dim. Août 14th, 2022

Le Quotidien News

L'actualité en continue

Découvrons la tête pensante de Zetwal Tifi, Rose-Darline C. Châtelain

4 min read

Òganizasyon Zetwal Tifi (OZETI) vient de lancer, le 10 juillet dernier, la première édition du programme « Yon Tifi, Yon Metye », à  l’Alliance  française des Gonaïves. Une initiative louée par les parents de la Cité  de l’Indépendance. Découvrons  dans ce nouveau chapitre de Être Femme Haïtienne, Rose-Darline C. Saint Louis, l’instigatrice de ce projet.

Jeune femme au teint chocolaté, arborant un sourire somptueux, Rose-Darline Châtelain Saint Louis, se targue d’être une femme forte, optimiste et dotée  d’une  grande patience. Native des Gonaïves, Manman Riri, ainsi connue, a été  bercée  dans son enfance par l’amour de sa mère. Aînée  de sa famille, Rose-Darline affirme avoir vécu une enfance heureuse grâce  à cette harmonie au sein de sa famille. « On parlait de tout et même des choses les plus intimes », avoue la jeune infirmière, évoquant la complicité qui régnait  entre eux, elle et son frère, et leur mère. Un schéma  qu’elle  essaie de reproduire dans son propre foyer.

En effet, Manman Riri est cette femme entrepreneure et féministe qui prête main forte aux jeunes filles de sa ville à travers Òganizasyon Zetwal Tifi (OZETI), une structure qu’elle a fondée  il y a deux ans. Par l’entremise de cette organisation, elle se veut être une mère pour les jeunes filles défavorisées, en leur transmettant cet amour qu’elle a reçu  par le passé. « De nature, j’aime aider les autres, car moi aussi j’ai été aidée par un inconnu autrefois », affirme Rose-Darline C. Saint Louis, fondatrice de OZETI, qui veut renvoyer l’ascenseur à ces jeunes filles.

 Forte de son engagement citoyen, elle affirme avoir toujours été  intéressée par les activités civiques et sociales. Car, selon elle, l’engagement civique est la qualité idéale pour la reconstruction du pays. « Si chaque Haïtien met la main à la pâte, on arrivera plus vite à préparer le pain qui est la reconstruction du pays. Ainsi, ils sauront protéger ce qu’ils ont construit », raisonne-t-elle, lors d’un entretien accordé  au journal « Le Quotidien News ».

Dans cette même  perspective de mettre la main à la pâte, elle a mis sur pied en 2020 l’organisation  OZETI. Une organisation à but non lucratif bien accueillie dans sa ville natale. « La mission de OZETI vise à mobiliser la communauté sur la nécessité  de former nos filles et de contribuer à leur autonomisation afin de briser le cycle infernal de leur exclusion et de leur vulnérabilité, et d’arriver à en faire des femmes accomplies (non subordonnées) pour une société  égalitaire », explique l’influenceuse, féministe  aguerrie.

En effet, cette organisation propose à ces jeunes filles trois formations annuelles et un atelier d’un mois. Elle a lancé, le 10 juillet dernier à l’Alliance  française des  Gonaïves, un programme de trois mois sur le thème « Yontifi Yonmetye », au cours duquel les participantes apprendront à faire de la maroquinerie, de la peinture, du macramé, des détergents, et à découvrir  entre autres la décoration moderne. « Nos projets à venir consistent à  implanter OZETI dans tout le pays afin de propager ce que nous prônons aux filles », ambitionne Mme Saint Louis, fière de ce qu’elle réalise avec ces jeunes.

Rose-Darline C. Saint Louis se réjouit de constater l’évolution  des femmes en Haïti. « On peut constater qu’aujourd’hui les femmes s’investissent plus qu’avant tant au niveau social que politique. Mais on n’est pas encore là où l’on veut arriver. Ce qui implique qu’on doit encore redoubler d’efforts », soutient-elle. Un effort mutuel que doivent consentir les femmes et les hommes, à  en croire ses propos. « Cette lutte, on doit la mener ensemble, parce que vos mères, vos sœurs et vos filles ont besoin de cette équité », argumente-t-elle.

Malgré son agenda bien rempli, Rose-Darline Châtelain Saint Louis veille à l’épanouissement de sa famille. Épouse, mère de Riri la petite fashionista choyée  par les amants de la mode, elle définit la relation qu’elle  entretient avec sa famille en deux mots : amour et complicité. De plus, ajoute-t-elle avec gratitude : « Mon époux me supporte en tout, il sait quand je suis débordée pour m’apporter  son soutien ». Un conseil pour les jeunes ? « Éduquez-vous autant que vous pouvez », conclut Mme Saint Louis, nommée parmi les cinquante femmes haïtiennes modèles et inspirantes qui seront honorées prochainement par l’Initiative des Femmes Haïtiennes dans le Tourisme (IFTH) et Sco Tour Haïti (STH).

Statler LUCZAMA

luczstadler96@gmail.com

Laisser un commentaire