiance de la part de nos clients détaillants aux États-Unis, qui ont subi des pertes importantes en raison des retards et de la non-livraison des marchandises », explique le Président de la filiale haïtienne S&H Global du groupe textile sud-coréen Sae-A.

Avec ses 12 000 employés, S&H Global S.A. fournit des marques telles que Gap, Target et Walmart. Les commandes sont maintenant acheminées ailleurs. « Pour 2023, notre activité est en baisse, parce que nous faisons face à une perte de confiance de nos clients d’outre-mer. Les commandes sont acheminées ailleurs dans les Caraïbes et en Amérique Centrale, vers d’autres fournisseurs et usines fiables, ce qui a pour conséquence, pour nous S&H Global, de provoquer une pénurie de commandes ».

Une amélioration de la situation dans le pays ne semble pas être pour bientôt. L’insécurité et la prolifération des armes illégales ainsi que des gangs plongent la population dans la terreur. La Police Nationale elle-même n’est pas à l’abri de la violence. « Si  l’environnement des affaires s’améliore et que les commandes reviennent, nous ferons alors de notre mieux pour lancer un plan de réemploi approprié », a indiqué Madok Min dans sa note.

Clovesky André-Gérald PIERRE

cloveskypierre1@gmail.com

Laisser un commentaire