lun. Nov 29th, 2021

Le Quotidien News

L'actualité en continue

Jehufendy Joseph, jeune avocat armé d’une fougue exemplaire

4 min read

Jeune avocat du barreau de Port-au-Prince, JehufendyJoseph revêt le costume d’un leader prometteur. Président local de La Jeune Chambre Internationale, il oriente ses protégés à toujours viser l’excellence dans leur cheminement, car, selon lui, c’est à la jeunesse de proposer un autre paradigme dans le réel haïtien.

Jehufendy Joseph, jeune avocat du barreau de Port-au-Prince, a pris naissance dans une famille chrétienne de six enfants, le 9 novembre. Il y a reçu une éducation singularisée par le respect pointilleux des préceptes bibliques. Son enfance prenait à cet effet une double route menant à l’école et à l’église, sans aucune possibilité de s’ouvrir au monde extérieur. Captif de ce cercle impérial, il n’avait recours qu’aux études pour s’en sortir et remettre en question l’idéal imposé. Toutefois, il ne se plaint pas de l’intérêt de sa famille pour son bien-être.

Tout au long de ses études classiques, Me Joseph a arpenté de nombreux établissements scolaires parmi eux les collèges Frères André, Roger Anglade et le Lycée Toussaint entre autres, avant d’investir le milieu universitaire. Il a toujours été enthousiasmé par la culture philosophique et la rhétorique, qui l’ont conduit aux enceintes de la Faculté de Droit et des Sciences Economiques de Port-au-Prince, et l’Ecole Normale Supérieure, où il a étudié respectivement les sciences juridiques et la philosophie.

« J’ai toujours éprouvé une grande passion pour le Droit, enchérit le juriste. Le Droit est en effet un métier qui permet de s’illustrer, de s’imposer, de se faire valoir et faire valoir ses idées. Il permet également d’être toujours dans une situation de concurrence. C’est en outre une possibilité de contribuer à un processus qui permet à la justice de s’affirmer en permettant à quelqu’un d’obtenir ce qui lui est dû. C’est en ce sens ce sentiment de contribuer à quelque chose dont la noblesse me dépasse largement qui m’intrigue », explique passionnément le jeune avocat qui, d’autre part, perçoit la philosophie comme une fenêtre lui permettant d’avoir un autre regard sur le monde, sur les autres, sur la divinité et lui-même.

Fort de ses capacités intellectuelles, il a participé avec succès au concours d’admission à l’Ecole Nationale d’Administration et de Politique publique. Il en est sorti avec un diplôme d’Etat en Administration. « J’envisage d’obtenir une maîtrise en Droit des Affaires publiques pour offrir mes services comme consultant sur le Marché public », souhaite Juhufendy Joseph, désirant de façonner un parcours académique plus abouti.

Âgé de trente et un ans, Me Jehufendy Joseph analyse regrettablement  la situation abracadabrante dans laquelle est engouffré le pays. « C’est difficile de décrire cette situation insoutenable caractérisée par une crise de l’autorité de l’Etat, par l’absence totale du Droit et des opportunités socio-économiques, et une insécurité très grave. Au point où nous sommes, on m’a même pas le droit d’espérer ou de rêver », déplore Me Joseph, Président Local de la Jeune Chambre Internationale de Delmas. Cependant, il demeure convaincu que cette situation n’a point d’avenir en raison de son éphémérité.

« Je veux croire que ce que l’on vit actuellement est provisoire. Avec de nouvelles idées, on peut prendre une autre voie. Mais, tout d’abord, il faut éduquer les gens pour aboutir à un changement de mentalité. En ce sens, les outils technologiques peuvent nous facilite ce processus », proposé le philosophe et professeur, Jehufendy Joseph, en martelant que le changement est un impératif de survie. Il avance plus loin qu’il faut renforcer les institutions avec une application stricte du Droit dans un régime de sanction pour montrer l’exemple. « On doit opter pour une autre conception de l’Etat avec une meilleure gestion des biens publics », ajoute Me Joseph qui souhaite que l’Etat soit au service de la population.

Malgré le désarroi dû à la précarité du pays, le succès est toujours possible à en croire les mots de Jehufendy Joseph. « La réussite est possible mais si elle exige beaucoup de sacrifices, affirme le Président Local de JCI Delmas. Les jeunes ne doivent pas à la banalité, et doivent s’orienter vers d’autres référentiels. Nous devons mobiliser nos efforts pour retrouver des idéaux communs et certaines valeurs devant nous aider à mieux structurer notre société afin de proposer d’autre chose », suggère Me Jehufendy Joseph, qui met l’accent sur la nécessité de rompre avec ceux qui ont engouffré le pays dans cette crise pour laisser la voie à une nouvelle génération avec de nouvelles idées.

Le jeune leader évite de trop s’aventurer dans le futur en raison de l’incertitude de celui-ci. Mais, il reste accrocher à ce cheminement vers l’enrichissement intellectuel. Un aboutissement qui va lui permettre certainement d’être toujours au service de la jeunesse, de la nouvelle génération de bâtisseurs.

Statler LUCZAMA

luczstadler96@gmail.com

Laisser un commentaire