dim. Fév 25th, 2024

Le Quotidien News

L'actualité en continue

Yves Jean Bart blanchi de toutes accusations par le TAS : L’affaire est-elle pour autant bouclée?

3 min read

Ostracisé à vie de toutes activités administratives et sportives de la Fédération Haïtienne de Football (FHF) en 2020 par la Fédération Internationale de Football Association (FIFA), le verdict est tombé pour l’ancien Président de la FHF. Après un long procès, ce mardi 14 février, le Tribunal Arbitral du Sport (TAS) a annulé toutes les sanctions prises à l’encontre d’Yves Jean Bart. Toutefois, Romain Molina, journaliste français, affirme que la FIFA envisage de faire un appel auprès du TAS contre cette décision.

Alléguant une insuffisance de preuves, la plus haute instance juridique sportive, le TAS, annule l’exclusion à vie d’Yves Jean Bart de la vie sportive nationale et internationale et la suppression de son indemnité de 1 million de francs suisses et demande à la FIFA de le réhabiliter à son poste. La formation arbitrale chargée de l’affaire, composée de trois arbitres européens, dont un Français, un Suisse et un Italien se sont prononcés à l’unanimité en faveur de l’ancien Président de la FHF. Préalablement jugé innocent en novembre 2020 par la justice haïtienne, Dadou de son sobriquet, savoure à présent sa pleine victoire.

Accusé d’abus de pouvoir et d’abus sexuels sur mineurs en 2019, Dadou a été démis de ses fonctions il y a près de trois ans. L’ouverture d’une enquête a été immédiatement décidée par la Chambre de jugement de la Commission d’éthique indépendante de la FIFA. Yves Jean Bart a comparu plusieurs fois devant les tribunaux et la décision finale revenait évidemment au TAS. Au cours d’une audience qui a eu lieu les 23, 24 et 25 mars 2022, plusieurs personnes ont témoigné. Cependant le corps arbitral composé de M. Pierre Müller (Suisse),  M. Luigi Fumagalli (Italie) et présidé par M. Alain Zahlan de Cayetti a estimé les témoignages incohérents et imprécis.

Selon le TAS, les accusations portées par Human Rights Watch (HRW) et FIFPRO, ne sont pas assez fondées et appuyées par des preuves solides pour incriminer Yves Jean-Bart. D’ailleurs, l’instance juridique sportive affirme publiquement que les preuves qui accompagnent les accusations d’abus de pouvoir et d’abus sexuels à l’encontre de Dadou sont contradictoires et insuffisantes pour être qualifiées de violation des articles 23 (Protection de l’intégrité physique et mentale) et 25 (abus de pouvoir) du code éthique de la FIFA.

Toutefois, malgré le verdict du Tribunal Arbitral du Sport, l’affaire semble encore compliquée. Car, selon le journaliste français de The Guardian, Romain Molina, la bataille n’est pas encore gagnée pour Yves Jean Bart parce que la FIFA réfléchit activement à faire appel. Selon M. Molina, l’affaire n’est pas encore bouclée car certaines victimes présumées n’ont pas pu se présenter devant le TAS pour témoigner à la suite de violentes menaces. Cette information a été  confirmée par la FIFPRO, à travers un communiqué.

À ce qu’il parait, la FIFPRO, qui est la Fédération Internationale des Associations de Footballeurs Professionnels, est insatisfaite de la décision du TAS. Par ailleurs, la FIFA pense éventuellement à déposer un rare recours contre une décision du Tribunal Arbitral du Sport, dans le cadre de l’annulation des sanctions à l’encontre d’Yves Jean Bart. Toutefois, le TAS n’admet généralement les recours que pour un nombre très limité de motifs, ce qui peut laisser supposer que la FIFA pourrait avoir recours à d’autres actions judiciaires contre cette décision.

De son côté, l’un des avocats de Dadou, Stanley Gaston s’est exprimé sur la joie de son client à la suite de cette grande victoire. Ce dernier en a profité pour s’exprimer sur l’avenir de son client et sa potentielle décision de poursuivre le journaliste Romain Molina qui, selon lui, est à l’origine de cette affaire. Selon M. Gaston, l’affaire sera plaidée au tribunal correctionnel le 27 mars prochain au tribunal judiciaire de Paris. Même si le nom d’Yves jean-Bart est lavé par la plus haute instance juridique sportive, il reste quelques points à clarifier dans cette affaire!

Leyla Bath-Schéba Pierre Louis

pleyla78@gmail.com

Laisser un commentaire