sam. Mai 28th, 2022

Le Quotidien News

L'actualité en continue

Covid-19 : l’appréhension des citoyens Pignonais sur la vaccination

5 min read

La méfiance de la population haïtienne face à la Covid-19 a commencé depuis l’enregistrement du premier cas en mars 2019. Aujourd’hui encore, ce doute se fait ressentir même dans le processus de vaccination anti-Covid-19. De la capitale haïtienne aux villes de province, cette tendance reste la même. Dans le nord du pays, les citoyens Pignonais n’ont pas hésité à manifester leur inquiétude. Le Quotidien News est allé les rencontrer.

C’est sous un soleil de plomb  vers deux heures de l’après-midi qu’une foule s’est rassemblée sous le toit d’une petite église Pignonaise, « l’Église Evangélique Baptiste de Pignon », se trouvant dans la localité « Charles », le vendredi 18 mars 2022. Tous, femmes et hommes, des locaux, sourire aux lèvres, défilaient les uns après les autres, venant assister à une conférence-débat sur le coronavirus et sa prévention, animée par l’infirmière Stecika Angie Louis, qui accompagnait l’équipe de rédaction de Le Quotidien News.

«Depuis que le coronavirus a fait son entrée il y a environ trois ans sur le territoire haïtien, je suis sûre que vous vous êtes fait déjà une idée », lance d’entrée de jeu l’infirmière qui se laisse appeler « Miss Louis». « On ne peut en aucun cas être négligeant face au Coronavirus, ce virus peut tuer, surtout ceux qui sont les plus vulnérables, c’est-à-dire les plus âgés, et ceux qui souffrent de certaines maladies », poursuit-elle devant son public attentif et participatif.

Avec un discours clair et incroyablement accessible, Miss Louis a su décrire à son public tous les dangers que comporte le virus, et l’ensemble des gestes barrières qui permettent de réduire le risque de l’attraper, ainsi que l’importance de se faire vacciner, la plus efficace des mesures préventives. « Les vaccins ne sont pas fabriqués pour vous tuer, ils sont là pour vous aider à combattre le virus et à renforcer votre système de défense. Les vaccins sont fabriqués pour combattre le virus, et avec votre système naturel de défense, ils constituent une barrière au virus, et le détruisent », expliquait-elle. 

Le coronavirus encore présent tandis que la vaccination reste un objet de craintes

Les Haïtiens sont peu enclins à se faire vacciner. C’est en tout cas ce que démontrent les chiffres sur les efforts de vaccination. Selon les données publiées par le Ministère de la Santé Publique et de la Population, le gouvernement haïtien a bénéficié en juillet 2021 d’un lot de 500 mille doses de vaccin anti-covid, puis de 100 mille doses supplémentaires de la part du Gouvernement Étasunien en décembre dernier, sans oublier diverses autres donations du même type en août et en novembre 2021, ou encore un lot de 39 780 doses du vaccin Pfizer de la part des États-Unis. 

Comparativement au nombre de vaccins disponibles, peu d’Haïtiens se sont fait vacciner. Dans son bilan du 19 mars 2022, le MSPP a confirmé un total de 110 329 personnes qui se sont fait complètement vacciner. Le reste des vaccins disponibles se font renvoyer ailleurs à cause de l’incapacité de conserver correctement les doses restantes. Ces derniers mois, le nombre de candidats à la vaccination diminue chaque jour un peu plus, au point que, dans certains des plus grands centres de vaccination du pays, il arrive que plusieurs jours se passent sans qu’on enregistre le moindre vaccin, comme le témoignent les derniers rapports du ministère sur la situation épidémiologique de la Covid-19.

La vaccination est peut-être en baisse, mais le coronavirus poursuit son chemin, et le bilan épidémiologique s’alourdit. En effet, dans son bilan du 19 mars 2022, le Ministère de la Santé Publique et de la Population affirme avoir réalisé 263 nouveaux tests, révélant deux nouveaux cas positifs au virus, n’entraînant aucun décès, laissant ainsi stagner le nombre officiel à 827 morts. Cinq nouvelles personnes ont été  hospitalisées le 19 mars contre deux la veille. Encore, jusqu’au  19 mars 2022, 90.8% des personnes infectées se sont récupérées, pour une létalité de 2.71%.

La méfiance des Pignonais face au vaccin anti-Covid-19

Lors de cette conférence-débat du vendredi 18 mars, les Pignonais présents ont exprimé, pour la plupart, leurs craintes à propos des dangers que représenterait ce vaccin sur la santé de ses receveurs. Une quinquagénaire présente dans cette assemblée a déclaré avoir essayé de convaincre certains d’aller se faire vacciner comme elle, mais sans succès. « J’avais déjà fait passer le message aux autres pour qu’ils aillent se faire vacciner, mais ils m’ont répondu que c’était un vaccin que les étrangers ont envoyé pour nous tuer », confiait-elle avant de poursuivre que« d’autres disaient que nous n’avions pas le coronavirus », et que « ce sont les étrangers qui nous ont envoyé des vaccins dans le seul but de nous infecter. Si je les avais écoutés, je ne me serais jamais fait vacciner ».

Pour un autre participant, les médecins devraient d’abord ausculter ceux et celles qui se présentent pour la vaccination. Selon lui, il ne se fera pas vacciner sans avoir préalablement subi une batterie de tests afin de savoir si le vaccin ne lui causera pas de torts. « On ne peut pas juste planter une seringue dans le corps d’un particulier sans aucun test, ça ne saurait être normal »,clamait-il.

Au-delà des discours anti-vaccin des Pignonais, il convient de préciser que la commune de Pignon, toujours selon ce rapport du 19 mars dernier, a cumulé pour ce début d’année, un total de 8 cas de coronavirus, pour 265 au niveau du département du Nord. Par ailleurs, pour les années 2020 et 2021, les cas de coronavirus s’élevaient au nombre de 26, pour deux décès la première année, et 30 cas confirmés pour aucun décès en 2021 et en 2022. Ainsi, la propension des Pignonais à ne pas se faire vacciner, serait-elle légitimée par ce faible bilan des dégâts au niveau de cette communauté ?

À noter que « les informations contenues dans ces rapports (NDLR : du MSPP) sont actualisées de manière quotidienne. Les données et analyses peuvent être modifiées après la classification finale des cas ».

cloveskypierre1@gmail.com

Clovesky André-Gérald PIERRE

Laisser un commentaire