ven. Avr 12th, 2024

Le Quotidien News

L'actualité en continue

Haïti/Culture : Candidature du « Compas » officiellement soumise à l’UNESCO pour une reconnaissance sur la scène mondiale

3 min read

L’Ambassadrice, déléguée permanente d’Haïti à l’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture (UNESCO), Dominique Dupuy, a proposé que le Compas Direct soit inscrit sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Le dossier a été transmis à l’UNESCO avec des données scientifiques à ce sujet, a informé Mme Dupuy dans un communiqué en date du 26 mars 2024. Cette initiative historique est destinée à faire rayonner au niveau international de nouveau le compas, véritable emblème de la danse et de la musique haïtienne.

Après l’intégration de la soupe au giraumon et de la cassave sur la liste représentative du patrimoine immatériel de l’humanité, le compas direct vient s’ajouter en troisième position à cette liste depuis la ratification en 2009 de la Convention de 2003 pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. La soupe au giraumon, symbole de liberté et d’identité du peuple haïtien a été soumise en mars 2021. Il faut dire que cette demande a été approuvée par le comité intergouvernemental pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel à l’Unesco après de nombreuses campagnes acharnées qui ont été menées par plusieurs acteurs culturels.

Le compas est l’une des formes de musique et de danse représentant un élément primordial du patrimoine culturel haïtien. « Le compas, dans toutes ses variantes telles que Compas Direct, Hounsi, Boule de feu, Mélasse, Cadence Rampas, Makyavèl Karamèl, Digital, Stéréo, Manba, Malouk, Kèkal, Timtim, Funk, Love, etc., il offre un espace de reconnaissance et de célébration pour les Haïtiens, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur », souligne la Délégation permanente d’Haïti auprès de l’UNESCO, présentant le compas comme étant le symbole de cohésion sociale et l’élément intrinsèque de la vie culturelle en Haïti.

Selon Mme Dupuy, pour soutenir cette candidature, plusieurs organisations culturelles ont envoyé des lettres à la Délégation permanente d’Haïti auprès de l’Unesco, notamment la communauté du Compas et de nombreuses associations culturelles, au premier rang l’Association pour la Musique et la Danse Haïtiennes (AMDH).

Cette initiative a été rendue possible grâce aux efforts déployés par la Délégation permanente d’Haïti auprès de l’UNESCO en étroite collaboration avec divers acteurs, notamment le Ministère des Affaires Étrangères haïtien, le Ministère de la Culture et de la Communication, les membres de la Commission nationale haïtienne de coopération avec l’UNESCO, ainsi que des chercheurs de l’Université d’État d’Haïti et l’expert en patrimoine, Ricarson Dorcé, qui ont également apporté leur soutien pour fonder scientifiquement l’aspect scientifique de la candidature.

Avec le concours mémorable du saxophoniste et guitariste haïtien Nemours Jean-Baptiste dans les années 1950, le rythme du Compas a connu une autre tournure et reste un riche héritage culturel qui représente l’identité du peuple haïtien. Inscrit au Registre national du patrimoine culturel immatériel haïtien en 2019, le Compas est célébré le 26 juillet à l’occasion de la journée nationale du Compas Direct.

Soulignons que cette initiative historique coïncide avec une période de crise aiguë en Haïti, où tous les secteurs d’activités sont presque au point mort, surtout dans la zone Métropolitaine de Port-au-Prince. Une situation qui entraîne la paralysie totale des activités culturelles. Ainsi, elle intervient à un moment significatif dans l’histoire culturelle d’Haïti, mettant en lumière la diversité et la richesse du patrimoine culturel haïtien. C’est également un acte patriotique qui prouve qu’en dépit des moments noirs qui sévissent dans le pays, il y a encore de l’espoir pour une autre Haïti.

Marie-Alla Clerville

Laisser un commentaire